Passer au contenu

Rapport sommaire de la communauté : St. James Town

Cliquez pour télécharger le PDF.

Nom du partenaire communautaire : St. Jamestown Community Co-op, Toronto

Date de conversation : 19 et 23 mars 2022

1. Introduction

Un résumé

Au fil des décennies, la communauté de St. James Town a subi de première main les effets du changement climatique. L'expérience des effets du changement climatique, de l'insécurité alimentaire, de l'insécurité du revenu et de l'emploi parmi ses quelque 20,000 XNUMX habitants s'est encore aggravée ces dernières années. Cela abaisse considérablement le seuil de résilience de ses habitants. 

Les Green Resilience Project (GRP) les conversations ont servi de preuve supplémentaire de l'urgence de construire une communauté de St. James Town qui soit résiliente au climat, à la sécurité du revenu, à la sécurité alimentaire et à la sécurité de l'emploi. Les projets de St. James Town Community Coop (SJT Co-op), en particulier OASIS, sont une de ces initiatives dans cette direction.

Bien que la communauté n'ait pas voix au chapitre, étant pauvre, marginalisée et sous-reconnue, il existe une profonde aspiration parmi les membres de la communauté à être perçus, entendus et reconnus dans la même proportion que d'autres communautés plus sûres et résilientes. En effet, la communauté compte une population diversifiée de main-d'œuvre hautement qualifiée, hautement qualifiée et hautement qualifiée ayant une expérience mondiale. 

Les conversations GRP démontrent le principal soutien que la coopérative SJT reçoit de la communauté dans laquelle elle opère et engage ses initiatives et projets de résilience climatique et de sécurité alimentaire. Se sentant revigoré, un membre de la conversation dit dans l'évaluation, "de telles conversations doivent avoir lieu plus souvent". 

La prochaine étape prévue par la coopérative est une réunion avec son député pour plaider davantage en faveur de la résilience climatique, de la sécurité alimentaire, de la sécurité du revenu et de la sécurité d'emploi pour St. James Town.

B. À propos du Green Resilience Project

Cette conversation communautaire faisait partie de la Green Resilience Project, une série de conversations pancanadiennes explorant et documentant les liens entre la résilience communautaire, la sécurité du revenu et le passage à une économie à faibles émissions de carbone. En collaboration avec un organisme partenaire désigné de chaque communauté, le Green Resilience Project vise à créer des espaces dans lesquels un large éventail de participants peuvent discuter des liens entre le changement climatique et la sécurité du revenu, et identifier les prochaines étapes possibles pour renforcer ou maintenir la résilience communautaire face à ces défis.

Ce rapport de synthèse communautaire reflète ce que nous avons entendu et appris au cours de la conversation de notre communauté. Chaque organisation partenaire du projet à travers le Canada produira un rapport similaire. En mars 2022, le Green Resilience Project produira un rapport final résumant les conclusions des conversations, qui sera mis à la disposition du public et partagé avec Environnement et Changement climatique Canada. 

Le financement de la Green Resilience Project est généreusement offert par le Fonds d'action et de sensibilisation pour le climat d'Environnement et Changement climatique Canada. Le projet est géré et réalisé par Energy Mix Productions, Basic Income Canada Network, Coalition Canada Basic Income – Revenu de base, Basic Income Canada Youth Network, des experts nationaux et des partenaires locaux.

C. À propos de l'organisation partenaire communautaire

La St. James Town Community Co-operative (SJT Co-op), détenue et exploitée par des résidents, s'est engagée à faire participer les voix sous-représentées de Toronto, notamment celles des nouveaux Canadiens, des groupes minoritaires, des jeunes, des personnes âgées et des femmes du quartier de St. James Town. Nous utilisons un cadre des droits de l'homme pour travailler en coopération au-delà de nos différences.

St. James Town est l'une des poches urbaines les plus culturellement diversifiées au monde, avec environ 140 langues parlées dans le quartier de plus de 20,000 XNUMX personnes. Abritant majoritairement de nouveaux arrivants, ce quartier densément peuplé et à faible revenu est malheureusement resté négligé et mal desservi pendant plusieurs décennies. La coopérative communautaire de St. James Town a été créée par des résidents pour répondre au besoin croissant de sécurité alimentaire, de renforcement des capacités et de préparation aux situations d'urgence.

Avec le soutien de nos partenaires, la coopérative SJT cultive les capacités et les opportunités d'emploi pour les membres résidents à travers trois projets clés : le centre alimentaire OASIS, le renforcement des capacités des résidents et la résilience face aux changements climatiques et aux urgences.

D. Pourquoi cette communauté a été sélectionnée pour avoir une conversation

St. James Town est un quartier du centre-ville de Toronto (Ontario, Canada) qui est l'une des communautés les plus diversifiées au monde. Il contient 19 immeubles de grande hauteur sur 32.1 acres entre les rues Bloor et Parliament et les avenues Sherbourne et Wellesley, avec au moins quatre autres immeubles de grande hauteur actuellement proposés pour la construction. Il est entouré par Rosedale Valley au nord, Cabbage Town à l'est et au sud, et les quartiers d'Upper Jarvis et Church & Wellesley à l'ouest et au sud.

Photo 1 : Limites des quartiers de St. James Town – St. James Town est un quartier unique

I. ACTIFS

St. James Town a un riche potentiel, à la fois dans les caractéristiques de sa construction et de son environnement social.

  • Espace inutilisé sous le niveau du sol: St. James Town possède de vastes sous-sols et sous-sols inutilisés, ainsi que des garages souterrains sous-utilisés. L'espace inutilisé comprend un YMCA souterrain fermé avec un gymnase, des vestiaires, des courts de squash et des bureaux. Il y a aussi au moins 4 piscines souterraines inutilisées dans le quartier, idéales pour la rénovation aquaponique. La modernisation de ces espaces à usage public revient régulièrement dans les consultations publiques, car ces espaces offrent des opportunités idéales pour la rénovation des bâtiments et pourraient abriter la culture aquaponique, les fermes de champignons, les systèmes de compostage, le stockage de la nourriture et de l'eau, etc.

Une évaluation du garage souterrain a été entreprise par la Toronto Community Housing Corporation en 2019. La réparation de l'espace du garage souterrain sur la propriété de la TCHC a commencé en 2018 de manière progressive.

  • Marchabilité élevée : Étant au centre-ville, St. James Town a un score élevé de potentiel piétonnier avec un accès aux écoles, aux églises, au transport en commun, au centre de santé Sherbourne, aux organisations communautaires et aux magasins commerciaux. Il borde également deux quartiers à revenu élevé - Cabbagetown et Rosedale, qui pourraient être des clients haut de gamme du Food Hub.  
  • Population de nouveaux arrivants hautement scolarisés et qualifiés : St. James Town est une piste d'atterrissage pour les nouveaux arrivants du monde entier. bon nombre d'entre eux arrivent avec des niveaux élevés d'études postsecondaires et des compétences pertinentes. Au cours de l'étude de faisabilité, nous avons trouvé des résidents favorables et désireux de s'engager dans OASIS avec une maîtrise ou plus en agronomie, compostage, génie mécanique, architecture, affaires, relations publiques, chercheurs postsecondaires et ressources humaines. Nous avons également noué des liens avec des agriculteurs, des cueilleurs et des chefs de longue date. St. James Town regorge d'experts prêts à exécuter OASIS.
  • Diversité culturelle et d'âge : Plus de 65 % des résidents de St. James Town sont des immigrants récents de plus de 100 pays (Ville de Toronto, 2018), dont les Philippines, le Sri Lanka, la Chine, le Pakistan, la Corée, le Bangladesh, l'Inde, le Népal, l'Éthiopie, la Somalie et une nation d'Europe de l'Est. -États (Barnes, 2011), la Syrie et le Venezuela. 66 % des résidents sont en âge de travailler (entre 25 et 64 ans), 12 % sont des enfants (0-14 ans), 12 % sont des jeunes (15-24 ans) et 9 % sont des seniors ( 65 ans et plus) (Ville de Toronto, 2018).

