Rapport final

Cliquez pour télécharger le PDF. (Version anglaise)

Cliquez pour télécharger le PDF (english version)

Cliquez pour télécharger le résumé exécutif étendu. (Version anglaise)

Cliquez pour télécharger le CV (english version)

Le Green Resilience Project: Conversations sur le changement climatique, la sécurité du revenu et la résilience communautaire

Aller à la section

Résumé

À propos du Green Resilience Project

Conception et mise en œuvre du projet

À propos des partenaires communautaires et des participants à la conversation

Ce que nous avons entendu : de quoi les participants ont-ils parlé lors de leurs conversations communautaires ?

Ce que nous avons entendu : selon les partenaires communautaires, que doit-il se passer ensuite ?

Ce que nous avons appris : comment ce que nous avons entendu a-t-il guidé nos conclusions et nos recommandations ?

Conseils

Conclusions

annexes


1. Résumé

Partout au Canada, les collectivités ressentent les effets des changements climatiques, l'augmentation de l'insécurité du revenu et leurs effets interreliés sur la résilience des collectivités. Le Green Resilience Project était une série de conversations avec 33 communautés de taille, de situation géographique et de composition économique variées pour discuter de la manière dont le changement climatique et l'insécurité du revenu affectent leur bien-être individuel et collectif. Les participants à la conversation ont parlé des défis auxquels ils sont confrontés dans leur vie quotidienne et ont exploré des solutions susceptibles de renforcer ou de renforcer la résilience des communautés, en veillant à ce que chacun ait ce dont il a besoin pour naviguer dans un environnement et une économie en évolution alors que le Canada se dirige vers le net zéro émissions. 

Dans chacune de ces conversations, nous avons entendu un large éventail de points de vue sur les interactions entre la sécurité du revenu, le changement climatique et la résilience communautaire. Nous avons rencontré de l'espoir, de la peur, du chagrin et un clair sentiment d'urgence pour mettre en œuvre des solutions transformatrices qui améliorent la vie de tous. Après avoir lu et analysé les rapports de synthèse de chaque communauté, le Green Resilience Project l'équipe a identifié quatre thèmes de conversation principaux :

  1. Les gens au Canada, en particulier ceux qui connaissent l'insécurité du revenu ou d'autres formes de précarité financière, sont de plus en plus exposés aux impacts climatiques, mais sont souvent incapables de participer à des solutions climatiques proportionnées en raison d'obstacles systémiques.
  2. Les gens veulent que leurs communautés soient résilientes face au changement climatique et à l'insécurité des revenus. Ils sont intéressés par des solutions qui apportent des améliorations tangibles à leur vie, y compris des aliments cultivés localement accessibles et abordables, des logements et des transports en commun écoénergétiques ainsi que des économies, des services et des infrastructures locales renforcées.
  3. Les gens sont sceptiques quant à leur capacité à prendre des mesures significatives contre le changement climatique et l'insécurité du revenu en raison de leur influence limitée sur les problèmes structurels et systémiques par rapport aux gouvernements et aux entreprises. Beaucoup estiment que les actions individuelles sont limitées dans leur efficacité et que les gouvernements ne prennent pas suffisamment de mesures pour résoudre ces problèmes.
  4. Les communautés sont prêtes à agir mais manquent d'agence politique et économique pour effectuer l'ampleur du changement nécessaire. Les gouvernements doivent répondre à ce défi avec des politiques transformatrices qui s'attaquent aux causes profondes du changement climatique et de l'insécurité des revenus tout en donnant aux communautés les moyens de prendre des mesures autonomes.

Avec ces thèmes à l'esprit, le Green Resilience Project L'équipe a élaboré quatre recommandations pour les gouvernements et les décideurs que nous considérons comme ayant l'impact le plus important, le plus immédiat et le plus durable pour permettre des transformations positives et renforcer la résilience des communautés à travers le Canada :

  1. Intégrer le revenu de base dans le plan du Canada pour une transition juste.
  2. Concevoir des solutions de sécurité du revenu et de politique climatique axées sur l'amélioration de la qualité de vie individuelle et collective.
  3. Donner aux personnes et aux communautés les outils et les ressources dont elles ont besoin pour développer ou renforcer la résilience
  4. Veiller à ce que les entreprises et les riches paient leur juste part.

Ce rapport décrit comment nous sommes arrivés à ces conclusions. Il comprend un historique de la Green Resilience Project, un résumé des conversations qui ont eu lieu dans chaque communauté et une réflexion sur ce que nous avons appris en les écoutant.

2. À propos de Green Resilience Project

Le Green Resilience Project était une série de conversations sur les liens entre l'insécurité du revenu, les changements climatiques et la résilience communautaire dans 33 communautés à travers le Canada. 

Les objectifs du projet étaient : 

  • Explorer et documenter les liens entre la sécurité du revenu, le changement climatique et la résilience communautaire à travers une série de 25 à 35 conversations animées par des partenaires communautaires locaux ;
  • Pour obtenir les points de vue de la communauté sur la manière dont la sécurité du revenu peut aider à renforcer la résilience et encourager l'action locale sur tous les aspects de la crise climatique, de la réponse aux impacts climatiques locaux à la transition hors de l'emploi des combustibles fossiles ;
  • Établir une conversation et une compréhension entre les communautés du climat et de la sécurité du revenu, et avec ceux qui sont souvent exclus des discussions et des décisions politiques ;
  • Servir de point de départ pour le plaidoyer local, la collaboration et les prochaines étapes.

Nous avons engagé des partenaires locaux pour organiser et faciliter chacune des conversations communautaires (que nous appelons dans ce rapport partenaires communautaires). Nous avons fait ce choix en sachant que les partenaires communautaires seraient mieux placés pour adapter la conversation à leurs contextes locaux, plus familiers aux participants potentiels et capables de puiser dans leurs réseaux pour soutenir leurs efforts d'organisation. 

Nous voulions que les conversations soient axées sur la communauté et rassemblent des personnes ayant des connaissances, des opinions et des expériences vécues diverses. En engageant un large éventail de partenaires communautaires qui pourraient à leur tour engager un large éventail de participants, nous espérions amener cette discussion au-delà des bulles du changement climatique et de la défense de la sécurité du revenu. 

Les conversations visaient à créer des opportunités pour discuter de solutions possibles fondées sur des circonstances spécifiques à la communauté et adaptées au besoin des gens de revenus adéquats, de moyens de subsistance significatifs et de communautés résilientes dans lesquelles chacun a ce dont il a besoin pour prospérer. Nous espérions que les participants reviendraient de ces conversations avec une vision de la manière dont les solutions climatiques et de sécurité du revenu peuvent être liées et une idée de ce dont eux et leurs communautés ont besoin pour agir.

Nous espérions également que les relations et les idées générées au cours des conversations susciteraient des initiatives de suivi menées par des partenaires ou des participants locaux, créant des opportunités d'action continue dans le sillage du projet.

Afin d'évaluer notre efficacité dans la réalisation de nos objectifs, nous avons identifié quatre principaux résultats de conversation et demandé à nos partenaires communautaires de signaler dans quelle mesure leurs conversations les ont facilités :

  • La conversation permet de mieux comprendre les liens et les synergies entre la résilience communautaire, les moyens de subsistance, la sécurité des revenus et la transition bas carbone ;
  • Les participants démontrent une sensibilisation accrue au changement climatique et leur propre capacité d'action climatique ;
  • De nouvelles relations entre les partenaires communautaires et les participants à la conversation, et entre les communautés et les partenaires communautaires à travers le pays, sont créées et encouragées ;
  • Les opportunités de favoriser des discussions continues sur les solutions sont identifiées.

Dans la troisième section de ce rapport, nous discutons de ces résultats et des points de vue que nos partenaires ont partagés lorsqu'on leur a demandé de les commenter.

Dans chaque conversation, nos partenaires et participants communautaires ont partagé une abondance d'idées novatrices et créatives sur la façon dont leurs communautés pourraient être plus fortes, plus justes et plus solidaires des individus qui les composent. Ils ont parlé de visions puissantes pour un avenir meilleur dans lequel nous sommes équipés des outils et des ressources dont nous avons besoin pour veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte dans la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Nous sommes incroyablement reconnaissants pour leurs contributions à ce projet.

3. Conception et mise en œuvre du projet

Conception et réalisation du Green Resilience Project a eu lieu entre avril 2021 et mars 2022. Un comité directeur bénévole ayant une expertise dans le plaidoyer lié au changement climatique, à la sécurité du revenu et à la résilience communautaire a défini la portée et l'orientation du projet. 

Le personnel du projet a recruté des partenaires communautaires ayant une expertise ou une expérience en matière de changement climatique, de sécurité du revenu ou de résilience communautaire pour faciliter les conversations locales et rendre compte de ce qu'ils ont entendu. Notre espoir était que puisque leur objectif recoupait celui du Green Resilience Project, leurs conversations pourraient être utiles pour éclairer leur travail en cours et inspirer les prochaines étapes.

Le Green Resilience Project a été conçu comme un exercice d'écoute. Son but était d'entendre ce que les participants avaient à dire, d'identifier les thèmes et les tendances clés à travers les conversations et de faire des recommandations stratégiques reflétant les problèmes et les solutions discutés.

La structure du projet a placé les partenaires communautaires dans des postes de direction et les a encouragés à adapter leurs conversations pour mieux répondre aux besoins de leurs communautés. Nous voulions que les partenaires aient un degré élevé de flexibilité quant à la manière dont ils encadraient la discussion dans leurs communautés. Nous avons fourni des ressources pédagogiques d'introduction sur des concepts tels que le revenu de base et la transition juste que les partenaires étaient invités à partager avec leurs participants à leur discrétion. Plusieurs de nos partenaires ont ajusté le langage qu'ils utilisaient pour parler des concepts clés de la conversation, de la structure et du format de la conversation, etc.

Les partenaires communautaires ont été encouragés à inclure des personnes qui ne sont normalement pas consultées sur la politique climatique ou la politique de sécurité du revenu. Cela a pris une forme différente dans chaque communauté.

Étant donné que le projet était axé sur l'écoute d'un large éventail de voix, nous avons encouragé la variation dans la manière dont les conversations ont été menées, y compris la mesure dans laquelle des informations personnelles ont été recueillies auprès des participants. Nous avons fourni aux partenaires un outil pour collecter des informations démographiques afin de les aider dans leur propre processus de signalement, mais son utilisation était facultative et, à ce titre, toutes les données que nous avons collectées ne sont représentatives que d'un échantillon de participants à la conversation.

A. À propos de la conception du projet

Les partenaires communautaires ont reçu une série de quatre questions à poser au cours de leurs conversations. Ils ont été encouragés à modifier les questions pour mieux s'adapter à leur contexte communautaire si nécessaire. Les questions fournies étaient :

  • Comment les changements de l'environnement et de l'économie de notre communauté vous affectent-ils, votre famille ou la communauté dans son ensemble ?
  • Comment ces changements environnementaux et économiques sont-ils liés les uns aux autres ?
  • Quelles sont les solutions possibles aux défis dont nous avons discuté qui aideront la communauté à réagir au changement climatique et à créer une sécurité de revenu pour tous les membres de la communauté ?
  • Comment pensez-vous que ces solutions peuvent être mises en place pour construire, maintenir ou renforcer la résilience communautaire ? Qui est responsable de ces changements – les individus, les groupes communautaires, les gouvernements ou un mélange ?

Afin de créer une cohérence entre les conversations, de permettre aux partenaires communautaires de prendre en charge la conception de leur conversation et de fournir un soutien si nécessaire, l'équipe du projet a fait ce qui suit :

  • Fourni un modèle de script de conversation et des ressources de facilitation. Les partenaires ont été encouragés à choisir d'utiliser ou non le script de conversation ou l'une des ressources du projet en fonction de leur connaissance de leur communauté ;
  • A aidé les partenaires à déterminer qui devrait être invité à leur conversation et comment recueillir des informations démographiques ou des commentaires des participants. Les formats de conversation ont été déterminés par les partenaires communautaires avec le soutien de l'équipe du projet. Les formats variaient selon les partenaires et comprenaient des événements de groupe virtuels ou en personne, des entretiens individuels et des discussions en petits groupes. Les partenaires communautaires ont été encouragés à inclure (ou à supprimer les obstacles à l'inclusion) des membres de la communauté qui ne sont normalement pas consultés sur ces questions (y compris en offrant des allocations aux participants à la conversation au besoin) ;
  • Fournir une formation en facilitation et un soutien en communication ou logistique aux partenaires communautaires sur demande ;
  • Soutenu les partenaires communautaires dans la réalisation d'un rapport de synthèse communautaire pour partager ce qu'ils ont entendu dans leur conversation ;
  • Financement de projet fourni aux partenaires communautaires pour soutenir la préparation, la mise en œuvre et la production de rapports.

Afin de partager les nouvelles et les mises à jour du projet, d'amplifier le travail de nos partenaires communautaires et d'encourager le réseautage entre partenaires, l'équipe du projet a également créé ce qui suit :

  • Un site Web avec des ressources pertinentes, des mises à jour et un blog présentant des entrevues avec des partenaires communautaires
  • Une présence sur les réseaux sociaux et une e-newsletter
  • Une stratégie de synthèse et un événement de réseautage pour les partenaires communautaires
B. Avons-nous atteint nos objectifs de conversation ?

Nous avons partagé nos quatre principaux résultats de conversation avec nos partenaires communautaires et leur avons demandé de nous dire dans quelle mesure leurs conversations les avaient facilités. Cela nous a donné une idée de ce que les partenaires et les participants pensaient de l'efficacité des conversations et a guidé notre processus d'analyse des données et de rédaction des recommandations. 

La conversation permet de mieux comprendre les liens et les synergies entre la résilience communautaire, les moyens de subsistance, la sécurité des revenus et la transition bas carbone.

Les partenaires ont estimé que l'occasion de réunir les participants pour discuter de ces sujets était précieuse et soutenait une meilleure compréhension des liens entre le changement climatique, la sécurité du revenu et la résilience communautaire. Plusieurs partenaires ont indiqué que leurs participants ont bénéficié du large éventail de connaissances et d'expériences apportées aux conversations. Notre partenaire à Fredericton a noté que « la richesse de l'expérience de ces groupes de discussion a facilité un transfert de connaissances aux jeunes organisateurs et aux membres de la communauté [… et] a permis aux défenseurs de la communauté dans un domaine d'apprendre où leur travail s'aligne sur un autre ».

Les connaissances préexistantes liées au changement climatique, à la sécurité du revenu ou à leurs liens variaient. La majorité des partenaires ont indiqué des niveaux élevés de familiarité avec les sujets abordés. Certaines des conversations à Lockeport and Beardy's et Okemasis Cree Nation ont été menées avec des élèves du primaire et du secondaire, de sorte que les connaissances de base étaient limitées. Cependant, les deux partenaires de ces communautés ont déclaré avoir été impressionnés par la capacité des étudiants à établir des liens entre les changements climatiques et la sécurité du revenu au fil des conversations. 

Notre partenaire à Sault Ste. Marie a indiqué que les membres de la communauté à faible revenu étaient parfaitement conscients qu'une seule crise climatique (comme une inondation) pouvait les laisser sans abri ou avoir un impact significatif sur leur accès à la nourriture et à l'énergie essentielles.

Certains partenaires qui ont animé des conversations avec des communautés autochtones ont discuté des façons uniques dont le changement climatique et l'insécurité du revenu affectent les moyens de subsistance des Autochtones. Nos partenaires qui ont animé des conversations avec des communautés autochtones urbaines en Colombie-Britannique ont partagé que :

«Nous avons conclu que le système de réservation, ainsi que le système de protection sociale, ne servent pas notre communauté. Les moyens de subsistance des peuples autochtones doivent provenir d'une manière juste et honorable d'améliorer l'utilisation de la terre afin que les moyens de subsistance des générations futures soient également garantis. Une transition à faible émission de carbone est étroitement liée aux valeurs et aux systèmes de gouvernance autochtones.

D'autres partenaires ont noté certains obstacles à l'établissement de ces liens dans le cadre de leurs conversations. Notre partenaire dans les West Kootenays, qui a mené des conversations individuelles avec des membres de la communauté à faible revenu, a signalé que les participants étaient plus intéressés à en savoir plus sur les soutiens ou les programmes disponibles pour les aider à faire face aux défis que posent les changements climatiques et l'insécurité du revenu que enquêter sur leurs causes profondes. Un partenaire de Flin Flon (une ville confrontée à la fermeture imminente d'une mine qui emploie une partie importante de la population) a rapporté que :

« Les aspects relatifs aux moyens de subsistance et à la sécurité des revenus ne figuraient pas en bonne place dans les réponses [des participants], [par rapport à] la menace existentielle posée à Flin Flon par la fermeture imminente de la mine, toutes les autres menaces économiques, même celles liées au changement climatique, pâlissent [ dans] l'importance. 

Les participants démontrent une sensibilisation accrue au changement climatique et leur propre capacité d'action climatique.

De nombreux partenaires ont indiqué que les participants avaient déjà une solide compréhension du changement climatique et de ses impacts, soit par l'expérience vécue, l'éducation ou les initiatives communautaires existantes. Par exemple, notre partenaire au Yukon a déclaré que « parce que le changement climatique est un problème si répandu auquel sont confrontés les jeunes du Yukon, il a été au centre d'une grande partie de notre conversation. Les participants ont fait preuve de passion et de connaissances autour de l'action climatique et ont partagé leurs propres expériences avec des solutions. 

Notre partenaire dans les West Kootenays, qui a mené leurs conversations individuelles en utilisant une technique de prospection approfondie qui leur a permis d'atteindre les participants avec un large éventail de points de vue sur le changement climatique et l'action climatique, a rapporté que discuter de leur West Kootenay 100% Renewable Energy Plan avec leurs participants les a motivés à en savoir plus sur le changement climatique et sur la manière dont les changements ont été proposés dans la région.

Nos partenaires qui ont organisé des conversations avec des communautés autochtones urbaines en Colombie-Britannique ont noté que l'action climatique est intrinsèquement liée à l'autodétermination autochtone, signalant que les participants ont discuté du lien entre l'action climatique et l'inclusion des peuples autochtones hors réserve touchés par la Loi sur les Indiens dans la mise en œuvre. de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP). 

L'un des points communs signalés par nos partenaires était le scepticisme des participants quant à leur capacité à prendre des mesures climatiques importantes ou significatives en raison de leur influence limitée sur la question par rapport aux gouvernements et aux entreprises. De nombreux partenaires ont souligné un consensus général selon lequel les gouvernements n'en font pas assez pour lutter contre le changement climatique et que les actions individuelles (comme le recyclage ou la culture d'aliments locaux) sont limitées dans leur efficacité. Notre partenaire à Churchill a souligné que les initiatives communautaires ont besoin du soutien financier du gouvernement pour avoir un impact significatif et durable.

De nouvelles relations entre les partenaires communautaires et les participants à la conversation, et entre les communautés et les partenaires communautaires à travers le pays, sont créées et encouragées.

De nombreux partenaires ont indiqué que l'hébergement de ces conversations leur a permis d'approfondir leurs propres relations avec les membres de la communauté et de préparer le terrain pour une collaboration ou une conversation future. De nombreux organismes partenaires ont indiqué que les participants en avaient appris davantage sur les services ou les initiatives qu'ils offrent dans la communauté. Notre partenaire de la région de Tantramar a partagé que leur conversation a déclenché la création d'une nouvelle initiative sur la sécurité alimentaire et le changement climatique dans la communauté.

D'autres partenaires ont partagé que les conversations ont permis aux membres de la communauté de nouer ou d'approfondir des relations les uns avec les autres. L'un d'eux a souligné que la communauté avait besoin de ressources financières pour que les postes de direction communautaire continuent de faciliter l'établissement de ces relations.

Le Green Resilience Project L'équipe a organisé une session stratégique de synthèse pour que les partenaires se connectent les uns aux autres et partagent des informations sur ce qu'ils ont appris en organisant leurs conversations, ainsi que pour partager la manière dont la conversation a éclairé leur travail en cours et identifier les pistes de collaboration possibles. Certains partenaires ont partagé des exemples de stratégies de plaidoyer et de communication qui les ont aidés à combler le fossé entre les bulles de plaidoyer (par exemple, le changement climatique, la sécurité du revenu, la justice raciale, le travail) et qui ont le potentiel d'être adoptés dans d'autres communautés partenaires. Nous avons diffusé un formulaire de contact qui a permis aux partenaires de se connecter les uns aux autres dans le sillage du projet pour coordonner de futures initiatives de collaboration. 

Les opportunités de favoriser des discussions continues sur les solutions sont identifiées.

La majorité de nos partenaires ont partagé que les membres de la communauté ont exprimé un intérêt manifeste à poursuivre la conversation et à réfléchir à des solutions aux problèmes auxquels les communautés sont confrontées. Notre partenaire à Terre-Neuve a partagé que leur conversation "semblait susciter l'intérêt des gens pour créer une activité d'impact collectif local sur la question du revenu de base en particulier", tandis que notre partenaire à Lockeport a rapporté que "chaque conversation a exprimé son intérêt à poursuivre la conversation sur tous les sujets et concepts abordés.

Certains partenaires ont exprimé des incertitudes ou des obstacles quant à savoir si la conversation a créé d'autres opportunités pour les membres de la communauté d'explorer des solutions. Notre partenaire des Territoires du Nord-Ouest a indiqué que « la conversation a été conçue comme un projet/conversation ponctuel, [laissant] peu ou pas de place pour la planification et la mise en œuvre d'actions à long terme ».

Les partenaires ont identifié peu de plans concrets pour la poursuite de la planification des solutions. Certains ont souligné la nécessité d'un financement supplémentaire ou d'un soutien gouvernemental pour faciliter ce travail. Il y a un intérêt clair dans toutes les communautés, mais sans ressources pour aller de l'avant, la continuité est limitée.

4. À propos des partenaires communautaires et des participants à la conversation

Vingt-huit partenaires communautaires ont participé à la Green Resilience Project, tenant 33 conversations communautaires. Les partenaires communautaires reflétaient un éventail de domaines d'intérêt : des organisations environnementales, des organisations de lutte contre la pauvreté, un travailleur de la santé, un chercheur en politique de santé, des communautés ou des organisations dirigées par des Autochtones, des sites pilotes de revenu de base, un travailleur des arts et de la culture, trois organisations axées sur les jeunes, un groupe de réflexion, une organisation de développement économique communautaire et une organisation agricole basée sur ses membres.

Diverses collectivités urbaines, rurales et éloignées ont participé, avec une représentation dans toutes les provinces et tous les territoires, à l'exception du Nunavut. La propagation rapide de la COVID-19 a rendu dangereux pour notre partenaire désigné au Nunavut de mener une conversation en personne dans la fenêtre de temps disponible pour ce projet. 

Les partenaires communautaires ont été encouragés à inviter des participants de divers horizons, en mettant l'accent sur les personnes touchées par les changements climatiques ou d'autres problèmes environnementaux, les personnes à faible revenu, les personnes ayant une expérience vécue de la pauvreté ou de l'itinérance, les personnes autochtones et racialisées, les personnes ayant des handicaps ou problèmes de santé, personnes travaillant dans le domaine du plaidoyer pour le climat ou la sécurité du revenu ou personnes dont les moyens de subsistance sont touchés par le changement climatique ou l'insécurité du revenu. Cela a été réalisé avec plus ou moins de succès. 

Pour les partenaires qui ont réussi à recruter un large éventail de participants, cette diversité était assez différente d'une communauté à l'autre. Dans certains, cela signifiait une gamme d'expériences vécues et de niveaux de revenu, mais peu de diversité culturelle. Dans d'autres, c'était le contraire. Certains partenaires communautaires se sont concentrés sur un point commun particulier entre les participants, comme les moyens de subsistance (par exemple, l'agriculture, les arts et la culture), l'âge ou la religion.  

Vous trouverez ci-dessous 33 instantanés de haut niveau décrivant les communautés et les membres de la communauté qui ont participé à Green Resilience Project conversations. Nous avons inclus des informations fournies par des partenaires communautaires qui décrivent les changements climatiques et les facteurs de sécurité du revenu qui influencent les communautés. Nous avons également inclus des informations démographiques générales sur les participants.