La diversité culturelle est un atout pour un Food Hub OASIS. Cela signifie que nous nous mettons au travail avec des connaissances et des exemples – et des recettes ! - du monde entier. La diversité est également une caractéristique clé de la résilience, en particulier pour la résilience des communautés et du changement climatique. Alors que le Canada accueille de plus en plus de réfugiés climatiques et de changements climatiques, OASIS à St. James Town pourrait fournir un site clé pour l'apprentissage et la formation en matière d'échange et de coopération interculturels pour des avantages autosuffisants pour la communauté et la planète. Le monde a besoin d'exemples positifs de résilience climatique qui facilitent la coopération entre diverses personnes - St. James Town pourrait être cet exemple ; et pourrait traduire ses meilleures pratiques dans plus de 140 langues.

II. BESOINS

  • Mal desservi et non reconnu : St. James Town a été obscurci dans les données du recensement, qui couvre une étendue géographique plus large que les petites limites du quartier, y compris une «étendue de logements aisés sur la rue Jarvis»; et, par conséquent, n'a jamais été répertorié comme une zone d'amélioration de quartier. Le réseau des fournisseurs de services demande actuellement un changement de désignation, ce qui apporterait une "augmentation [du] financement et des services de soutien pour le quartier qui est" très négligé et très négligé "", a déclaré Robb Johannes, coprésident du Réseau des fournisseurs de services de St. James Town (Elsayed, CBC, 2019). Le carrefour alimentaire OASIS pourrait augmenter considérablement l'attention, le financement et la capacité communautaire pour un quartier mieux desservi.
  • Personnes à faible revenu et sous-employées : Le pourcentage de la population classée dans la catégorie des personnes à faible revenu à St. James Town est de 36 %, comparativement à la moyenne de la ville de Toronto de 20 %. Le revenu médian des ménages est d'un peu plus de 35,000 112,000 $ par famille, comparativement au revenu moyen de 2018 2016 $ à Cabbagetown en bordure de St. James Town (Ville de Toronto, XNUMX; Institut urbain du Canada, XNUMX). Ces chiffres sont également faussés par des chiffres de population et des frontières géographiques inexacts.

Des personnes hautement qualifiées immigrent au Canada et atterrissent à St. James Town; mais luttez avec les exigences de l'État pour la recertification, qui nécessitent souvent de refaire plus de 6 ans d'études postsecondaires. Ainsi, St. James Town est rempli de médecins qui conduisent des taxis et d'ingénieurs qui travaillent à Tim Hortons. Le Toronto Centre for Community Learning and Development a demandé : « Si vous êtes actuellement employé, quel niveau d'éducation est requis pour effectuer votre travail ? 47 % des répondants de St. James Town ont déclaré avoir besoin de moins qu'un diplôme d'études secondaires (Dhungana, 2012). Par rapport aux qualifications réelles des résidents, il est clair que de nombreux résidents de St. James Town sont surqualifiés pour leurs postes générateurs de revenus. Cela a un effet modérateur sur l'économie et sous-estime le potentiel des gens. OASIS peut offrir aux nouveaux arrivants qualifiés des moyens d'appliquer leurs connaissances au profit de leur communauté.

  • Haute densité, faible espace public/vert : La densité de population de St. James Town est plus de 18 fois supérieure à celle de la ville de Toronto. Les estimations de la population varient entre 18,000 23,000 et 20,000 2018 habitants. Les gestionnaires d'immeubles et le personnel de l'école disent que le nombre est plus élevé que les chiffres du recensement en raison des résidents nouvellement débarqués / sans papiers et d'autres tels que les travailleurs domestiques qui vivent ici à temps partiel. Avec plus de 2017 XNUMX habitants sur moins d'un quart de kilomètre carré, St. James Town a été décrite comme la communauté la plus densément peuplée du pays (Kwan, XNUMX ; D'Souza, Hassen, Grey et Pinto, XNUMX). Actuellement, quatre des dix-neuf immeubles de grande hauteur sont des logements sociaux de la TCHC pour les locataires vulnérables à faible revenu ; principalement des personnes handicapées, des familles monoparentales et des personnes âgées. De nouvelles maisons de ville et des gratte-ciel ont récemment été ajoutés au quartier, et d'autres développements sont proposés à la ville.

III. CHANGEMENT CLIMATIQUE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : URGENCE ET INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE SYSTÉMIQUE

  • Le changement climatique se produit maintenant: Les changements climatiques touchent des milliards de personnes dans le monde, y compris le Canada. Les dernières décennies ont apporté des changements dangereux au climat et aux conditions météorologiques du Canada (The Climate Reality Project, 2018). Pour notre alimentation, cela signifie que les saisons de croissance changent, que les climats et leurs plantes changent, que les micro-organismes essentiels à la santé des sols meurent, que les sécheresses et les inondations deviennent de plus en plus fréquentes et graves, et que les phénomènes météorologiques extrêmes laissent les communautés et les terres agricoles de plus en plus dévastées. Les populations vulnérables deviennent plus vulnérables avec le changement climatique ; mais aussi, offrir des leçons clés de résilience et de survie qui devraient être renforcées.

Lors d'un dialogue informel dans cette étude, nous avons appris qu'avant la colonisation, les nations autochtones avaient un magasin d'alimentation de 10 à 30 ans à Tkaronto, le lieu de rencontre de toute nation qui avait connu des pénuries alimentaires. Aujourd'hui, à Toronto, presque toute la nourriture arrive par un seul terminal alimentaire situé sur une plaine inondable; et, comme dans d'autres villes, les chercheurs estiment que la plupart des magasins d'alimentation au détail peuvent n'avoir que trois jours d'aliments frais et jusqu'à 17 jours de tous les produits alimentaires en stock (Zeuli, Nijhuis et Gerson-Nieder, 2018).

  • Urgences et effets du changement climatique à St. James Town: À St. James Town, les situations d'urgence et les changements climatiques menacent d'exacerber l'insécurité alimentaire. The Lighthouse Project - une plaque tournante pilote pour la préparation aux situations d'urgence à St. James Town 2017-2019 - note sur son site Web que la sécurité alimentaire est une préoccupation centrale pour les résidents et un élément central de la résilience communautaire, notant entre autres qu'il est difficile de garder de la nourriture en réserve pour les urgences lorsque vous gérez un faible revenu. Et, alors que les conditions météorologiques extrêmes continuent d'affecter l'industrie agricole mondiale, les prix des denrées alimentaires vont augmenter. (Le projet phare, sd).
  • St. James Town a déjà vu les effets du changement climatique et des conditions météorologiques extrêmes. De nombreux résidents ont migré au Canada en tant que réfugiés climatiques ou en raison de conflits humains aggravés par les changements climatiques. Le quartier devient lui-même plus vulnérable. En tant que quartier de grande hauteur, St. James Town fait face à une insécurité alimentaire unique et accrue en cas de conditions météorologiques extrêmes. L'accès à la nourriture et à l'eau est réduit, en particulier pour les personnes à mobilité réduite, lorsque les ascenseurs sont hors service. Le stockage des aliments est raccourci sans réfrigération électrique, et la préparation des aliments peut ne pas être sûre sans électricité pour produire de la chaleur ou pomper de l'eau aux étages supérieurs. Les personnes âgées et handicapées ayant des problèmes de mobilité sont les plus exposées, car elles se retrouvent coincées dans les étages supérieurs.
  • La tempête de verglas de 2013 a démontré exactement cela, car les personnes vulnérables et âgées étaient coincées dans leurs appartements en hauteur, et les résidents devaient organiser un abri, de la nourriture et de l'eau dans des parcs sans canaux de communication établis, selon des témoignages de résidents. Comme presque tout le personnel des organisations de services sociaux du quartier vit à l'extérieur de St. James Town, les canaux de service disponibles pendant la vie quotidienne normale n'étaient pas disponibles en cas d'urgence. Lors de l'incendie du 650 Parlement en août 2018, la vulnérabilité des résidents en cas d'urgence était à nouveau douloureusement évidente ; et même les organisations établies telles que les églises de quartier n'ont pas été en mesure de fournir l'assistance disponible car, comme l'a clairement indiqué le Bureau de la gestion des urgences, il n'existe pas de listes ou de canaux établis pour le soutien en cas d'urgence (événement CREW, 2018). Du côté positif, dans chaque situation d'urgence à laquelle la ville de St. James a été confrontée, les résidents se sont réunis pour soutenir leurs voisins et ont démontré une forte capacité et un désir de résilience communautaire ; il leur manque juste les espaces, les canaux et les structures organisationnelles à travers lesquels l'exécuter.

IV. OASIS

En 2019, St. James Town a réalisé une étude de faisabilité sur OASIS, un centre d'alimentation saine et résilient au climat géré par la communauté à St. James Town. Le projet OASIS, qui repose sur plusieurs années d'observation, d'enquêtes, d'études de faisabilité et de travail communautaire à St. James Town, répond aux principaux besoins d'une communauté aussi dense, notamment :

  • Peu d'espaces publics et verts : En tant que quartier concret, St. James Town manque d'espaces verts et d'espaces communautaires utilisables, sûrs et accessibles en nombre suffisant pour que les résidents puissent s'adonner à des activités de loisirs et à une socialisation informelle (Barnes, 2011 ; Montesanti et Gardner, 2010). Les espaces verts disponibles sont mal entretenus avec des déchets non collectés laissés à l'air libre (Montesanti & Gardner, 2010). Bien qu'il y ait eu des efforts récents pour améliorer ces espaces grâce à la planification communautaire et à de nouvelles peintures murales en conjonction avec le renouvellement de la tour, il s'agit d'un domaine difficile pour la programmation, l'entretien et la sécurité. Plus d'espaces verts ont été proposés par un nouveau développement, ce qui ajouterait également des centaines de personnes supplémentaires qui auraient besoin d'y accéder. Les résidents ont besoin d'espaces verts et communautaires à température contrôlée pour être accessibles toute l'année.
  • Mauvais entretien : St. James Town possède des tours d'habitation locatives vieillissantes, dont beaucoup ne disposent pas de services hygiéniques de base tels que des ventilateurs d'extraction, et qui ont tous besoin de réparations majeures (Barnes, 2011). Les récents incendies et problèmes électriques dans les bâtiments en 2018 et 2019 ont souligné le besoin immédiat d'entretien et de modernisation des bâtiments.
  • Recyclage limité, pas de gestion des déchets verts : L'enquête menée par le Toronto Centre for Community Learning and Development a révélé que 66.67 % des répondants de St. James Town estiment que les dispositions en matière de recyclage et de réacheminement des déchets organiques ne sont pas adéquates dans la communauté (Dhungana, 2012). Les résidents ont imaginé et planifié le centre alimentaire OASIS en partie pour offrir la possibilité d'une gestion significative des déchets et d'une culture verte de réduction, de réutilisation et de recyclage ; un déchet est une ressource lorsqu'il est traité comme tel.
  • Faible cohésion sociale / Appartenance : L'étude de faisabilité de la banque de temps réalisée par LIFT a mis en évidence le besoin de cohésion sociale à St. James Town en raison de son extrême diversité. De nombreux résidents évitent de nouer des liens avec leurs voisins en raison de problèmes de sécurité et du manque de temps libre du travail rémunéré (D'Souza, Hassen, Grey et Pinto, 2017). La nécessité d'une cohésion communautaire plus forte a été encore renforcée par la conseillère municipale Kristyn Wong-Tam dans son discours au rassemblement de la troisième charette du design organisée par OASIS. OASIS est un projet d'inclusion sociale et alimentaire, et propose des clés pour répondre à ce besoin.

Un projet comme OASIS est devenu d'autant plus important qu'en 2018-2019, la Croix-Rouge a été appelée à deux reprises pour soutenir les résidents - notamment avec de la nourriture - lors d'urgences à l'échelle du bâtiment. Les églises locales et les voisins étaient désireux d'aider, mais les canaux n'existaient pas et n'étaient pas en mesure de les soutenir. St. James Town est en situation d'insécurité alimentaire d'urgence, en plus d'une insécurité équitable et systémique en raison d'obstacles économiques, du statut d'immigrant, de la langue, de la race, de la situation familiale, culturels et structurels-institutionnels. Le manque chronique d'espaces viables et hygiéniques est un obstacle majeur à la programmation alimentaire locale. 

L'OASIS Food Hub vise à répondre de manière holistique à ces trois insécurités alimentaires en créant un système alimentaire à cycle complet qui crée une cohésion sociale et un accès équitable grâce à ses valeurs de droits humains, sa gouvernance coopérative, ses outils et ses structures d'inclusion. Grâce à OASIS, la sécurité alimentaire sera augmentée directement et le sera également par ses impacts sur les déterminants sociaux de la santé (sentiment d'appartenance, emploi, accès aux espaces verts, etc.).  

E. À propos des participants à la conversation
# de participants à la conversation : 20

  • Démographie des participants :

Cette conversation a été animée par la St. James Town Community Co-op. La coopérative a envoyé une invitation à notre liste communautaire de membres et de voisins, la sélection de participants qui en a résulté représentait un large éventail de personnes qui ont participé à la conversation communautaire. 

Nombre de participants: Au total, 20 membres de la communauté ont participé aux deux conversations. Chaque conversation comptait dix participants. Cependant, les formulaires d'enquête n'ont été remplis que par 12 participants.

Âge:

Tableau 1 : Participants par âge

ÂgeMoins de 2021-4041-60Plus 60
Nombre de participants2244

Race: Neuf participants se sont identifiés comme des personnes de couleur, deux ont répondu par un non et un a préféré ne pas répondre. Cela montre que la communauté est une communauté mixte mais qu'elle est principalement composée de personnes de couleur.

Un seul des 12 participants s'est identifié comme autochtone, mais ne vivant pas dans une réserve. Ces conversations ont été menées par SJT Co-op dans la géographie de St. James Town. Tous les participants résidaient dans la communauté au moment des conversations.

Statut au Canada : Deux participants se sont identifiés comme des immigrants récents, sept ne l'ont pas fait et trois ont préféré ne pas le dire. Cela montre que la majorité des participants à ces conversations étaient des immigrants, ce qui parle également de la composition de la communauté à grande échelle. Le recensement le plus récent le démontre également. Il était important de noter que trois participants ont préféré ne pas dire s'ils s'identifiaient comme immigrants récents ou non. Cela pourrait être dû au fait qu'ils préfèrent peut-être ne pas être stigmatisés en tant qu'immigrants, ce qui est connu pour avoir des conséquences parfois négatives sur les emplois et d'autres services.

Langue: Huit (67%) participants sur 12 parlaient anglais à la maison et les autres parlaient une autre langue.

Genre: Huit (67 %) participants étaient des femmes et 33 % étaient des hommes. Aucun ne s'est identifié comme membre de la communauté 2SLGBTQ+.