Des détails supplémentaires sur chaque conversation communautaire peuvent être trouvés dans tome C de ce rapport. Les rapports de synthèse complets de la communauté sont disponibles dans tome B

Les instantanés de la communauté sont répertoriés par emplacement, d'ouest en est :

1. Emplacement: Whitehorse, Yukon
Nom du partenaire : BYTE - Autonomisation de la société des jeunes 
Description des participants : Jeunes (majorité entre 20 et 30 ans, quelques adolescents); Résidents urbains majoritaires ; Minorité identifiée comme Autochtone/BIPOC ; Majorité identifiée comme revenu moyen ; Certains membres du syndicat; Les participants représentaient un large éventail de secteurs de la main-d'œuvre
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement nord; les impacts du changement climatique, y compris la hausse des températures moyennes ; Les événements météorologiques extrêmes, y compris les inondations ; dégel du pergélisol; pénurie alimentaire ; Pénurie de logements ; Le salaire minimum est inférieur au salaire vital ; Impacts notés sur la santé mentale du changement climatique et de la consommation de substances
Type de sensibilisation : Des médias sociaux; Affiches
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

2. Emplacement: Shirley, Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Alysha Jones (coprésidente du comité d'intersectionnalité et de vérité et réconciliation, Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l'environnement et membre du comité d'action climatique du district de Sooke)
Description des participants : Éventail des professions représentées; Large tranche d'âge ; Gamme d'expériences vécues; Aucun identifié comme à faible revenu ou BIPOC
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement rural; Dépendance historique et actuelle à l'égard de l'exploitation forestière et de la sylviculture; A connu des événements météorologiques extrêmes ; Impact social et écologique de l'industrie ; Problèmes de qualité de l'eau constatés
Type de sensibilisation : liste de diffusion par e-mail ; Des médias sociaux; Invitation directe
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

3. Emplacement: Sooke, Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Alysha Jones (coprésidente du comité d'intersectionnalité et de vérité et réconciliation, Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l'environnement et membre du comité d'action climatique du district de Sooke)
Description des participants : Jeunes (11 à 17 ans) ; Aînés; Y compris les propriétaires de petites entreprises ; Chômeurs inclus
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Communauté en évolution rapide ; Historiquement une ville forestière/pêcheuse; A connu une augmentation de la population ; Vulnérable aux impacts climatiques
Type de sensibilisation : Invitations directes ; E-mail; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversations de groupe en personne ; Conversations de groupe virtuelles

4. Emplacement: Colombie-Britannique, principalement le Lower Mainland et l'île de Vancouver 
Nom du partenaire : L'institut Columbia
Description des participants : Élus locaux : Maires, directeurs régionaux, conseillers, syndics scolaires
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Inclus des municipalités de différentes tailles ; Partout dans la province, des municipalités ont connu des phénomènes météorologiques extrêmes; Crise du logement et crise de la drogue notées dans la région ; Problèmes de sécurité alimentaire constatés dans la région
Type de sensibilisation : Invitations directes
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

5. Emplacement: Colombie-Britannique, principalement des zones urbaines
Nom du partenaire : Aboriginal Life In Vancouver Enhancement Society (ALIVE) et Conseil autochtone du Nord-Ouest (NWIC)
Description des participants : La majorité étaient des jeunes Autochtones vivant hors réserve en milieu urbain; Inclus défenseurs/fournisseurs de services ; Perspectives manquantes : membres de la communauté 2SLGBTQ+
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Programmes d'aide sociale inadéquats; Conditions sévères d'être sans abri; Dépendances intergénérationnelles ; Manque de revenu d'emploi stable; Discrimination basée sur de faibles attentes ; Frais de scolarité élevés; Financement selon l'approche fondée sur les distinctions à tous les paliers de gouvernement; Obstacles à l'accès aux ressources du centre communautaire
Type de sensibilisation : Invitations directes au réseau d'individus et d'organisations
Format de conversation : Conversations de groupe virtuelles ; Conversations de groupe en personne

6. Emplacement: Yukon et nord de la Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Union Nationale des Fermiers
Description des participants : Tous les agriculteurs ; Certains travaillent également dans le secteur pétrolier et gazier ; Revenu moyen majoritaire ; Tous identifiés comme blancs 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacements ruraux; La conversation couvre une grande région; Nord; Les événements météorologiques extrêmes, y compris la sécheresse, les inondations ; Manque de logements abordables; Coût élevé du terrain ; Revenus vulnérables à la catastrophe climatique
Type de sensibilisation : Invitations directes aux membres et aux non-membres ; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

7. Emplacement: West Kootenays, Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Écosociété de West Kootenay
Description des participants : Faible revenu; Majorité identifiée comme blanche; Certains identifiés comme BIPOC ; Certains non logés ; Souvent exclus de l'action climatique/de la planification de la transition
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Mélange d'emplacements ruraux et urbains ; A noté une augmentation du coût de la vie ; Les impacts du changement climatique, y compris les changements de température, l'augmentation des précipitations/neige ; Températures extrêmes ; Feux de forêt; Secteur touché : Tourisme
Type de sensibilisation : Invite directe ; Institution (organismes communautaires); Référence
Format de conversation : Téléphoner; E-mail; Entrevues en personne

8. Emplacement: Hinton, Alberta
Nom du partenaire : Fer et terre
Description des participants : Majorité identifiée comme revenu moyen ; Majorité entre 20 et 60 ans ; Personne identifié comme 2SLGBTQ+ ; Personne identifié comme racialisé ; 50% travaillent dans des secteurs impactés par le changement climatique/transition énergétique (agriculture, ressources naturelles) ; 50 % se sont identifiés comme des hommes, 50 % comme des femmes
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement rural; Dépendance historique/actuelle vis-à-vis des industries primaires (pétrole et gaz, bois, charbon); Changements météorologiques extrêmes, y compris les vagues de froid, les vagues de chaleur, la sécheresse, les pluies excessives ; Élimination du charbon thermique ; Directement impacté par la transition énergétique
Type de sensibilisation : Invitations directes ; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

9. Emplacement: Nord de l'Alberta et Territoires du Nord-Ouest
Nom du partenaire : Union Nationale des Fermiers
Description des participants : Agriculteurs, petites et moyennes exploitations; Tous identifiés comme blancs; Tous identifiés comme revenu intermédiaire
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacements ruraux; Emplacements éloignés ; La conversation couvre une grande région; Nord; « A la pointe du changement climatique » ; Courtes saisons de croissance; Conditions météorologiques extrêmes; Dégradation des terres agricoles ; Insécurité alimentaire; Industries d'extraction; Suppression forcée des modes de vie traditionnels (chasse, pêche)
Type de sensibilisation : Invitations directes aux membres et aux non-membres ; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

10. Emplacement: Alberta (principalement Edmonton)
Nom du partenaire : Citoyens pour la justice publique/Just Faith Alberta
Description des participants : Conversation basée sur la foi : tous identifiés comme chrétiens ; Principalement d'Edmonton, un de Calgary, un de Fort McMurray, un d'Olds. Principalement âgés de 40 à 60 ans ; Large éventail de métiers
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : L'industrie pétrolière et gazière est un employeur majeur dans la région; les entreprises contribuent à un niveau de vie élevé. Les taxes sont faibles et la qualité des installations récréatives et municipales est élevée. Il y a une prise de conscience des événements météorologiques extrêmes et des changements tels que la qualité de l'air, mais la reconnaissance du changement climatique suscite des préoccupations immédiates concernant les emplois et les moyens de subsistance. Certains ont perçu une instabilité accrue pour les travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière; Hausse du prix du foncier
Type de sensibilisation : Sensibilisation eblast spécifique à l'emplacement ; E-mail direct ; Invitations téléphoniques
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

11. Emplacement: Northwest Territories
Nom du partenaire : Écologie Nord
Description des participants : Une gamme diversifiée de participants de tous les territoires; Absence d'une forte présence des régions du Sahtu et d'Inuvik
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : L'environnement nordique sensible et éloigné exacerbe et intensifie la vaste gamme d'impacts causés par les changements environnementaux et climatiques par rapport à d'autres régions du Canada. Certains de ces problèmes interdépendants sont les coûts accrus de la production et du transport des aliments, les insécurités croissantes concernant la qualité et l'accessibilité des aliments traditionnels, les problèmes/crises de logement généralisés et la stabilité des revenus.
Type de sensibilisation : Invitations ouvertes à 33 communautés
Format de conversation : Événement de groupe virtuel (et téléphonique)

12. Emplacement: Nation crie Ahtahkakoop, Saskatchewan 
Nom du partenaire : Centre de santé Ahtahkakoop
Description des participants : dirigé par des Autochtones ; Jeunesse; Aînés
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement distant; Changements et événements météorologiques extrêmes ; L'insécurité alimentaire impactée par la transition énergétique
Type de sensibilisation : Conversation de groupe en personne
Format de conversation : Médias; Invitation directe ; Des médias sociaux; Affiches

13. Emplacement: Saskatoon, Saskatchewan
Nom du partenaire : Partenariat pour la réduction de la pauvreté de Saskatoon
Description des participants : Majorité identifiée comme revenu moyen ; Une minorité a vécu l'expérience de la pauvreté ; Minorité identifiée comme autochtone
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement urbain; Insécurité alimentaire; Manque de logements abordables; Événements météorologiques extrêmes, y compris chaleur et pluie/neige excessive ; Changements de la vitesse du vent
Type de sensibilisation : Des médias sociaux; Invitation directe : Institution (organismes communautaires) et réseau existant
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

14. Emplacement: Nation crie Beardy's et Okemasis, Saskatchewan 
Nom du partenaire : Centre de santé de Willow Creek
Description des participants : dirigé par des Autochtones ; Jeunesse (4e année); Aînés
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement distant; 40 % des membres comptent sur l'aide au revenu; Changements météorologiques extrêmes, y compris les changements de température, le manque de précipitations, les impacts négatifs sur les populations fauniques ; Mauvaises conditions de croissance pour la nourriture; Pénurie de logements ; Identité culturelle forte
Type de sensibilisation : Invitations directes au groupe d'aînés ; Invitation directe à l'institution (école)
Format de conversation : Deux conversations de groupe en personne : une avec des aînés, une avec des jeunes

15. Emplacement: Flin Flon, Manitoba
Nom du partenaire : Société de revitalisation du quartier de Flin Flon
Description des participants : Résidents de Flin Flon; Identifié comme revenu intermédiaire ; Certains identifiés comme BIPOC ; Certains inconnus
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement rural; Emplacement nord; Événements météorologiques extrêmes ; Fermeture imminente de la mine ; déclin démographique; Insécurité du revenu
Type de sensibilisation : Médias; Invitations directes ; Des médias sociaux
Format de conversation : Événement hybride avec groupe en personne et participants virtuels

16. Emplacement: Saskatchewan et Manitoba 
Nom du partenaire : Une maison plusieurs nations (OHMN)
Description des participants : Membres du réseau One House Many Nations ; La plupart identifiés comme autochtones
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Augmentation de l'extraction des ressources dans la région ; Augmentation des travaux d'infrastructure ayant un impact sur l'environnement local (communauté non consultée); Fluctuations météorologiques extrêmes ayant un impact sur l'accès aux matériaux, aux cérémonies, aux événements culturels, au travail ; Sécheresse; Présence accrue de tiques du bois; Itinérance notée en raison des impacts climatiques tels que les incendies, les inondations ; Préoccupation concernant l'état des routes de glace et l'accessibilité ; Pénurie de logements constatée ; De nombreux impacts du colonialisme ; Taux de chômage élevé chez les jeunes
Type de sensibilisation : Invitation directe au réseau OHMN
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

17. Emplacement: Churchill/Wabowden/Thompson, Manitoba
Nom du partenaire : Développement des collectivités du centre-nord
Description des participants : Résidents de Churchill, Wabowden et Thompson, MB
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement nord; Emplacements ruraux; Secteurs impactés par le changement climatique/transition énergétique : Ecotourisme, agriculture ; Impacts des changements climatiques, y compris la chaleur extrême, les changements de saison de croissance, les impacts sur l'habitat faunique
Type de sensibilisation : Médias; Invitations directes ; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

18. Emplacement: Sault Ste. Marie, Ontario
Nom du partenaire : Crane Institute pour la durabilité
Description des participants : La majorité des participants identifiés comme ayant un revenu moyen ; Certains ont vécu l'expérience de la pauvreté ; La majorité ne s'est pas identifiée comme POC ; Éventail des secteurs d'emploi représentés; Les participants aux entrevues avec des informateurs clés (KII) représentaient un échantillon représentatif d'intervenants universitaires et gouvernementaux
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement nord; Emplacement urbain; La sécurité alimentaire; Le logement abordable; Infrastructure; (Manque de) diversité économique dominée par l'industrie et le commerce de détail ; Défis communautaires en matière d'éducation, de santé et de revenu 
Type de sensibilisation : Invitations directes ; Médias; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation communautaire virtuelle ; Entretiens avec des informateurs clés (KII)

19. Emplacement: Hamilton, Ontario
Nom du partenaire : Table ronde de Hamilton pour la réduction de la pauvreté
Description des participants : participants au projet pilote sur le revenu de base ; Certains participants ont vécu l'expérience de la pauvreté; Activistes et organisateurs communautaires ayant une expertise en matière de revenu de base et/ou de justice climatique
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Site pilote du revenu de base (2017 – 2019) ; A noté la hausse du coût de la vie ; Insécurité alimentaire; sans-abrisme ; A connu des températures extrêmes
Type de sensibilisation : Invitations directes à un réseau d'organisations
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

20. Emplacement: St.James Town à Toronto, Ontario
Nom du partenaire : Coopérative communautaire de St. James Town
Description des participants : Principalement identifié comme POC ; Majorité identifiée comme immigrante; Large tranche d'âge ; Majorité à faible revenu, certains à revenu moyen ; Minorité identifiée comme handicapée ; Certains ont vécu l'expérience de la pauvreté ; Perspectives manquantes : membres de la communauté 2SLGBTQ+
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Quartier extrêmement diversifié culturellement; Densité de population 18 fois supérieure à celle de la ville de Toronto; Accueil à la majorité des nouveaux arrivants, dont beaucoup sont hautement qualifiés/instruits (49 % des résidents ont un diplôme de l'enseignement supérieur) ; Pourcentage de ménages à faible revenu supérieur à la moyenne malgré un taux d'emploi supérieur à la moyenne ; Insécurité alimentaire; Vulnérabilité aux impacts du changement climatique tels que les conditions météorologiques extrêmes 
Type de sensibilisation : Invitations directes ; Des médias sociaux; E-mail
Format de conversation : Deux conversations de groupe virtuelles