Revenu: Neuf (75 %) participants se sont identifiés comme à faible revenu et 3 (25 %) comme à revenu moyen. Il s'agit d'une composition générale de la communauté.

Capacité: 75% (9/12) des participants se sont identifiés comme des personnes non handicapées, et 25% (3/12) étaient des personnes handicapées. 

Secteur d'activité: Les participants appartenaient ou faisaient partie de la main-d'œuvre rémunérée diversifiée. Leurs secteurs d'activité sont mentionnés dans le tableau 2 ci-dessous. Il montre qu'un seul participant était à la retraite. Les autres participants appartiennent ou appartenaient à plusieurs secteurs d'emploi.

syndicat: Un seul des 12 participants appartenait à un syndicat mais était actuellement à la retraite. Cela montre aussi la précarité des participants dans leur emploi. Cela reflétait la composition de leur communauté.

Tableau 2 : Secteur d'emploi

Secteur d'emploiNombre de participants
Travail d'organisation à but non lucratif, caritatif ou communautaire2
Services communautaires et gouvernementaux, Éducation2
Éducation2
Travail essentiel et/ou de service, Travail d'organisation à but non lucratif, caritatif ou communautaire, Construction, métiers, transport et opération d'équipement2
Ressources agricoles et naturelles, Arts, culture, loisirs et sports, Affaires, finance et administration, Travail d'organisation à but non lucratif, caritatif ou communautaire, Données1
Arts, culture, loisirs et sport, Éducation1
Étudiant1
Éducation, Médias et édition, Travail d'organisation à but non lucratif, caritatif ou communautaire1
Retraité1

Implications communautairest : Le tableau 3 et la figure 1 montrent que la plupart des participants n'étaient ni les plus ni les moins impliqués dans la communauté. Ce qui est significatif, c'est l'IC 2 qui représente le nombre de participants qui sont juste quelque peu impliqués dans la communauté. La raison est ce que les participants à la conversation soulignent qu'il est difficile de s'impliquer dans la communauté car ils sont occupés à joindre les deux bouts pour leurs familles, certains faisant de nombreux travaux en une journée dans le but de payer leurs loyers et autres dépenses. Cela laisse très moins de temps pour s'impliquer dans la communauté. Le revenu de base est logique à cet égard. Avec un revenu de base, les gens seront plus en mesure de s'impliquer dans le développement communautaire et de participer à des questions cruciales telles que le changement climatique et la sécurité du revenu. Le deuxième nombre le plus élevé est celui des participants qui sont plus impliqués dans la communauté. Cela démontre une aspiration à s'impliquer dans des activités de développement communautaire.

Tableau 3 : Implication communautaire

Niveau de participation communautaire Pas du toutLégèrementModérémentConsidérablementComplètement
Nombre de participants14231

Figure 1 : Participation de la communauté

Expériences liées au changement climatique, à la sécurité du revenu et à la résilience communautaire: Les participants ont été invités à sélectionner autant d'expériences de changement climatique, de sécurité du revenu et de résilience communautaire qu'ils en avaient dans une liste qui leur avait été donnée dans le questionnaire. 

La figure 2 ci-dessous montre que huit des 12 participants ont mentionné que leurs moyens de subsistance ont été ou sont gravement touchés par la pandémie de covid-19. Seuls 2 ont déclaré que leurs moyens de subsistance n'avaient pas été directement touchés par le Covid-19. Dans les conversations, la pandémie a été évoquée comme un problème qui avait affecté les participants, provoquant des sans-emploi, des sans-abrisme et même des décès dans certains cas.

Six participants ont dit avoir vécu une expérience de pauvreté. À SJT, la pauvreté était un problème grave dont il était également question dans les conversations.

Sept participants ont déclaré avoir travaillé ou plaidé dans le domaine du changement climatique. Cela montre qu'il y a un grand intérêt à travailler pour cette question, probablement parce que cette communauté a directement subi les effets du changement climatique et de la sécurité du revenu dans une large mesure tout en vivant dans cette communauté.   

Alors qu'il y en avait sept qui ont dit qu'ils travaillaient ou défendaient dans le domaine du changement climatique, un seul a dit qu'ils travaillaient ou défendaient dans le domaine de la sécurité du revenu. Ceci malgré le fait que SJT soit un domaine où la sécurité du revenu est un problème majeur. 

Figure 2 : Expériences liées au changement climatique, à la sécurité du revenu et à la résilience communautaire

F. La conversation communautaire 

Les conversations ont eu lieu en ligne sur zoom en raison de la pandémie et des restrictions de distanciation sociale. Tous les participants avaient une connexion Internet stable au cours des conversations. Les conversations ont eu lieu les 19 et 23 mars 2022 pendant les après-midi (1h à 3h). 10 membres de la communauté ont participé à chaque conversation. Le lien zoom a été préalablement envoyé aux participants par email.

Les conversations ont suivi la structure suggérée par le GRP. Aucune modification n'a été apportée aux questions car elles ont été jugées appropriées. Les questions fournies par GRP ont été envoyées un jour avant la date de la conversation aux animateurs avec des suggestions sur la façon dont les conversations peuvent être facilitées dans les salles de sous-commission de zoom.

Le jour des conversations, les participants ont été accueillis suivis de Josephine Grey, la co-fondatrice de STC Co-op. initiant les discussions avec une brève présentation sur les changements climatiques et l'insécurité du revenu. Deux sous-commissions composées de cinq personnes chacune ont discuté des questions posées par le GRP. Chaque question suivait le timing indiqué sur les questions et avait un animateur pour chaque salle de sous-commission. À la fin des discussions en petits groupes, les participants se sont à nouveau réunis dans la salle principale et ont ajouté leurs dernières remarques avant que les conversations ne soient clôturées par Josephine Grey. Les discussions en petits groupes ont été enregistrées par les animateurs, puis transcrites par GRP. Les scripts ont été renvoyés à SJT Co-op et après analyse, le rapport a été rédigé. 

Un comité de quatre participants à la conversation a été constitué pour rédiger le rapport. Le comité s'est réuni deux fois, une fois pour réfléchir aux conversations et une deuxième fois pour réfléchir et discuter du projet de rapport. Des discussions régulières par e-mail et Google Meet ont été menées pour maintenir la communication pendant la rédaction du rapport.

  • Évaluation des participants:

Le formulaire d'évaluation a été envoyé par courriel aux 20 participants. 10 d'entre eux ont répondu en envoyant le formulaire rempli.

Niveau de satisfaction avec la conversation: Selon les réponses du questionnaire d'évaluation, sept des 12 participants se sont dits très satisfaits, deux ont dit être moyennement satisfaits et un a dit qu'il n'était ni satisfait ni insatisfait.

Rien à ajouter: On a demandé aux participants s'ils aimeraient ajouter quelque chose de plus aux conversations. Voici les réponses :

  • Plus de discussions sur les solutions 
  • J'ai apprécié la conversation
  • L'orateur était facile à comprendre.
  • J'étais triste qu'il n'y ait pas plus de monde
  • Préférez plus de telles conversations communautaires
  • Sensibiliser les habitants au bon recyclage

Les liens: On a demandé aux participants s'ils connaissaient les liens entre le changement climatique, la sécurité du revenu et/ou la résilience communautaire. Huit sur 10 ont dit oui, un a dit non et un n'a pas répondu, indiquant que les participants étaient conscients de l'impact que le changement climatique, la sécurité du revenu et/ou la résilience communautaire avaient les uns sur les autres. 

On a également demandé aux participants s'ils estimaient avoir appris quelque chose sur le changement climatique, la sécurité du revenu, la résilience communautaire et les liens entre eux ? Certains participants ont répondu avec ce qu'ils ont trouvé intéressant comme suit :

La corrélation avec la météo et l'augmentation des factures 
Connaître l'intérêt des participants pour le changement climatique et le rôle de la communauté dans l'adaptation aux conditions climatiques actuelles était vraiment incroyable. 
J'ai appris comment nos compétences pouvaient être utilisées pour développer des emplois verts.
Le concept de « transition juste » était nouveau pour moi. Je suis également plus conscient du rôle crucial que joue le « revenu de base » au croisement du changement climatique et de la résilience des communautés. Cela donnerait aux gens l'espace pour penser en dehors de nos bulles de survie vers Et à l'intérieur du changement climatique et de la résilience des communautés.
Faire passer le mot sur l'importance d'aliments sains et accessibles
J'ai pris connaissance d'initiatives de marchés locaux se tenant dans les communautés voisines que je ne connaissais pas

Ce qui a été manqué: On a demandé aux participants s'il y avait quelque chose qui n'était pas ressorti dans les conversations et qu'ils auraient souhaité. Voici les réponses.

Les responsabilités des grandes entreprises face aux changements affectant le changement climatique et l'économie.
J'aimerais en savoir plus sur l'adaptation au climat au niveau communautaire et sur la façon dont les Canadiens s'y préparent.
Je pense qu'il doit y avoir un chemin clair et un temps estimé sur la façon dont nous allons obtenir la formation ou tout service spécifique, atelier dont nous avons discuté lors de la conversation.
Je voudrais dire qu'il est très important de diffuser des informations sur les ressources disponibles pour obtenir des aliments sains et abordables.

Les groupes manquent la conversation: Les participants ont estimé que des groupes tels que RSI, St. James Town Community Corner, Trinity Life, les agriculteurs résidant dans la communauté, les personnes handicapées auraient dû être présents dans les conversations. 

Que pourrait-on faire différemment des conversations: A cette question, les participants ont suggéré :

  • Répondez aux questions en utilisant des outils tels que le tableau noir, le tableau de confiture, etc.
  • Fournissez une ébauche des plans de l'« hôte » concernant la sécurité du revenu et le changement climatique afin que les profanes puissent ajouter leurs idées. 

2. Ce que nous avons entendu

A.  Comment les changements de l'environnement et de l'économie de notre communauté discutés dans l'introduction vous affectent-ils, votre famille ou la communauté dans son ensemble ?

Les changements qui se produisent dans l'environnement et l'économie de la communauté de St. James Town affectent les individus, leurs familles et la communauté dans son ensemble depuis plusieurs décennies maintenant, mais surtout au cours des deux dernières années.

Premièrement, il y a un bouleversement social créé par plusieurs facteurs impactant la communauté tels que :

i. Pandémie:

·         La cause la plus immédiate de bouleversements sociaux dans la communauté est la pandémie de covid-19.

· La pandémie a entraîné la fermeture d'entreprises entraînant la perte d'emplois dans la communauté.

· La perte d'emplois a limité le flux de revenus réguliers aux familles dirigeantes. Cela a réduit les choix des familles sur « quoi acheter, quoi manger ». Une telle situation est encore exacerbée par les obligations de payer des factures telles que le loyer et d'autres services publics

« Nous ne pouvons pas nous permettre les meilleurs choix. Nous ne pouvons pas nous permettre la nourriture qui a été cultivée de manière durable.

· La pandémie en tandem avec le chômage a également causé l'itinérance chez certaines personnes de la communauté au cours des deux dernières années.

ii. Immigrants et nouveaux arrivants

·         St. James Town est principalement une communauté d'immigrants et de nouveaux arrivants. Ils forment l'essentiel de la communauté. Mais nous, les personnes de couleur, sommes victimes de discrimination sur les lieux de travail, ce qui entraîne des refus d'emploi.

« Je suis un senior, même si je vais chercher un emploi, qui m'embauche ? Autre que culturel—autre que les espaces qui veulent un Aîné de connaissances culturelles—qui m'embauche? Je suis une femme handicapée en scooter. Et la couleur de ma peau ne me protège pas ».

· La pauvreté est une faction invariable dans la vie des nouveaux arrivants résidant à St. James Town.

· Ils doivent jongler entre trois ou quatre emplois par jour, dans certains cas, pour faire face à des obligations financières.

« Tu n'as pas les moyens suffisants pour t'occuper de ta famille, ce qui veut dire que tu dois aller travailler, parfois deux ou trois boulots… tu n'as pas de temps libre. Alors, comment allez-vous même aider dans tout ce qui concerne le changement climatique ? »

· Par conséquent, ils sont incapables de consacrer du temps à eux-mêmes et à la communauté. Leur principale préoccupation est de gagner.

« C'est leur première priorité, leur propre subsistance. Donc, à cause de cela, ils n'ont pas vraiment le temps de penser au-delà de leur propre subsistance. Et c'est qu'ils n'ont pas de temps pour la communauté. Ils sont occupés à travailler pour gagner leur vie.

· Entièrement immergés dans le travail, leurs choix pour une vie confortable et saine sont limités du fait de leurs maigres revenus, dont une grande partie sert à payer les factures, les laissant sans rien pour leur propre bien-être personnel et familial.

« Quand c'est l'hiver, votre facture de chauffage augmente. Et quand c'est l'été, à cause de l'humidité, votre facture de climatisation augmente, si vous avez la climatisation. Cela nous affecte donc économiquement, en ce qui concerne la façon dont nous devons décider quoi faire de notre argent. Comment déterminer notre vie ? Et choisissons-nous de payer la facture? Ou avons-nous faim? Et oui, quel choix avons-nous en matière de nourriture si 90 % de votre salaire sert à payer les factures, à payer le loyer, et qu'il n'y a aucun soutien au sein du système.

· Les immigrants de St. James Town font partie de la classe moyenne qui disparaît d'autres parties du Canada ou de différents autres pays et qui apparaît dans la communauté SJT. Ce sont les 'nouveaux pauvres', en particulier ceux qui caractérisent la communauté SJT.

· Les personnes de couleur ou les personnes ayant une expérience de l'accent sont connues pour subir une agressivité subtile de la part de la communauté dans son ensemble. par exemple, on vous demande "d'où venez-vous 'vraiment' ?"

iii.Fin ou renouvellement d’un abonnement Sécurité

·         Il y a une profonde inquiétude parmi les résidents quant à la possibilité de se déplacer en toute sécurité dans la communauté. Cette perception est formée en raison de divers incidents de meurtre, de vol qualifié, de trafic de drogue, de prostitution et de crime au fil des ans.

· Les jeunes de cette communauté se sentent parfois stigmatisés par la présomption de criminalité

iv. Déficit d'information

·         Il y a un manque de sensibilisation sur les services disponibles dans la communauté qui pourraient leur être utiles.

v. Manque de connexions

·         Les résidents qui sont pour la plupart des immigrants, pour la plupart, ne se connaissent pas. Les habitants, même s'ils vivent dans la communauté depuis longtemps, ne sont pas conscients de l'environnement dans lequel ils résident. Par conséquent, ils ne ressentent aucun sentiment d'appartenance à la communauté.

"Les gens ne se connaissent pas même s'ils vivent dans la communauté depuis 20-30 ans."

Deuxièmement, le phénomène de Chaos Climatique (le caractère aléatoire des incidents des bouleversements climatiques et ses effets) a de plus en plus impacté la communauté.

i. La communauté a subi plusieurs effets du chaos climatique, tels que des conditions de chaleur extrême pendant les étés, des ruptures de conduites d'eau pendant les hivers et des coupures de courant dues à des tempêtes de neige.