21. Emplacement: Haliburton/Ville de Kawartha Lakes/Brock, Ontario
Nom du partenaire : Joli Scheidler, BA, BEd, MA, candidate au doctorat, York University – Health Policy & Equity
Description des participants : Mélange de revenu faible, moyen et élevé ; Certains ont vécu l'expérience de la pauvreté ; Éventail des secteurs d'emploi représentés; Large tranche d'âge
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Mixte éloigné/rural ; Inclut le site pilote sur le revenu de base (Lindsay, 2017 – 2019) ; A connu une chaleur extrême et des orages intenses ; Secteurs du tourisme et de l'agriculture touchés par les changements climatiques ; L'insécurité du revenu comprend les bas salaires, les emplois saisonniers, les emplois contractuels
Type de sensibilisation : Invitations directes aux contacts par e-mail ; Médias; Des médias sociaux; Appels téléphoniques
Format de conversation : entretiens 1:1 ; réunions virtuelles ; Réunions de groupe et réponses par e-mail 

22. Emplacement: Montréal, Québec
Nom du partenaire : Y4Y Québec
Description des participants : Jeunes majoritaires ; Tous identifiés comme Philippins; La plupart ont un revenu moyen ou n'ont pas encore l'âge de travailler ; Tous les membres d'un groupe confessionnel
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement urbain; La ville a connu des événements météorologiques extrêmes ; Remarquable hausse du coût de la vie
Type de sensibilisation : Invitation directe : groupe confessionnel communautaire
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

23. Emplacement: Montréal, Québec
Nom du partenaire : Y4Y Québec
Description des participants : Revenu professionnel/moyen majoritaire ; Étudiants; Jeunesse; Certains identifiés comme blancs; Certains identifiés comme BIPOC
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement urbain; La ville a connu des événements météorologiques extrêmes ; Remarquable hausse du coût de la vie
Type de sensibilisation : Invitations directes au réseau ; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

24. Emplacement: Montreal, Quebec
Nom du partenaire : Coalition Climat Montréal
Description des participants : Un peu plus d'un tiers des participants ont moins de 20 ans et les autres ont entre 20 et 60 ans et plus ; Minorité identifiée comme POC ; Revenu faible à moyen majoritaire ; Certains revenus élevés; Petite minorité ayant une expérience vécue de l'itinérance ou de la pauvreté
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement urbain; La ville a subi des impacts climatiques, notamment des vagues de chaleur et du smog ; Insécurité alimentaire; Augmentation des prix de l'immobilier locatif ; Grandes disparités de revenus ; Quelques solutions en cours comme l'agriculture urbaine, l'aide alimentaire, la mutualisation des biens et services
Type de sensibilisation : Invitations envoyées à un réseau de 34 organisations
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

25. Emplacement: Partout au Canada (principalement au Québec)
Nom du partenaire : animatrice culturelle Amanda Vincelli
Description des participants : Tous identifiés comme artistes et travailleurs culturels ; Large éventail de rôles au sein du secteur culturel ; 20 à 60 ans ; Majorité identifiée comme ayant un revenu moyen à faible ; 35% ont vécu l'expérience de la pauvreté ; 42 % ont déclaré que leurs moyens de subsistance avaient été gravement touchés par la pandémie ; 10 sur 31 identifiés comme POC ; Perspective autochtone sous-représentée.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Sensibilisation générale aux impacts climatiques ; Précarité des revenus dans le secteur
Type de sensibilisation : Invitations directes ; Promotion via des organisations communautaires (plus de 50), des réseaux et des leaders culturels, en mettant l'accent sur les travailleurs de l'art et les organisateurs communautaires autochtones, noirs et autres POC ; Des médias sociaux; Médias; Bulletins.
Format de conversation : Deux événements de groupe virtuels : un en anglais, un en français

26. Emplacement: Fredericton, Nouveau-Brunswick
Nom du partenaire : Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick
Description des participants : Majorité identifiée comme revenu moyen ; Certains ont vécu une expérience d'insécurité du revenu; Absence notée de BIPOC ; Y compris les résidents, les organisateurs communautaires et les militants
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacement urbain; A connu des événements météorologiques extrêmes, notamment des inondations et une pénurie de logements abordables ; Demande énergétique élevée due au chauffage électrique ; Présence d'inégalités de revenu
Type de sensibilisation : Des médias sociaux; Invitation directe : réseaux d'organisations communautaires
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

27. Emplacement: Lockeport, Nouvelle-Écosse
Nom du partenaire : Centre pour la prospérité locale
Description des participants : Large tranche d'âge (10 - 100); Démographie représentative de la communauté
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Impacts importants du changement climatique, y compris l'élévation du niveau de la mer et la hausse de la température de l'eau ; Emplacement rural; Forte dépendance économique à une ressource naturelle (pêche); Vulnérabilité des infrastructures
Type de sensibilisation : Invitation directe ; Des médias sociaux
Format de conversation : Entrevues en personne ; Entrevues virtuelles

28. Emplacement: Lockeport, Nouvelle-Écosse
Nom du partenaire : Centre pour la prospérité locale
Description des participants : Jeunes (de la 10e à la 12e année)
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Impacts importants du changement climatique, y compris l'élévation du niveau de la mer et la hausse de la température de l'eau ; Emplacement rural; Forte dépendance économique à une ressource naturelle (pêche); Vulnérabilité des infrastructures
Type de sensibilisation : Invitation directe : établissement (école)
Format de conversation : Conversation de groupe en personne 

29. Emplacement: Canada atlantique
Nom du partenaire : Union Nationale des Fermiers
Description des participants : Des participants de toute la région ; Agriculteurs, principalement de petites exploitations diversifiées ; Identifié comme revenu faible ou moyen ; Certains ont vécu l'expérience de la pauvreté, de l'itinérance ; Aucun identifié comme BIPOC 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Secteur impacté par le changement climatique/transition énergétique (agriculture) ; Emplacements ruraux; La conversation couvre une grande région; Événements et changements météorologiques extrêmes, y compris les fluctuations de température ; Dépeuplement des zones rurales
Type de sensibilisation : Invitations directes à l'adhésion ; Des médias sociaux
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

30. Emplacement: La région de Tantramar, Nouveau-Brunswick
Nom du partenaire : Groupe Aster/Margaret Tusz-King
Description des participants : Gamme de professions et d'expériences vécues; Des participants de toute la région ; Identifié comme revenu faible ou moyen ; 30% ont vécu l'expérience de la pauvreté ; 21% identifiés comme handicapés
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Impacts importants du changement climatique, y compris l'élévation du niveau de la mer ; Événements météorologiques extrêmes ; Vulnérabilité des infrastructures ; Emplacements mixtes ruraux/urbains ; Un revenu médian inférieur et les impacts sur la santé associés sont présents
Type de sensibilisation : Invitations directes ; Des médias sociaux; Invitations via une organisation communautaire
Format de conversation : Événement en personne ; Événement virtuel

31. Emplacement: Île-du-Prince-Édouard
Nom du partenaire : Groupe de travail de l'Î.-P.-É. sur le revenu de subsistance/Cooper Institute
Description des participants : Gamme de professions et d'expériences vécues représentées ; Des participants de toute la région ; Identifié comme revenu faible ou moyen ; Certaines personnes identifiées comme BIPOC 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Emplacements mixtes éloignés/ruraux/urbains ; Revenus inférieurs à la moyenne nationale dans l'ensemble de la province ; Présence de secteurs affectés par le changement climatique (pêche, agriculture, tourisme) ; Événements météorologiques extrêmes ; Présence d'une forte influence corporative dans la province
Type de sensibilisation : Invitations directes
Format de conversation : Conversation de groupe virtuelle

32. Emplacement: Terre-Neuve-et-Labrador
Nom du partenaire : Dan Meades (coordonnateur provincial, Transition House Association of Newfoundland and Labrador)
Description des participants : De partout dans la province; Gamme d'expériences vécues; Gamme de métiers
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : A connu des événements météorologiques extrêmes ; Présence d'une industrie pétrolière influente ; Taux de pauvreté supérieurs à la moyenne nationale ; Géographiquement/politiquement isolé
Type de sensibilisation : Invitations directes
Format de conversation : Événement de groupe virtuel ; Entretiens individuels 

33. Emplacement: Labrador
Nom du partenaire : Dan Meades (coordonnateur provincial, Transition House Association of Newfoundland and Labrador)
Description des participants : De partout dans la province; Gamme d'expériences vécues; Représentation éminente du secteur privé
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : A connu des événements météorologiques extrêmes ; Présence d'une industrie minière influente ; Des taux de pauvreté bien plus élevés que la moyenne nationale ; Géographiquement/politiquement isolé
Type de sensibilisation : Invitations directes
Format de conversation : Événement de groupe virtuel ; Entretiens individuels

5. Ce que nous avons entendu : de quoi les participants ont-ils parlé lors de leurs conversations communautaires ?

Green Resilience Project les conversations communautaires ont rassemblé un large éventail d'expériences, d'histoires, d'idées et de points de vue. Certaines d'entre elles étaient spécifiques aux régions, à la taille des communautés, à l'âge ou à d'autres données démographiques, tandis que d'autres concernaient un éventail de participants et de communautés. Ce qui suit est un résumé des principaux thèmes qui ont surgi lors des conversations, tels qu'identifiés par l'équipe du projet. Nos partenaires ont parlé d'une grande variété d'interactions entre les changements climatiques et la sécurité du revenu, et ce qui suit n'est certainement pas une liste exhaustive.

Les participants ont parlé des défis financiers et des impacts climatiques auxquels ils sont confrontés et de la manière dont ceux-ci se recoupent. Ils ont décrit des solutions qui pourraient réduire les émissions de gaz à effet de serre et accroître la résilience aux impacts climatiques tout en assurant la prospérité, la stabilité et une meilleure qualité de vie pour tous les membres de leurs communautés. Ils ont également parlé des soutiens et des processus dont leurs communautés auraient besoin pour les réaliser.

Quatre grands thèmes ont émergé : 

  1. Les gens au Canada, en particulier ceux qui connaissent l'insécurité du revenu ou d'autres formes de précarité financière, sont de plus en plus exposés aux impacts climatiques, mais sont souvent incapables de participer à des solutions climatiques proportionnées en raison d'obstacles systémiques.
  2. Les gens veulent que leurs communautés soient résilientes face au changement climatique et à l'insécurité des revenus. Ils sont intéressés par des solutions qui apportent des améliorations tangibles à leur vie, y compris des aliments cultivés localement accessibles et abordables, des logements et des transports en commun écoénergétiques ainsi que des économies, des services et des infrastructures locales renforcées.
  3. Les gens sont sceptiques quant à leur capacité à prendre des mesures significatives contre le changement climatique et l'insécurité du revenu en raison de leur influence limitée sur les problèmes structurels et systémiques par rapport aux gouvernements et aux entreprises. Beaucoup estiment que les actions individuelles sont limitées dans leur efficacité et que les gouvernements ne prennent pas suffisamment de mesures pour résoudre ces problèmes.
  4. Les communautés sont prêtes à agir mais manquent d'agence politique et économique pour effectuer l'ampleur du changement nécessaire. Les gouvernements doivent répondre à ce défi avec des politiques transformatrices qui s'attaquent aux causes profondes du changement climatique et de l'insécurité des revenus tout en donnant aux communautés les moyens de prendre des mesures autonomes.
A. Identifier les défis : Impacts et risques climatiques dans le milieu naturel  

Les participants de partout au pays ont décrit les changements apportés à leur environnement naturel causés par les changements climatiques qui ont une incidence sur leurs finances, leur santé, leur sécurité et leur bien-être.

Dans certaines conversations, il a été question d'inondations accrues (à la fois intérieures et côtières) et de craintes d'une nouvelle élévation du niveau de la mer. Les participants ont exprimé leur inquiétude quant à la façon dont les inondations pourraient perturber les chaînes d'approvisionnement, empêcher les déplacements et endommager les maisons et les communautés. Pour la communauté de Lockeport, l'élévation du niveau de la mer est une préoccupation existentielle, car la ville n'est reliée à la partie continentale de la Nouvelle-Écosse que par un pont-jetée. Comme l'a dit un participant à la conversation, "si cela a disparu, Lockeport est parti." Un participant à une conversation sur l'Île-du-Prince-Édouard a partagé que « vous pouvez voir l'érosion sur une base annuelle ; nous perdons des mètres de terrain ». 

La sécheresse était également une préoccupation dans de nombreuses communautés. À Lockeport et Sooke, de nombreux membres de la communauté dépendent des puits pour leur eau, mais les puits s'assèchent à mesure que le niveau des eaux souterraines baisse. Dans la région de Tantramar, la sécheresse était liée à l'augmentation de l'insécurité alimentaire et des risques sanitaires liés à la chaleur accablante. À Churchill, les participants s'inquiétaient de la façon dont la sécheresse pourrait augmenter l'exposition de la communauté aux incendies de forêt.

Plusieurs communautés ont mentionné une augmentation des feux de forêt et de la fumée des feux de forêt. À Flin Flon, il s'agissait de la principale préoccupation liée au changement climatique. Un participant a raconté qu'au cours de l'été dernier, son conjoint avait gardé un sac d'urgence emballé au cas où il devrait évacuer à court préavis. Il a été souligné que dans certaines Premières Nations, toute maison détruite par des incendies de forêt aggraverait les conditions de logement déjà surpeuplées. 

"Vous pouvez voir l'érosion sur une base annuelle - nous perdons des mètres de terrain."

De nombreux participants ont observé une augmentation des tempêtes et des phénomènes météorologiques violents. Cela endommage les biens et perturbe leur vie quotidienne, créant des conditions de conduite et de marche dangereuses, forçant la fermeture d'écoles, provoquant des pannes de courant et affectant les moyens de subsistance, en particulier dans le secteur agricole. 

Le changement saisonnier était un autre thème fréquemment abordé, y compris la chaleur extrême pendant l'été combinée à des hivers plus doux, mais aussi des périodes de froid extrême. Les participants ont noté que ce type de conditions météorologiques affecte de manière disproportionnée les personnes les plus vulnérables de leurs communautés, comme les sans-abri et les personnes âgées. Les participants de la Colombie-Britannique ont discuté du dôme chauffant l'été dernier qui a causé 600 décès, le décrivant comme un "énorme réveil". Un participant de Sooke a décrit comment sa famille avait été obligée de prendre une chambre d'hôtel pendant quelques jours parce qu'elle n'avait pas de climatisation à la maison. Dans les collectivités nordiques et éloignées, les participants ont décrit comment les hivers plus doux créent des conditions imprévisibles pour les routes d'hiver, interférant avec les loisirs, le transport et l'importation de biens essentiels comme le mazout de chauffage. 

Certaines communautés, en particulier les communautés rurales et éloignées, ont vu des changements dans les populations animales et une augmentation des ravageurs. Plusieurs communautés du Nord ont déclaré avoir commencé à voir des tiques, même si, comme l'a souligné un participant d'une Première Nation de la Saskatchewan, « dans la mémoire collective des nehiyaw, aucune tique des bois n'a jamais vécu sur le Traité 6 ». Un autre participant de la même conversation a décrit comment les coléoptères ont décimé les forêts environnantes, diminuant l'approvisionnement local en bois de sciage et de chauffage.

B. Identifier les défis : Expériences d'insécurité du revenu  

De nombreux groupes ont discuté des défis économiques auxquels eux et leur entourage sont confrontés. Ils ont noté que l'insécurité du revenu n'est pas également répartie : les communautés rurales, les femmes, les personnes handicapées, les nouveaux arrivants, les personnes 2SLGBTQ+ et BIPOC sont touchées de manière disproportionnée. Les participants de St. James Town ont décrit avoir dû jongler avec trois ou quatre emplois juste pour survivre. Les participants du secteur des arts et de la culture ont déclaré que la diminution du financement et la concurrence accrue ont accru la précarité économique dans leur secteur, exacerbée par une disparition générale des emplois permanents. Les participants de la région d'Edmonton ont souligné que cette précarité économique croissante comprend le secteur pétrolier et gazier, où des emplois sont supprimés en raison de l'automatisation, de nombreux postes sont contractuels et il y a eu une augmentation de l'embauche de travailleurs migrants. 

L'inflation et l'augmentation du coût de la vie ont créé des défis économiques supplémentaires. Les participants à toutes les conversations ont souligné que ni les salaires ni les niveaux d'aide au revenu n'ont suivi l'inflation. La hausse du prix de l'essence et le manque de systèmes de transport public robustes rendent le transport plus difficile et plus coûteux, en particulier pour les personnes confrontées à l'insécurité du revenu. Le coût élevé des frais de scolarité a également été mentionné par plusieurs jeunes participant à la conversation comme facteur contribuant à l'insécurité du revenu. 

Les participants ont également discuté du manque de logements abordables dans leurs communautés, notamment des augmentations des loyers et des prix des logements, de la hausse des expulsions et, dans certaines communautés autochtones, du manque de logements adéquats pour commencer. Certains participants à Vancouver ont mis l'accent sur les conditions de vie dangereuses dans les unités d'occupation des chambres individuelles et d'autres options de logement pour les personnes à faible revenu. Un autre participant de la Colombie-Britannique a décrit comment « il y avait autrefois une partie de l'île [de Vancouver] qui était abordable, mais ces dernières années, les prix des logements ont monté en flèche ». Au Labrador, les participants ont dit qu'il y a un problème d'« itinérance chronique » et que le système des refuges est « au maximum », des préoccupations qui ont été reprises dans de nombreuses conversations. 

La pandémie et les pertes d'emplois associées ont exacerbé l'insécurité financière et accru les inégalités économiques. Comme l'ont observé les participants à la conversation de l'Î.-P.-É. : « Depuis la COVID-19, l'écart entre les riches et les pauvres à l'Î.-P.-É. s'est creusé. » Le COVID-19 a exacerbé un niveau de précarité qui, selon les participants, ne fera qu'augmenter à mesure que la crise climatique s'aggrave. 

C. Identifier les défis : Liens entre les impacts climatiques et l'insécurité des revenus 

Après avoir parlé de certains des défis environnementaux et économiques auxquels ils sont confrontés, les participants ont ensuite décrit les nombreuses façons dont ces défis sont liés. Les participants ont décrit certains des coûts liés à la protection contre les impacts climatiques directs et indirects, tels que la possibilité d'installer et de payer la climatisation ou de couvrir les frais de chauffage supplémentaires. Un participant de St. James Town a dit que

« Quand c'est l'hiver, votre facture de chauffage augmente. Et quand c'est l'été, à cause de l'humidité, votre facture de climatisation augmente, si vous avez l'air conditionné. Cela nous affecte donc économiquement, en ce qui concerne la façon dont nous devons décider quoi faire de notre argent… choisissons-nous de payer la facture ? Ou est-ce qu'on a faim ?

D'autres coûts liés au changement climatique comprennent le paiement des réparations de la maison ou de l'équipement causées par des conditions météorologiques extrêmes, la couverture de la hausse des taux d'assurance ou même la possibilité de se déplacer vers un endroit plus sûr en réponse ou en prévision d'une catastrophe naturelle. Un participant de la nation crie d'Opaskwayak (qui a participé à la conversation menée par One House Many Nations) a déclaré qu'il constatait déjà une augmentation de l'itinérance dans le Pas en raison des déplacements causés par les inondations et les incendies de forêt. Les logements et les quartiers à faible revenu peuvent être plus exposés aux inondations et aux incendies. Par exemple, dans la région de Tantramar, les logements les plus abordables sont situés dans une plaine inondable. Un participant de Hamilton a souligné que la ville a tendance à négliger l'entretien des infrastructures dans les quartiers à faible revenu. À Churchill, les niveaux plus élevés de la nappe phréatique ont causé des inondations dans les sous-sols et tout le monde n'a pas les moyens de payer les coûts de réparation. Les participants de Saskatoon ont conclu que « seuls les citoyens les plus riches de Saskatoon peuvent raisonnablement se permettre d'essayer d'éviter les conséquences des changements climatiques ». Un participant de la région de Tantramar a résumé que « tout est plus difficile quand on est pauvre ».

Alimentation et agriculture 

Les impacts climatiques et l'insécurité des revenus interagissent de nombreuses manières, les impacts sur l'alimentation et l'agriculture étant l'un des plus fréquemment discutés. De nombreux participants ont décrit les défis auxquels eux-mêmes et d'autres membres de la communauté sont confrontés pour accéder à des aliments sains et abordables, en particulier avec les récentes augmentations des prix des aliments. Un participant de Saskatoon qui travaille dans un organisme à but non lucratif a décrit les défis de l'épicerie à prix coûtant qu'il exploite, notamment sa lutte pour s'assurer que les produits restent abordables pour les clients à revenu fixe. Un participant de Terre-Neuve a souligné que les personnes confrontées à l'insécurité alimentaire pourraient ne pas être en mesure de s'approvisionner en épicerie avant un événement météorologique extrême. 

De nombreux participants craignaient que dans le cadre du système alimentaire mondialisé, les impacts climatiques sur les récoltes et les chaînes d'approvisionnement ne conduisent à une augmentation continue des coûts alimentaires. « Les effets climatiques dans une région du monde peuvent augmenter le prix des aliments à Fredericton », a reconnu un participant, tandis que les participants à une conversation sur le secteur agricole menée par la National Farmers Union (NFU) ont conclu que « les consommateurs se rendent compte que nous ne pouvons pas prendre les étagères des épiceries bien garnies pour acquis. Les participants à la conversation dirigée par la NFU dans le nord de l'Alberta et les Territoires du Nord-Ouest ont noté que bien que leur région regorge de terres agricoles, la plupart d'entre elles sont utilisées pour cultiver des produits de base destinés à l'exportation plutôt que de la nourriture pour les communautés locales. À Sooke et à Hamilton, les participants ont exprimé leur frustration que les terres agricoles entourant leurs communautés respectives soient converties en lotissements. 

À plus petite échelle, les membres des Premières nations Beardy's et Okemasis ont déclaré qu'ils constataient déjà une baisse des rendements de leurs jardins : « Il n'y a pas d'eau, donc nos pommes de terre sont petites et ne vont pas aussi loin, nous devons donc acheter des pommes de terre, mais leurs prix ont augmenté aussi. 

« Seuls les citoyens les plus riches de Saskatoon peuvent raisonnablement se permettre d'essayer d'éviter les conséquences des changements climatiques. »

Les agriculteurs qui ont participé à des conversations dans le nord de l'Alberta, les Territoires du Nord-Ouest et les provinces de l'Atlantique ont décrit les pressions que le changement climatique exerce déjà sur leurs moyens de subsistance. L'un d'entre eux est l'augmentation des coûts des intrants, comme la nécessité d'acheter de plus grandes quantités de filets anti-insectes à mesure que les populations de ravageurs augmentent et des infrastructures capables de résister à des conditions météorologiques plus intenses. Le moment de la saison de croissance devient de moins en moins prévisible et des conditions météorologiques inhabituelles obligent les agriculteurs à essayer de se préparer à la fois à la sécheresse et aux inondations. Pour les éleveurs, leurs animaux souffrent lors d'étés plus chauds et plus secs. L'incertitude générale crée un énorme problème pour les agriculteurs qui tentent de maintenir un modèle commercial durable. En plus des impacts climatiques, la dépendance aux combustibles fossiles que de nombreux agriculteurs connaissent de manière disproportionnée les expose à la hausse du coût du carburant. 

Alors que les consommateurs s'inquiètent des impacts climatiques sur la disponibilité alimentaire, les perturbations des récoltes ou des chaînes d'approvisionnement représentent également des pertes de profits pour les agriculteurs. Même pour les agriculteurs impliqués dans des méthodes de commercialisation directe comme les marchés fermiers, l'augmentation des coûts des intrants signifie que "les agriculteurs sont pris dans une position difficile d'essayer d'offrir des aliments abordables à leur communauté tout en ne sapant pas leurs voisins, et bien sûr en payant leurs propres factures".  

Les participants à plusieurs conversations ont également noté que le secteur agricole comprend de nombreux travailleurs migrants, dont les moyens de subsistance sont encore plus précaires face aux impacts climatiques. 

Pêche et tourisme

La pêche et le tourisme étaient deux autres secteurs identifiés comme étant vulnérables aux impacts climatiques, entraînant des conséquences économiques pour les travailleurs et les communautés. La pêche est affectée par le réchauffement des océans et l'élévation du niveau de la mer. Un participant de l'Île-du-Prince-Édouard a déclaré que « le golfe du Saint-Laurent, dont la santé est essentielle à nos pêches, se réchauffe à un rythme alarmant ». À Lockeport, le changement climatique a eu un effet bénéfique à court terme sur la pêche, car le réchauffement des eaux a poussé les homards vers le nord. On craignait que cela n'ait conduit à des pratiques non durables et que le homard ne soit bientôt pêché. 

Le secteur écotouristique de Churchill dépend de la présence d'ours polaires, qui à son tour dépend du gel de la baie d'Hudson. À proximité, Flin Flon fait face à la fermeture de sa mine - et bien que les participants aient discuté de la possibilité pour la communauté de se diversifier dans le tourisme, ils craignaient également que cela n'expose leur économie à des impacts climatiques plus importants. Les participants à Churchill s'attendaient également à ce que le secteur du tourisme soit largement touché à mesure que les saisons et les événements météorologiques deviendront plus imprévisibles.  

Les participants ont reconnu que les impacts climatiques sur une industrie centrale peuvent affecter une communauté entière, car d'autres entreprises locales ainsi que le gouvernement local dépendent des revenus qu'elle génère - cela était particulièrement répandu à Hinton, Churchill, Lockeport et la région d'Edmonton. Dans la conversation de la région d'Edmonton, les participants ont reconnu comment les revenus du secteur pétrolier et gazier ont créé un niveau de vie abordable mais élevé. 