"Donc, le changement climatique est un très grand, a un très grand impact. Et qu'en est-il du changement climatique pour réduire la saison de plantation, car si nous avons des hivers plus longs, vous n'êtes pas en mesure de commencer la saison de croissance aussi tôt que nécessaire, et puis pendant l'été, il y a la sécheresse.

"Ça s'empire. C'est de plus en plus long et de pire en plus confortable. Je suis reconnaissant qu'il y ait une piscine à côté de moi. Et j'y habiterai l'été prochain. Je prendrai juste une chaise et je vivrai là-bas.

ii. Les personnes âgées, les enfants et les personnes handicapées étaient les plus exposées au risque, à la souffrance et à l'inconfort. Ils se sont retrouvés enfermés dans l'enceinte de leur chambre, parfois même confrontés au manque de nourriture, au manque d'exercice et à des sensations d'étouffement dues à la chaleur et à l'humidité. Les personnes ayant des problèmes de mobilité sont confrontées à la plus grande quantité de souffrance dans ces situations. La St. James Town Community Coop a livré de la nourriture à plus de 200 familles prises dans des situations difficiles.

"En été, les appartements deviennent très chauds et les personnes âgées handicapées ne peuvent pas sortir facilement (elles doivent se préparer à sortir, par exemple prendre de l'eau et d'autres besoins, car dehors aussi il fait chaud). Mais au moins, il y a de l'air frais.

"L'hiver, il faut garder les fenêtres fermées et la chaleur peut provoquer l'étouffement des seniors."

"Pendant les tempêtes de neige, comment ceux qui ne sont pas valides se déplacent-ils là où ils veulent aller, par exemple chez le médecin, la pharmacie, l'épicerie."

"Les seniors ont faim car ils ne peuvent pas se nourrir, surtout par mauvais temps."

Troisièmement, des infrastructures privées médiocres et négligées dans la majorité des immeubles d'appartements dans lesquels vivent les résidents de St. James Town, ont entraîné des incendies (par exemple, 650 Parlement) et des effets de chauffage et de refroidissement extrêmes dans les appartements en raison de fenêtres ouvertes ou qui fuient.

finalement, les annonces d'infrastructures communautaires insuffisantes et inaccessibles pour aggraver la dépression chez les résidents

· La bibliothèque et le centre communautaire sont insuffisants pour une communauté d'environ 25,000 XNUMX habitants.

· La bibliothèque et le centre communautaire sont fermés en raison de la pandémie depuis deux ans

· Les résidents utilisaient parfois les douches du centre communautaire, les salles de récréation pour leur hygiène personnelle et leur détente. La fermeture de cette ressource a mis les résidents dans l'embarras lorsqu'ils n'avaient pas ces ressources travaillant à la maison.

 B.  Comment ces changements environnementaux et économiques sont-ils liés les uns aux autres ? (Comment le changement climatique et la sécurité du revenu sont liés les uns aux autres et à la résilience de notre communauté)

i. La résilience augmente avec l'implication dans la communauté.

· Il est connu que ceux qui sont connectés à la communauté font l'expérience d'une plus grande capacité d'action en raison de leur connexion. Ces personnes ont tendance à développer plus de résilience. Mais les habitants de SJT sont marqués par la pauvreté. La pauvreté empêche les résidents de s'impliquer dans la communauté. par exemple, les personnes de SJT se rendent dans des centres d'accueil pour se nourrir

« Si j'ai faim, je me fiche de l'environnement. Aussi simple que cela."

· La pauvreté diminue également la résilience aux effets du chaos climatique.

· La pauvreté diminue la résilience physique, personnelle et mentale

"L'augmentation des factures crée une pression économique sur vous."

ii. La résilience augmente quand on a un emploi

· SJT est une communauté avec une main-d'œuvre très hautement qualifiée, même si leurs titres de compétences ne sont pas valorisés au Canada. Cela peut être une force positive dans l'émergence d'emplois verts et d'une transition juste. Il est possible de recycler leurs compétences.

"La BI permet de se reconvertir."

iii.Fin ou renouvellement d’un abonnement Le changement climatique est impacté par le contrôle impénétrable des ressources de la terre par l'élite.

· Dans SJT, cela est visible dans un grand pourcentage de terres détenues par les sociétés immobilières et les promoteurs. La résilience diminue lorsque les résidents sont empêchés d'utiliser les espaces verts disponibles tels que les pelouses pour des initiatives vertes telles que la plantation et la culture d'aliments ou de légumes

"En raison de la manière dont l'élite contrôle toutes les ressources de la terre, c'est pourquoi nous avons le changement climatique."

"Les développeurs doivent comprendre qu'ils doivent jouer un plus grand rôle dans la solution et ne pas faire partie du problème en allouant des espaces verts / des pelouses pour planter de la nourriture, quelque chose, des légumes. Mais ils ont dressé une monstruosité devant moi ici même. Et c'était un espace vert merveilleux qui aurait dû être utilisé pour la communauté. Et ils ont construit une monstruosité, une énorme monstruosité, deux bâtiments »

"Il y a des constructions sans planification concernant les égouts, les écoles, les égouts, la circulation, le smog."

iv. La résilience augmente avec la sécurité du revenu (revenu de base)

· Il offre aux résidents des options pour s'impliquer dans des projets liés au climat dans la communauté tels que OASIS, le centre d'alimentation saine géré par la communauté par SJTCC

"Un revenu de base donnerait aux gens la possibilité de soutenir un projet sur le changement climatique, par exemple des oasis/événements dans la communauté."

« Le revenu de base libère du temps pour que les gens participent à la communauté afin d'exiger des changements et du développement dans leurs quartiers, tout comme dans les quartiers plus riches. Les gens sont maintenus dans la pauvreté donc ils ne s'impliquent pas dans la communauté.

· Cela réduit les inquiétudes quant à la satisfaction des besoins de base tels que la nourriture et le logement (loyer)

· Elle protège les personnes âgées et les personnes handicapées contre les préjugés sur le lieu de travail et dans le choix d'un emploi. Lorsqu'ils sont confrontés à la discrimination, ils ont la possibilité de chercher des emplois où ils se sentent à l'aise de travailler, et non dans les endroits où ils sont obligés de s'adapter et de subir la discrimination en silence.

« Je me souviens d'avoir entendu un économiste qui était contre le revenu de base. Et puis j'ai commencé à écouter les autres. Et c'est là que j'ai réalisé, attendez une minute, si j'avais un revenu de base, je n'aurais pas à me soucier de savoir si je peux ou non payer le loyer de ce mois. Et je suis un senior, même si je vais chercher un emploi, qui m'embauche ? Autre que culturel—autre que les espaces qui veulent un Aîné de connaissances culturelles—qui m'embauche? Je suis une femme handicapée en scooter. Et la couleur de ma peau ne me protège pas. Tu sais ce que je veux dire? C'est pourquoi j'ai changé d'avis sur le revenu de base.

C.  Quelles sont les solutions possibles aux défis dont nous avons discuté qui aideront la communauté à réagir au changement climatique et à créer une sécurité de revenu pour tous les membres de la communauté ?

i. Des solutions pour aider à répondre au chaos climatique

· Une aide financière ou des ressources du gouvernement doivent être mises en place pour les organisations à but non lucratif de la communauté afin de soutenir les personnes touchées lors d'urgences dans la communauté. En effet, les agences gouvernementales et les étrangers ne sont pas les premiers intervenants en cas d'urgence dans une communauté, comme on l'a vu dans SJT.

· Établissez des partenariats et des relations qui peuvent aider à faire décoller quelque chose.