La santé mentale 

Les participants ont également parlé des conséquences de l'insécurité du revenu, de la précarité économique et de la crise climatique sur leur santé mentale et leur bien-être. Les participants à la conversation à Montréal et à Hamilton ont souligné à quel point la précarité économique a un impact négatif sur la santé mentale et les relations familiales. Un participant de Vancouver a déclaré : « Je n'ai pas la possibilité de gagner ma vie ni celle de ma famille. Avec la compétitivité de survivre, je veux juste échapper à la réalité. Un participant de Hamilton qui travaille dans une agence de conseil communautaire a déclaré avoir constaté une augmentation du «désespoir et du désespoir», en raison des changements économiques et de la détérioration des programmes d'aide sociale combinés à «l'éco-traumatisme». 

Les participants ont décrit un sentiment de désespoir et d'impuissance face au changement climatique, sachant que «la situation ne fera que s'aggraver», comme l'a déclaré un participant de la conversation dirigée par la NFU dans les Territoires du Nord-Ouest et le nord de l'Alberta. Les jeunes en particulier sont très anxieux quant à leur avenir – un participant du Yukon a qualifié ce qu'eux-mêmes et d'autres jeunes vivent de « crise de santé mentale collective ». Les jeunes de Montréal ont décrit comment l'anxiété est enracinée non seulement dans la crise climatique elle-même, mais aussi dans la précarité financière et le sentiment d'un avenir imprévisible qui l'accompagne. Les participants de Fredericton qui étaient parents ou tuteurs ont déclaré qu'ils étaient très inquiets pour l'avenir de leurs enfants en termes d'aggravation des impacts climatiques et d'inégalité économique croissante, tandis que les participants de Terre-Neuve ont déclaré avoir du mal à parler avec leurs enfants des changements climatiques sans les submerger. Certaines personnes ont exprimé leur hésitation à avoir des enfants. 

"Ça se ressent intérieurement quand le terrain change."

Les participants, en particulier dans les communautés rurales et éloignées, ont décrit comment leur santé mentale et spirituelle est négativement affectée lorsqu'ils voient la terre changer. Dans la région de Tantramar, l'augmentation des phénomènes météorologiques intenses et potentiellement dangereux suscite la peur et l'anxiété. Un participant de Churchill a déclaré : « Cela affecte la santé mentale : le lien avec la terre change… les gens ne peuvent pas faire les choses qu'ils font habituellement. Ajoutez à cela un taux de chômage plus élevé. Ça se ressent intérieurement quand le terrain change. Les jeunes du Yukon ont décrit le changement climatique comme perturbant leur relation avec la terre et les animaux. Cela perturbe également les activités récréatives qui sont importantes pour le bien-être – un participant de Hinton a exprimé son désespoir face à la perte de la saison de pêche de l'été dernier. Les participants de Churchill ont également noté que sortir sur le terrain peut être coûteux en raison des prix élevés du carburant, entre autres coûts, empêchant ceux qui connaissent la précarité financière de ressentir les effets positifs sur la santé mentale d'être sur le terrain. 

Abordabilité des choix environnementaux  

En plus d'augmenter l'exposition aux impacts climatiques, l'insécurité du revenu peut empêcher les gens de participer aux solutions climatiques. Les personnes confrontées à l'insécurité du revenu n'ont souvent ni le temps ni l'énergie pour participer aux solutions climatiques. « Si j'ai faim, je me fiche de l'environnement. C'est aussi simple que cela », a déclaré un participant de St. James Town, tandis qu'un participant de Sooke a souligné que « plus nous travaillons, moins nous avons de temps pour apprendre à cultiver des aliments ».  

De nombreuses solutions climatiques nécessitent un revenu disponible. Comme l'a dit un participant de l'Î.-P.-É., « les personnes financièrement à l'aise ont plus de liberté pour investir dans des programmes et des biens qui contribuent à réduire leur empreinte carbone. Les personnes ayant moins de ressources, moins de revenus, ne sont pas aussi libres de s'engager dans des activités ou des programmes qui atténuent les impacts de la crise climatique. Un participant de la conversation du secteur des arts et de la culture a déclaré que

« Le discours vert est un peu classiste et il est difficile de partager ce sujet avec des personnes ayant une précarité de logement et de revenu / The green discourse is a bit classist. Il est complexe d'aborder les questions de durabilité avec des personnes aux prises avec l'insécurité du revenu et du logement. 

De nombreux programmes fédéraux et provinciaux d'incitatifs climatiques se concentrent sur la rénovation domiciliaire et les véhicules électriques, et certains participants ont estimé que cela néglige ceux qui n'ont pas les moyens de posséder une maison ou une voiture. Pour participer à un programme de remise, il faut généralement être en mesure de se permettre un investissement initial, ce qui est irréaliste pour beaucoup. Pour les locataires, la décision de moderniser n'est pas entre leurs mains, même si certains ont du mal à payer les factures de chauffage élevées causées par des logements inefficaces sur le plan énergétique.

« Dans les centres urbains, on dit se procurer une voiture électrique. Eh bien, au Labrador, quoi? Une motoneige électrique ou un moteur hors-bord électrique ? Nous ne pouvons pas.

Les véhicules électriques étaient également considérés comme peu pratiques dans les collectivités rurales et éloignées. Un participant de Lockeport a souligné que même s'ils étaient abordables, leur communauté manque de bornes de recharge. Un participant du Labrador était d'accord avec cela, disant « dans les centres urbains, ils disent d'avoir une voiture électrique. Eh bien, au Labrador, quoi? Une motoneige électrique ou un moteur hors-bord électrique ? Nous ne pouvons pas. 

"C'est horrible d'être obligé de soutenir des produits ou des activités malsains et non durables à cause de la pauvreté."

Les participants ont exprimé le désir de soutenir les produits et les entreprises locales et respectueuses de l'environnement, en particulier lorsqu'il s'agit d'acheter des aliments locaux et biologiques, mais ces options sont moins abordables. Certains participants ont également exprimé leur déception quant au fait que les produits moins chers sont souvent plus jetables ou se cassent plus facilement, créant ainsi plus de déchets. Un participant de St. James Town a déclaré : « C'est horrible d'être obligé de soutenir des produits ou des activités malsains et non durables à cause de la pauvreté.   

Ces obstacles sont frustrants pour ceux qui se sentent responsables de faire leur part dans la lutte contre le changement climatique, mais qui sont limités par leur situation. 

D. Identification des défis : liens sociaux, économiques et politiques plus larges

De nombreux participants ont décrit les liens historiques et structurels systémiques par lesquels le changement climatique et l'insécurité du revenu sont liés. Certains participants considéraient les deux comme ancrés dans le système capitaliste-colonial et son itération néolibérale actuelle. Un participant à la conversation organisée par One House Many Nations a souligné que le Canada lui-même, « y compris le système économique actuel », était fondé sur la suprématie blanche et le vol de terres. Sous le capitalisme, a déclaré un jeune participant du Yukon, « le profit, plutôt que la durabilité ou la résilience, est la mesure ultime du succès », et les nécessités de base comme le logement, la nourriture et l'eau potable sont marchandisées. Le capitalisme est également à l'origine du changement climatique en favorisant une consommation de masse inutile et inutile pour continuer à faire croître l'économie. Les effets environnementaux ne sont pas pris en compte dans ce système. Les participants à la conversation de Saskatoon ont discuté du nombre de décisions nuisibles à l'environnement qui pourraient ne pas être réalisables si nous recevions une « facture de la Terre mère ». 

"Nous observons une réponse néolibérale des gouvernements et des entreprises : les crises sont plus fréquentes et la responsabilité est mise sur les individus, pointant du doigt les personnes marginalisées et d'autres parties du monde."

Certains participants à la conversation dans la région d'Edmonton considéraient que leur foi chrétienne offrait une vision du monde et un ensemble de valeurs alternatives au matérialisme. Un participant a dit : « Je pense que les églises pourraient faire beaucoup pour dire qu'il y a d'autres manières de s'épanouir, la qualité de vie, d'être avec les gens, les relations, la réciprocité. Ce sont toutes des choses que nous devons réapprendre. Les participants à Hinton ont parlé d'un « acte d'équilibre » entre l'environnement et l'économie, tout en reconnaissant qu'un récit « environnement contre économie » n'était pas tout à fait exact puisque les deux sont profondément liés. À Lockeport, les participants pensaient que l'économie devait fonctionner dans les « limites planétaires » et qu'il était possible de répondre aux besoins de chacun sans croissance économique continue. À Churchill, les participants ont suggéré qu'une économie stable et tout ce dont les familles et les collectivités ont besoin pour prospérer « viennent de la terre ».

Il a également été souligné que les riches créent la grande majorité des émissions mondiales de gaz à effet de serre. "En raison de la manière dont l'élite contrôle toutes les ressources de la terre, c'est pourquoi nous avons un changement climatique", a déclaré un participant de St. James Town. Un participant de la conversation du secteur des arts et de la culture a déclaré que "nous observons une réponse néolibérale des gouvernements et des entreprises : les crises sont plus fréquentes et la responsabilité est mise sur les individus, pointant du doigt les personnes marginalisées et d'autres parties du monde". 

Le système économique actuel était considéré comme le moteur non seulement du changement climatique, mais aussi d'une déresponsabilisation généralisée. Un participant de l'Î.-P.-É. a suggéré que l'inégalité des revenus ne devrait pas être discutée sans discuter également de l'iniquité et de l'impuissance politique et économique résultant du classisme, du racisme, de la discrimination fondée sur le sexe et d'autres formes d'oppression systémique. Certains participants de l'Î.-P.-É. ont décrit le pouvoir comme concentré entre les mains des institutions, des riches et des entreprises, la pauvreté et l'impuissance n'étant pas un accident mais le résultat d'un système qui permet à certaines personnes d'accumuler facilement des richesses aux dépens de la grande majorité. « Nous devons nous rappeler que l'inégalité a à voir avec ceux qui ont tout autant qu'avec ceux qui ont peu », a déclaré un participant de l'Î.-P.-É. 

E. Mise en œuvre des solutions : soutien du gouvernement et volonté politique 

Les participants à la conversation ont également été invités à identifier des solutions aux défis dont ils ont discuté et à discuter de qui est responsable de leur mise en œuvre. Les participants ont exprimé que chacun est responsable de la lutte contre la crise climatique et que chaque individu devrait « faire sa part » en apportant de petits changements dans sa vie quotidienne. Cependant, la plupart des participants ont également souligné que la majorité des solutions ne peuvent être laissées aux individus. Beaucoup ont fait valoir que les entreprises et les sociétés doivent assumer la responsabilité de réduire les émissions au sein de leurs industries et que ces efforts ont le potentiel de faire une bien plus grande différence dans l'atteinte des objectifs d'émissions que des actions individuelles. Surtout, les participants ont attribué la responsabilité au gouvernement et son pouvoir de permettre et d'imposer des réductions d'émissions dans tous les secteurs de la société. Ils ont souligné que les gouvernements ont le pouvoir d'allouer des ressources, de taxer et de financer, et d'agir à grande échelle. De nombreux participants ont exprimé leur frustration de ne pas voir les gouvernements intervenir comme ils le devraient. Nos partenaires communautaires du Labrador ont écrit que « les communautés du Labrador se considèrent comme résilientes, mais elles ne pensent pas être soutenues par leurs élus ». 

Financement

Il y avait un large consensus dans les conversations sur le fait que les gouvernements à tous les niveaux, mais surtout le gouvernement fédéral, doivent augmenter le financement pour la transition énergétique et pour les communautés. Beaucoup étaient frustrés que des mesures indispensables liées au changement climatique et à l'insécurité du revenu soient présentées comme trop coûteuses - certains ont souligné comment le déploiement de la Prestation canadienne d'intervention d'urgence (CERB) et l'achat du pipeline Trans Mountain prouvent que le gouvernement peut se permettre de dépenser pour des activités majeures s'il le souhaite. Un participant de Churchill a déclaré que « la science est là, mais nous manquons de volonté politique pour changer le système. L'argent doit aller dans les collectivités. La classe moyenne et les pauvres savent faire beaucoup avec peu. 

De nombreux participants ont également discuté de la manière dont davantage de financement devrait être versé aux organisations à but non lucratif, qui jouent un rôle essentiel en fournissant un soutien de première ligne aux personnes lors d'urgences liées au climat, entre autres services importants. Certains ont suggéré que le gouvernement pourrait lever des fonds publics grâce à une fiscalité plus progressive, en augmentant les taux d'imposition pour les riches et les sociétés afin de promouvoir la «redistribution de la richesse» et de financer les programmes et services publics. 

Bureaucratie 

Bien qu'il y ait eu un enthousiasme pour le leadership du gouvernement dans les domaines de la politique et du financement, les participants à la conversation ont également souligné qu'il doit y avoir une réduction des barrières bureaucratiques si ces processus doivent fonctionner à la vitesse et au niveau de transformation dictés par l'ampleur des crises. À Hinton, les participants ont convenu que même si la participation du gouvernement était nécessaire, cela pouvait également créer « de l'anxiété, de l'incertitude et de la bureaucratie ». Un participant du Yukon a déclaré : « Une chose qui est regrettable que nous constatons, c'est qu'une grande partie du financement que nous obtenons [pour les solutions climatiques] est assortie de conditions et n'est pas accessible, et il [y a] beaucoup d'énormes fardeaux, surtout pour les Premières nations du Yukon.

De nombreux participants ont suggéré qu'il doit y avoir un changement complet au sein de la culture du gouvernement pour inclure ceux qui ont de nouvelles perspectives et pratiques, notamment en élisant plus de femmes et de dirigeants du BIPOC. Les participants pensaient également que les gouvernements devaient s'orienter vers une réflexion à long terme plutôt que vers des « pansements », et vers une attitude proactive plutôt que réactive. Les gouvernements ont besoin d'une approche plus intersectionnelle et systémique de la part des gouvernements - au lieu de travailler en silos, ils devraient se concentrer sur l'établissement de plus de liens entre les ministères, ainsi qu'entre les organisations gouvernementales et non gouvernementales. Un participant de Fredericton a suggéré que les groupes communautaires, les entreprises et le gouvernement doivent se parler davantage et s'assurer que les pratiques et les lignes directrices sont harmonisées. 

Engagement publique 

De nombreux participants ont parlé de la façon dont les gouvernements peuvent mieux s'engager auprès des communautés et des citoyens, afin que, tandis que les gouvernements fournissent un leadership et des ressources complets et de haut niveau, les communautés et les citoyens bénéficient d'une surveillance et d'un leadership significatifs pour s'assurer que les initiatives répondent à leurs besoins. 

Les participants à Sault Ste. Marie a observé qu'il y a un degré élevé d'apathie dans leur communauté, résultat d'être impuissant et privé de ses droits. Certains participants du Labrador pensaient que « le gouvernement est une chose qui leur est arrivée, pas pour eux ». Certains participants considéraient que les gouvernements étaient plus préoccupés par les priorités des secteurs des entreprises et du secteur privé, des riches et de l'économie mondiale que par les communautés et les gens ordinaires. «Les prix du pétrole et du gaz déterminent ce qui se passe dans la province», a observé un participant à la conversation dirigée par la NFU dans la région de l'Atlantique. Certains se sont plaints que les gouvernements autorisent des projets extractifs à grande échelle qui négligent les besoins des citoyens, en particulier ceux à faible revenu. Les participants à la conversation One House Many Nations ont discuté de leur désillusion face au processus d'obligation de consulter.

Les participants à plusieurs conversations ont convenu que des processus de consultation et d'engagement plus significatifs doivent être élaborés. « Si vous engagez véritablement la communauté et responsabilisez [les membres de la communauté], ils peuvent faire tellement de choses », a déclaré un participant de Fredericton. Les processus de consultation sont souvent vécus comme paternalistes et ne permettent pas d'écouter et de répondre adéquatement aux préoccupations et aux priorités des citoyens. Un participant de l'Î.-P.-É. a souligné que les consultations sur la transition des combustibles fossiles devraient être généralisées et inclusives : « Le gouvernement soutient les organisations communautaires, comme les organisations antiracistes, mais je ne suis pas sûr qu'elles soient impliquées dans le processus décisionnel. en termes de travail sur la crise climatique. Des processus d'engagement meilleurs, plus larges et plus significatifs pourraient aider à garantir que les solutions climatiques répondent de manière adéquate aux défis auxquels les personnes et les communautés à faible revenu peuvent être confrontées.

 "Nous consacrons du temps aux consultations... ils ne suivent pas leur propre cadre de politique de consultation."

A Sault Ste. Marie participant a partagé qu'il s'agit « d'avoir suffisamment de décideurs aux niveaux de gouvernement [qui] sont… disposés à affronter les entreprises et à ne pas être rachetés ». Certains participants qui avaient participé à des activités de plaidoyer et à d'autres travaux communautaires ont expliqué que le succès était souvent lié au fait d'avoir un allié au gouvernement. Dans la conversation sur l'Île-du-Prince-Édouard, le gouvernement provincial était considéré comme un atout, peut-être en raison du nombre de « relations personnelles étroites possibles dans une petite juridiction entre la population et les dirigeants politiques... les gens ont l'impression que connaissant leurs politiciens, ils ont accès au pouvoir politique ». Certaines conversations ont souligné comment la mise en œuvre d'un système de vote à représentation proportionnelle pourrait garantir que les membres du gouvernement reflètent réellement les choix des électeurs. 

F. Mise en œuvre de solutions : mesures politiques générales
Transition juste 

Certains participants ont vu les gouvernements jouer un rôle unique et important dans la conduite d'une transition juste hors de l'économie des combustibles fossiles. 

Certains, y compris ceux de Hinton, de Terre-Neuve et de la région d'Edmonton, ont discuté d'une transition juste en termes de soutien aux travailleurs du secteur des combustibles fossiles, y compris le soutien du revenu, les programmes de recyclage et de transition et le soutien à la retraite anticipée. Les participants à la conversation d'Edmonton ont discuté de l'anxiété à laquelle sont confrontés les travailleurs du pétrole et du gaz, y compris la crainte d'être trop vieux pour se recycler ou de ne pas être en mesure de gagner le même montant dans une autre industrie. Une transition juste a également été conçue comme un moyen de protéger des communautés entières dont les économies peuvent dépendre du secteur des combustibles fossiles : « La transition ne doit pas détruire les communautés », a déclaré un participant de la Colombie-Britannique. 

D'autres conversations ont porté sur la manière dont une transition juste devrait s'efforcer de garantir que chacun ait accès à de nouvelles formes d'énergie abordables et que "personne ne soit laissé pour compte". Pour les participants du Yukon, cela signifiait s'assurer que les nouvelles technologies et sources d'énergie sont conçues pour un contexte nordique éloigné. Un jeune participant du Yukon a déclaré que les gouvernements ont la responsabilité de s'assurer que tout le monde peut participer aux solutions climatiques : « pour apporter les changements qui doivent se produire au rythme où ils doivent se produire, il [y a] beaucoup de soutiens économiques qui sont nécessaires .” Ce sentiment a trouvé écho dans les conversations de West Kootenays. Une suggestion issue de la conversation au Yukon pour résoudre le problème des programmes incitatifs basés sur des remises était d'offrir plutôt des subventions pour les rénovations ou les véhicules électriques. 

Les participants ont également discuté de la nécessité d'une transition juste qui inclut des soutiens pour des secteurs spécifiques, tels que l'agriculture. Les agriculteurs doivent avoir accès à des fonds d'investissement pour électrifier leurs opérations et réduire les émissions. Les conversations dirigées par la NFU ont souligné que les agriculteurs ne peuvent pas assumer seuls les coûts associés à la transition vers une réduction du carbone, compte tenu de l'étroitesse des marges au départ. Il y avait un désir de voir le gouvernement aider à faire de l'agriculture une "alternative souhaitable" au secteur extractif dans plus de communautés, y compris en indemnisant les agriculteurs utilisant des pratiques agroécologiques qui séquestrent le carbone et fournissent d'autres services écologiques. 

Quelques conversations ont souligné le besoin général de création d'emplois et d'accès à la formation ou au recyclage. Les participants de St. James Town pensaient que la transition juste pourrait offrir des possibilités de recyclage aux immigrants et aux nouveaux arrivants, et ont également réclamé une meilleure reconnaissance des compétences existantes des immigrants. Certains participants ont partagé des expériences de discrimination lors de la recherche d'emploi en raison du fait d'être une personne de couleur ou autochtone - une personne a déclaré qu'elle avait du mal à soutenir les appels à la « création d'emplois verts » lorsqu'elle ne croyait pas qu'elle aurait accès à ces emplois. 

Deux groupes ont discuté du besoin de postes – au sein du gouvernement ou financés par le gouvernement – ​​pour coordonner les efforts de transition. Les participants à la conversation de Hamilton ont discuté de la manière dont une transition juste nécessiterait une coordination entre le gouvernement, l'industrie, les instituts de recherche et d'autres secteurs de la société. 

Revenu de base 

De nombreux groupes ont discuté du revenu de base comme d'une mesure dirigée par le gouvernement qui pourrait jouer un rôle extrêmement positif dans la lutte contre les inégalités et l'insécurité des revenus, ainsi que dans la transition vers les combustibles fossiles. Certains participants étaient déjà engagés dans un plaidoyer autour du revenu de base ou étaient au courant d'initiatives dans leur région. Alors que certains participants ont exprimé des hésitations, beaucoup ont estimé qu'un revenu de base était souhaitable. 

"J'aime l'idée d'avoir plus d'argent à dépenser comme filet de sécurité, mais je n'aime pas l'idée de devoir dépendre du gouvernement."

Les participants ont décrit les façons dont un revenu de base pourrait aider les communautés à s'adapter au changement climatique et à la transition des combustibles fossiles. Les participants à la conversation à Lockeport ont souligné comment un revenu de base pourrait soutenir ceux qui ont des moyens de subsistance basés sur la terre et qui sont vulnérables aux impacts climatiques, comme la pêche. Un revenu de base pourrait aider à atténuer les risques dans le secteur agricole alors qu'il s'adapte aux impacts climatiques et teste de nouvelles approches de l'agriculture sans combustibles fossiles. Un participant de St. James Town a déclaré qu'un revenu de base "permet de se recycler" afin d'accéder à des emplois mieux rémunérés ou plus respectueux du climat. Les participants pensaient également qu'un revenu de base pourrait aider les gens à se préparer aux catastrophes liées au climat, les aider à se permettre des activités respectueuses de l'environnement telles que l'achat d'aliments locaux et leur donner le temps de s'impliquer dans les questions de justice environnementale et sociale dans leurs communautés. 

Parmi les autres résultats positifs, citons le fait d'aider les gens à répondre à leurs besoins fondamentaux en matière de nourriture, de logement et de transport. Les participants ont discuté de la manière dont un revenu de base pourrait créer plus de dignité, améliorer la santé mentale et physique et créer plus de temps pour les loisirs, le bénévolat et passer du temps avec les amis et la famille. Les participants plus jeunes ont déclaré que cela pourrait les aider à poursuivre leurs études, à trouver un travail intéressant et à louer ou à acheter leur propre maison. 

Plus largement, les participants pensaient qu'un revenu de base pourrait stimuler les économies locales et créer des économies au sein des systèmes de santé et de justice. À St. James Town, le revenu de base a été décrit comme une alternative possible aux exigences et aux limites du financement basé sur des subventions pour les organisations à but non lucratif et d'autres initiatives. 

Certains participants ont également exprimé des doutes et de la prudence concernant le revenu de base. Les participants du Labrador se sont demandé si un revenu de base serait suffisant pour couvrir le coût élevé de la vie dans les collectivités du Nord. Les participants du Yukon, ainsi que ceux du secteur des arts et de la culture, ont averti qu'un revenu de base ne devrait pas être utilisé pour justifier des politiques d'austérité et le définancement ou l'élimination d'autres mesures de bien-être social. Un participant aux conversations avec les communautés autochtones urbaines de la Colombie-Britannique a déclaré : « J'aime l'idée d'avoir plus d'argent à dépenser comme filet de sécurité, mais je n'aime pas l'idée de devoir dépendre du gouvernement. 

Quelques groupes ont également cité d'autres moyens par lesquels les gouvernements pourraient lutter contre l'insécurité du revenu, notamment en s'attaquant au chômage causé par la pandémie et en légiférant sur un salaire minimum plus élevé. 

G. Mettre en œuvre des solutions : renforcer les communautés

Les solutions spécifiques pour aborder l'action climatique et la sécurité du revenu étaient essentiellement axées sur le renforcement des économies locales ainsi que sur les programmes, les services, les initiatives et les réseaux communautaires.

Économies communautaires  

Certains participants ont décrit la nécessité de passer à un modèle « d'économie circulaire » qui s'éloignerait d'un système de « prendre-faire-jeter » (selon les mots des participants du Yukon) vers un système conçu pour minimiser le gaspillage et maximiser l'utilisation efficace des ressources. Les participants à Sault Ste. Marie et la région de Tantramar ont parlé d'« économies d'entraide, de partage et de don », qui créeraient des moyens de valoriser et d'échanger des biens et des services sans utiliser d'argent. 

Les participants souhaitaient voir davantage d'entreprises et d'industries locales soutenues par des emplois équitablement rémunérés. Ils ont exprimé leur soutien aux entreprises structurées en coopérative et aux entreprises appartenant à des Autochtones. Les participants ont imaginé des industries locales basées sur la récolte durable des ressources, telles que les forêts ou la pêche, sous la propriété et la gestion locales. Le développement économique local pourrait également se concentrer sur les industries à valeur ajoutée, ont suggéré les participants à Sooke. 