· Étude d'assurance en cas d'urgence. Des modèles d'assurance communautaire comme un projet d'assurance coopérative ont été lancés dans d'autres pays. On ne peut pas compter sur Toronto Community Housing, les propriétaires, les entreprises privées pour répondre aux urgences dans la communauté,

· Les promoteurs doivent s'attaquer aux problèmes des résidents et autour de l'environnement ainsi qu'offrir plus de services aux personnes et en particulier aux personnes vulnérables et aux enfants, ainsi qu'à la sécurité et à l'environnement sécuritaire, pour tous les résidents.

· Construire une serre géante

ii. Des solutions pour créer une sécurité du revenu pour tous les membres de la communauté

· Faire connaître la BI auprès des jeunes

· Rendre les rapports accessibles contrairement au rapport du Manitoba

· Accroître les connaissances et le partage d'informations dans la communauté

· Organiser des événements multiculturels sur le partage de nourriture

· Organiser des partages de soupes, des repas sains ensemble, des dîners communautaires

· Ayez plus de diversité dans ces dialogues sur la façon de manger à un prix abordable et d'autres choses.

· Avoir une cuisine certifiée dans cette communauté

· Avoir un endroit pour faire un don et obtenir des vêtements donnés, en particulier de bons vêtements de travail

· Rétablir un sentiment de dignité et d'action en renforçant les capacités. Par exemple, les seniors peuvent suivre des cours sur le vieillissement, l'autonomie, la préparation à l'avenir.

· Augmenter le nombre de garderies dans la ville de St. James. Actuellement, il n'y a pas de places pour les garderies même si l'Ontario conclut une entente avec Trudeau. BI est utile pour les mères qui veulent s'occuper de leurs enfants.

· Créer un programme de revenu de base qui permet aux familles à faible revenu, aux mères à faible revenu, aux célibataires, aux personnes seules d'y avoir accès. Cela créera un niveau de facilité, pour eux, sur ce sur quoi ils peuvent se concentrer en termes de comment ils peuvent se mobiliser autour de la communauté autour du changement climatique, et ce qu'ils doivent faire pour aider à atténuer certains facteurs contre le changement climatique.

iii.Fin ou renouvellement d’un abonnement Solutions communes à 1 et 2

· Modèles d'étude : en Europe, ils ont des villages entiers dédiés à la vie des seniors avec une composante intergénérationnelle

· Réduire la semaine de travail horaire comme dans certains pays européens, afin que les gens puissent profiter de leur vie et pas seulement être dans cette course effrénée de courir après l'argent pour payer une hypothèque pour un endroit dont ils ne profitent même pas

· Le revenu de base gagne du terrain parmi les politiciens. Soutenez le plaidoyer en sa faveur.

· Soutenir le modèle Food Hub pour lutter contre l'abordabilité (afin que des aliments sains et abordables soient à notre portée) qui est un problème pour cette communauté et ainsi avoir une meilleure option disponible pour la communauté de SJT

· Construire des relations intergénérationnelles pour se soutenir mutuellement

· SJTCC a un nouveau projet de réseau de micro-fermes, pour apporter des systèmes de culture, des systèmes de culture aquaponique dans les appartements des gens, puis avoir un hub central de zone de culture, qui se trouve dans notre bureau, qui peut ensuite fournir des semis et ceci et cela au petit micro fermes

D. Comment pensez-vous que ces solutions peuvent être mises en place pour construire, maintenir ou renforcer la résilience communautaire ? Qui est responsable de ces changements – les individus, les groupes communautaires, les gouvernements ou un mélange ?

I. Stratégies d'utilisation des espaces

· Redéfinir les espaces, pour que les quartiers ne soient pas stigmatisés, pour que les gens soient fiers de cet espace

· Établir des initiatives spécifiques dans nos quartiers qui les redéfinissent d'être zonés comme dangereux

· Organiser des événements pour redéfinir les espaces

II. Stratégies de sécurité

· Avoir une veille quasi-communautaire

· Assurer la sécurité dans les espaces communautaires

· Rechercher des financements (pour rendre les espaces sûrs et propres – rénovations)

III. Stratégies vertes

· Démarrer des jardins communautaires dans les arrière-cours

· Des initiatives telles que le club d'achat alimentaire, les groupes de travail de SJTcoop offrent des opportunités de s'impliquer et de s'engager

· Faites la reconnaissance des terres avant de commencer quoi que ce soit, évitez la malbouffe, recongelez les restes

· Utilisez la technologie bioénergétique pour produire de l'énergie à partir des déchets alimentaires, vous pouvez réellement produire de l'électricité, de la chaleur et du carburant à partir des technologies bioénergétiques modernes actuelles

· Plaidoyer pour un espace pour un jardin vert

· Étudiez le rôle d'Alan Gardens dans la production d'aliments sains et abordables

· Sensibiliser les gens au recyclage

IV. Stratégie de financement

· Rechercher des alternatives de financement : il devient plus possible de financer et de soutenir des alternatives qu'auparavant

· Les investisseurs passent au vert. Les investisseurs passent au vert et les gens veulent se lancer dans des investissements verts et définancer les investissements pétroliers.

V. Stratégie communautaire

· Cuisine communautaire

· Accueillir les gens dans une communauté accueillante et dans une communauté verte

· Partager des informations avec la communauté

· Programmes alimentaires de la carte des atouts dans SJT

· Les personnes amenées au Canada qui promettent une vie décente, mais qui ne sont pas bien traitées lorsqu'elles commencent à vivre ici. Former des groupes d'accueil.

Vi. Stratégie d'appréciation des compétences

· Utiliser la main-d'œuvre hautement qualifiée de la communauté pour créer des emplois verts

VII. Stratégie de justice sociale

· Plaider pour que les gens soient rémunérés décemment pour leurs compétences afin qu'ils aient le temps de s'impliquer dans la communauté pour sensibiliser et défendre le changement climatique

· Soyez conscient des tentatives d'embourgeoisement de St. James Town pour amener les personnes à revenu élevé à occuper plus d'espace et plus de place ici

· Les héros se présentent pour parler du changement systémique

VIII. Stratégie politique

· Pousser la classe politique à trouver la bonne solution pour la communauté

· Défendre un gouvernement qui soutient l'environnement vert

· Assurez-vous que l'argent de l'article 17 est utilisé à bon escient pour aider les résidents existants à avoir une communauté plus forte et meilleure

· Il est difficile d'apporter un changement au niveau politique, même pour ceux qui ont beaucoup de relations et de ressources

· En tant que communauté, nous devons renforcer nos capacités sur la façon de faire pression sur la classe politique

Ix. Stratégie d'autonomisation

· Sensibiliser et former les résidents à faire entendre leur voix

X. Stratégie de construction

· Faites comprendre aux développeurs qu'ils doivent jouer un plus grand rôle dans la solution et ne pas faire partie du problème

· Demandez aux promoteurs d'allouer des espaces verts/pelouses pour planter de la nourriture, des légumes.

Xi. Stratégie de revenu de base

· Difficile d'obtenir des subventions et des financements. Le revenu de base est si important, en particulier pour notre communauté, car même les meilleures subventions au monde ne vont pas payer suffisamment de personnes pendant suffisamment de temps pour apporter de sérieux changements.

« Pour que les gens aient suffisamment de temps pour faire quelque chose de significatif, vous savez, il faudrait des millions de dollars dans une communauté de cette taille pour que suffisamment de personnes fassent suffisamment de choses pour s'assurer que, par exemple, tout le monde a une alimentation saine. Et je n'ai pas peur d'aller chercher des millions de dollars. Mais ce serait un énorme bond en avant si au moins les résidents et nos membres avaient un revenu de base pour les aider à faire des choix pour continuer à travailler ensemble sur ce dossier.

«Un revenu de base apporte, compense largement le coût pour le gouvernement et le fait que vous retirez tout ce système complexe de maintien de l'ordre de l'équation. Et vous en faites un système très simple qui n'est pas, vous savez, toutes sortes de tests de ressources et tout le rend tellement moins cher à fournir qu'entre eux, les effets d'entraînement sur l'économie et la réduction des coûts de livraison du revenu de base est un énorme coup de pouce pour s'opposer à l'économie COVID, s'ils ne faisaient que franchir cette étape et ce serait un énorme coup de pouce pour notre communauté capable de faire face et de gérer tous les changements et toutes les réparations et vous savez, la rénovation et l'ouverture et les espaces de terrain , comme qui va faire tout ce travail, ce devrait être nos résidents capables de faire tout ce travail. Nous devrions être en mesure d'être payés pour réparer notre communauté afin qu'elle fonctionne correctement comme n'importe quelle ville ou village devrait le faire.

· La communauté est obligée de soutenir des produits malsains et non durables parce qu'elle n'a pas les moyens d'acheter de meilleurs produits.

« Nous savons que ce que nous achetons fera une grande différence sur ce que font les entreprises. C'est donc horrible d'être obligé de soutenir des produits ou des activités malsains et non durables à cause de la pauvreté.

· Ayez des arguments contrecarrant toute attaque contre le salaire décent.

· Le pilote BI montrait des gens qui retournaient à l'école. La BI peut permettre aux gens de retourner à l'école pour des emplois verts

"La BI vous permet lorsque vous avez assez d'argent de faire de bons choix, alors vous avez assez d'argent pour mettre votre argent là où se trouve votre conscience, et vous pouvez acheter les produits verts, vous pouvez acheter les produits non toxiques."

XII. Stratégie de communication

· Utilisez les médias sociaux pour faire passer le mot. (Carrie19_1_q3)

3. Ce que nous avons appris

Il existe un fort consensus sur les points clés suivants

I. Groupes différents mais expériences similaires : SJT a une population diversifiée mais une expérience et une perspective communes sur les effets du chaos climatique, de l'insécurité alimentaire, du revenu de base, de la résilience communautaire et de l'insécurité alimentaire à St. James Town. Dans ces conversations, nous avons eu des personnes de différents groupes d'âge, capacités, formations et niveaux d'implication dans la communauté, il y avait une compréhension commune des problèmes affectant la communauté liés au chaos climatique et à la résilience individuelle, familiale et communautaire.

II. Désir et volonté des gens de s'engager dans des solutions : Les résidents ont réalisé qu'ils sont les seuls sur lesquels ils peuvent compter en cas d'urgence, qu'elle soit naturelle ou résultant de la négligence humaine. La communauté reconnaît également que les résidents sont remplis d'actifs hautement qualifiés mais sous-utilisés. Cependant, ils se rendent compte qu'ils doivent établir des liens entre eux et renforcer leur capacité à faire entendre leur voix, en particulier sur les questions liées aux effets néfastes des urgences créées par la négligence humaine et le chaos climatique.

III. Immigrants pauvres et nouveaux arrivants : Le fait que les résidents soient des immigrants pauvres et nouveaux arrivants est un facteur majeur de leur négligence par la communauté dans son ensemble, y compris les agences de la ville et les établissements politiques. Ces facteurs les laissent également se sentir exclus du développement et discriminés dans leur quête de progrès. La pauvreté les empêche d'avoir le choix de mener une vie confortable ou de s'impliquer dans la communauté. Le revenu de base est une politique qui leur accordera la liberté de mener une vie heureuse, significative, sans anxiété et productive pour la société.

IV. Le fardeau de notre communauté a été exacerbé par la pandémie qui a causé des pertes d'emplois, l'itinérance et de graves problèmes mentaux dans la communauté, ce qui a entraîné une augmentation des problèmes de sécurité dans ce quartier peu interconnecté.

V. Depuis plus de deux décennies maintenant, le chaos climatique et la négligence humaine ont fait leur apparition, causant de graves perturbations et souffrances aux habitants de St. James Town. Cela touche particulièrement les populations plus vulnérables que sont les personnes âgées, les personnes handicapées, les enfants, les parents en particulier les femmes. Malgré plusieurs événements tragiques de ce type, la communauté continue d'être la proie de tels événements catastrophiques et les résidents continuent de s'accrocher à l'espoir qu'ils ne verront pas de telles souffrances, tout comme les quartiers les plus riches ne le font pas.

Vi. Le revenu de base est un antidote à plusieurs des problèmes auxquels la communauté est confrontée au cours d'une année, tels que la pauvreté, l'insécurité du revenu, la non-participation au développement communautaire, le progrès personnel et familial.

● Dans quelle mesure pensez-vous que votre conversation a permis de mieux comprendre les liens et les synergies entre la résilience communautaire, les moyens de subsistance, la sécurité des revenus et la transition bas carbone ? Veuillez expliquer votre réponse.

○ 1 – Pas du tout

○ 2

○ 3

4

○ 5 – Tout à fait

● Dans quelle mesure les participants ont-ils démontré une sensibilisation accrue au changement climatique et leur propre capacité d'action climatique ? Veuillez expliquer votre réponse.

○ 1 – Pas du tout

○ 2

○     3

○ 4

○     5 – Tout à fait

● Dans quelle mesure de nouvelles relations entre les partenaires communautaires et les participants à la conversation ont-elles été créées et encouragées ? Veuillez expliquer votre réponse.

○ 1 – Pas du tout

○ 2

○ 3

○ 4

○ 5 – Tout à fait

● Dans quelle mesure votre conversation a-t-elle créé des opportunités pour favoriser une discussion continue sur les solutions liées au changement climatique, à l'insécurité des revenus et à la résilience communautaire ? Veuillez expliquer votre réponse.

○ 1 – Pas du tout

○ 2

○ 3

○ 4

○ 5 – Tout à fait

● À votre avis, que doit faire ensuite la communauté pour renforcer ou maintenir sa résilience face au changement climatique et à la montée de l'insécurité des revenus ?

Sur la base de nos conversations, nous avons identifié les stratégies mentionnées dans la section D.

4. Prochaines étapes

Sur la base de nos conversations, nous avons identifié les stratégies mentionnées dans la section D.

Mais dans l'ensemble, la St. Jamestown Community Co-op a une stratégie alimentaire saine pour la communauté appelée OASIS, un centre d'alimentation saine géré par la communauté et résistant au climat. Ces conversations renforcent encore notre stratégie en mettant davantage l'accent sur le revenu de base en tant que bouée de sauvetage à laquelle la communauté aspire pour devenir une communauté dynamique et épanouie.

De plus, nous devons développer une stratégie de St. Jamestown pour la sécurité alimentaire et du revenu. Nous incluons donc dans nos plans stratégiques de coopérative une stratégie de sécurité alimentaire et de revenu de St. Jamestown.

Stratégie de sécurité alimentaire et de revenu de la St. Jamestown Co-op

· Poursuivre cette conversation dans la communauté sur ce que serait une stratégie de St. James Town ? Comment voudrions-nous avancer sur les choses que nous voulons voir se produire autour de la résilience climatique et de la sécurité du revenu, qu'il s'agisse d'une combinaison d'emplois, de revenu de base.

· La stratégie peut être comme un mélange d'individus, de groupes communautaires et de gouvernements parce que j'ai juste l'impression que ça ne marchera pas à moins que nous créions un système où nous travaillons tous ensemble parce que ce problème nous affecte tous.

  • La prochaine étape prévue par la coopérative est une réunion avec son député pour plaider davantage en faveur de la résilience climatique, de la sécurité alimentaire, de la sécurité du revenu et de la sécurité d'emploi pour St. James Town avec les preuves des conversations GRP.