Certains participants, en particulier dans les conversations de Churchill et One House Many Nations, ont discuté de l'importance pour les jeunes de pouvoir rester dans leurs communautés pour l'éducation et l'emploi. Un participant à la conversation One House Many Nations a déclaré que les jeunes Autochtones ont besoin de meilleures possibilités d'éducation, de formation et d'emploi dans les réserves. Ils ont suggéré que les programmes de formation et d'éducation devraient inclure des allocations ou un financement pour les étudiants afin de leur permettre de couvrir leurs besoins de base (et ceux de leur famille) pendant leurs études. « Des collèges communautaires dirigés par les Premières Nations qui sont prêts à travailler sur les problèmes communautaires – logement, nourriture et autres besoins – avec un financement pour des projets et des allocations de formation pour étudiants fourniraient la résilience dont ces communautés ont besoin », ont-ils déclaré. 

Plusieurs conversations ont porté sur le besoin de diversification économique, en particulier Hinton, Lockeport et Flin Flon. Un participant à Hinton a expliqué comment les anciens travailleurs du charbon, du pétrole et du gaz pourraient être transférés dans le secteur des énergies alternatives ou dans d'autres industries émergentes à Hinton qui « [utilisent] les talents que nous avons déjà ». La « capacité de changement » était considérée comme la clé de la résilience à Hinton. Les participants à Lockeport ont noté à quel point toute la communauté dépend économiquement de la pêche, en particulier en tant que petite ville avec une petite assiette fiscale. Un participant a dit que « nous devons réfléchir très sérieusement à la façon de ne pas dépendre du homard. Nous devons faire plus de travail préventif. 

Bien qu'ils ne se concentrent pas explicitement sur la diversification économique, les participants aux conversations du Yukon et de Churchill ont discuté de la façon dont les choix limités pour un bon emploi forcent parfois les gens à travailler dans l'extraction : « Les gens ici veulent se soucier de l'environnement, mais sont forcés d'adopter une approche extractive pour gagner leur vie. », a déclaré un participant à Churchill. L'un des défis du développement économique axé sur le climat, a déclaré un participant à la conversation en Colombie-Britannique, est qu'il peut donner la priorité au développement de secteurs hautement qualifiés comme les technologies vertes plutôt que des secteurs plus accessibles ou traditionnels. À Shirley, la résilience de la communauté était liée à une économie locale diversifiée - un participant a partagé que "si nous essayons d'être locaux et durables, nous avons besoin de nous tous, l'infirmière, l'architecte, le charpentier, tout le monde". 

"Les gens ici veulent se soucier de l'environnement, mais sont contraints d'adopter une approche extractive pour gagner leur vie."

Les participants à la conversation de Churchill ont suggéré que des emplois bien rémunérés dans des secteurs et des entreprises axés sur la communauté pourraient donner aux gens la liberté de choisir ce type de travail plutôt que de « grandes entreprises », tandis que les participants à Montréal pensaient que le renforcement des économies locales pourrait aider à accroître la résilience des communautés et l'autosuffisance au sein d'une économie mondiale contrôlée par de « grandes multinationales ». Les participants à la conversation Shirley ont discuté de la manière dont l'aide gouvernementale serait nécessaire pour subventionner les entreprises et les industries locales et aider à la création d'emplois. L'économie traditionnelle qui soutient de nombreux participants de Yellowknife dépend déjà des subventions des gouvernements territorial et fédéral, et on craignait qu'à mesure que « la transition et les priorités des gouvernements changent », ces moyens de subsistance seraient laissés pour compte. 

D'autres suggestions pour renforcer les communautés au-delà des économies locales comprenaient plus de services médicaux locaux pour les petites communautés, plus d'espaces verts communautaires, plus d'espaces publics pour les loisirs et les rassemblements et la suppression des obstacles à la participation aux services et programmes communautaires. Il y a également eu de nombreuses discussions dans les conversations sur la nécessité pour les individus de s'impliquer dans leur communauté et sur le rôle que jouent les organisations et les institutions locales dans le soutien des initiatives en matière de climat et de sécurité du revenu. De nombreuses conversations ont souligné des exemples positifs qui existent déjà dans leur communauté, suggérant qu'il faut s'appuyer sur les forces existantes.

Les participants de l'Î.-P.-É. perçoivent les solides réseaux informels de l'Île comme l'un de ces atouts. Certains ont appelé à plus d'initiative de la part d'institutions telles que les universités, les écoles et les groupes confessionnels. La collaboration pour « créer de nouvelles alliances et partager les ressources » entre les organismes communautaires avec différents groupes d'identités ethniques et culturelles diverses a été identifiée comme importante par les participants de la région de Tantramar. Les participants de Churchill ont discuté de la façon dont quelques « champions communautaires » extrêmement actifs peuvent assumer une part importante de responsabilité communautaire, et du fait que davantage de personnes doivent participer au travail communautaire pour éviter l'épuisement professionnel. 

Solutions de sécurité alimentaire 

Le système alimentaire local est une composante importante de l'économie communautaire. Le renforcement des systèmes alimentaires locaux pourrait contribuer à rendre les aliments plus accessibles et abordables pour tous tout en réduisant les émissions agricoles et l'exposition aux impacts climatiques et aux perturbations de livraison inhérentes aux chaînes d'approvisionnement mondiales. Les agriculteurs ont souligné que cela devrait commencer par un accès accru à la terre pour les nouveaux agriculteurs, notamment par le biais de modèles tels que les biens communs et les fiducies foncières. 

Le renforcement de l'économie alimentaire locale pourrait inclure une utilisation accrue des mesures de distribution directe telles que les programmes d'agriculture soutenus par la communauté et les programmes de ferme à communauté, ainsi que des structures de commercialisation collective telles que les transformateurs alimentaires locaux, les magasins coopératifs vendant des aliments locaux et l'image de marque régionale. Cela nécessiterait de familiariser les consommateurs avec l'idée de manger plus localement et de façon saisonnière, peut-être par le biais de campagnes d'éducation et de sensibilisation du public sur les avantages des aliments locaux. Les participants pensaient que le renforcement des économies alimentaires locales contribuerait à rendre les aliments sains et locaux plus accessibles, à raccourcir les chaînes d'approvisionnement et à réduire le risque de dérèglement climatique.

Les participants ont parlé des initiatives alimentaires locales existantes dans leurs communautés, y compris un carrefour communautaire à Sault Ste. Marie qui enseigne aux gens à cultiver, conserver et cuisiner leur propre nourriture, une initiative de Yellowknife appelée Harvester's Table qui permet aux jardiniers amateurs de vendre des produits supplémentaires sur leur marché de producteurs locaux, et l'OASIS Food Hub de la St. James Town Community Co-op, un initiative à multiples facettes pour la production alimentaire urbaine qui comprend actuellement un jardin communautaire, un club d'achat de nourriture et plus encore. 

Les participants ont également discuté des initiatives qu'ils aimeraient voir dans leurs communautés. Un participant de la région de Tantramar a suggéré d'explorer « la culture hydroponique, les serres toutes saisons, les jardins communautaires, les forêts vivrières [et] les microfermes ». L'encouragement et l'éducation autour du jardinage domestique ont également été discutés. Un participant de Fredericton a déclaré que « [les jardins communautaires] peuvent aider certaines personnes à acquérir un sentiment de contrôle face aux impacts des changements climatiques et à l'insécurité du revenu ». Cela peut soutenir non seulement un sentiment de résilience et d'autonomisation individuelles, mais aussi une résilience au niveau communautaire grâce au soutien et à la connexion. Les participants à la conversation de St. James Town ont également discuté de la quantité de terres qui pourraient être utilisées pour les jardins communautaires qui appartiennent à de grandes sociétés immobilières et à des promoteurs ayant d'autres priorités.  

Les participants aux conversations de West Kootenays ont discuté des cuisines communautaires, tandis que dans la nation crie de Beardy et d'Okemasis, on s'intéressait à l'élevage de vaches, de poulets, de canards, de buffles et de ruches. Le soutien à la chasse et au collet était également important. Les participants de Beardy's et d'Okemasis ont suggéré que la clinique de santé communautaire puisse cultiver des produits essentiels (comme des pommes de terre et des oignons) à donner, et ont imaginé un programme reliant les Aînés et les étudiants afin de partager l'espace et les connaissances de jardinage.

Solutions de logement 

De nombreux participants ont discuté de l'importance de relever les défis liés au logement. Cela comprend la résolution des problèmes existants concernant le droit à un logement abordable et de bonne qualité ainsi que la transition des maisons hors des combustibles fossiles et leur protection contre les impacts climatiques. 

De nombreux participants ont convenu que le logement doit être disponible et abordable pour tous. Les suggestions pour y parvenir comprenaient l'expansion de l'offre de logements abordables publics, la modification de la définition de logement «abordable» pour inclure davantage les personnes se situant dans les centiles inférieurs des revenus et la mise en œuvre d'un contrôle plus strict des loyers. 

Les participants de l'Î.-P.-É. et de Saskatoon pensaient que le logement – ​​peut-être même un logement respectueux de l'environnement – ​​devrait être considéré comme un droit. Les participants à la conversation One House Many Nations ont déclaré que même si les communautés autochtones ont besoin de nouvelles maisons de toute urgence, il est également impératif que tout nouveau logement dispose de systèmes de chauffage, de refroidissement et de filtration appropriés pour garantir qu'il est confortable d'y vivre à mesure que les impacts climatiques s'intensifient. Les participants de Fredericton ont suggéré que le processus de demande pour les programmes d'amélioration énergétique doit être simplifié pour être plus accessible. D'autres pensaient qu'il devrait y avoir des normes et une application pour s'assurer que les logements locatifs sont non seulement suffisamment chauffés, mais aussi suffisamment refroidis en été, ainsi que des normes d'efficacité énergétique. Les participants de Fredericton ont noté qu'une meilleure efficacité énergétique aiderait à réduire les coûts énergétiques pour les locataires et les propriétaires.    

Solutions d'énergies renouvelables 

Les communautés étaient intéressées par la transition vers les énergies renouvelables, en particulier par le biais de « systèmes énergétiques communautaires ». Les participants de Lockeport ont discuté de la manière dont l'énergie renouvelable communautaire ou publique pourrait contribuer à garantir que l'électricité devienne abordable et accessible à tous. 

La forme d'énergie renouvelable la plus souhaitable dépend de la géographie de la communauté - certaines communautés côtières ont discuté de l'énergie marémotrice ou des éoliennes, tandis que les participants de Hinton s'intéressaient à la géothermie et à la biomasse et la nation crie d'Ahtahkakoop a discuté de l'énergie éolienne et solaire. Les participants de Lockeport ont discuté de l'hydroélectricité, mais ne voulaient pas qu'elle nuise aux écosystèmes locaux. Au Labrador, de nombreux participants s'inquiétaient du projet hydroélectrique de Muskrat Falls et de la contamination au méthylmercure des populations locales de poissons.

Les participants à Lockeport ont également noté que malgré les programmes incitatifs existants de certaines provinces, les panneaux solaires doivent encore être rendus plus abordables. Ils ont également discuté de l'installation et de l'entretien des infrastructures d'énergie renouvelable en tant que source d'emplois locaux, exprimant leur intérêt pour la fabrication de panneaux solaires en tant que nouvelle industrie pour leur communauté. Les participants de Flin Flon ont discuté de la possibilité d'une industrie locale de l'hydrogène.  

Solutions de transport 

Les participants ont convenu que leurs systèmes de transport communautaire pourraient être repensés pour être plus abordables et accessibles et produire moins d'émissions. 

Comme indiqué précédemment, les remises sur les véhicules électriques ne profitent pas aux ménages à faible revenu. Il y avait un consensus général sur le fait qu'il fallait accorder plus d'attention au transport en commun et au transport actif. Les participants de l'Î.-P.-É. ont déclaré qu'une augmentation des subventions publiques pourrait contribuer à rendre le transport en commun abordable et que le secteur public pourrait mener l'électrification des transports en achetant des autobus électriques pour le transport scolaire et public. Les participants de la Colombie-Britannique ont discuté du succès du programme de transport en commun gratuit pour les jeunes, ajoutant qu'il existe également une demande de transport en commun gratuit pour les résidents à faible revenu. 

Les participants des West Kootenays pensent que le covoiturage, en particulier pour les personnes à faible revenu et les personnes âgées, est une autre option à explorer dans les régions rurales. Certaines collectivités rurales ont suggéré des navettes abordables financées par les deniers publics ou d'autres approches pour améliorer les réseaux de transport en commun intercommunautaires. 

H. Mise en œuvre des solutions : processus et principes  

Afin d'évoluer vers des solutions communautaires transformatrices, les participants ont souligné que certains processus et principes seraient nécessaires. 

Education et sensibilisation

Les participants ont souligné l'importance de la sensibilisation et des connaissances sur les faits du changement climatique et de l'insécurité des revenus afin de créer une solidarité au sein des communautés ainsi qu'une volonté politique. Un participant de Hinton a expliqué que 

« [Les gens veulent] se familiariser avec ces sujets [et comprendre] qu'ils ne sont pas aussi polarisants et toxiques qu'ils sont décrits dans [les] médias ou dans certains groupes. Nous faisons tous partie de la communauté de Hinton, et nous aimerions voir [son] amélioration et une communauté plus forte. 

Les participants de Hinton ont déclaré qu'il est important que les gens comprennent comment les mesures climatiques (en particulier celles qui peuvent diviser comme la tarification du carbone) fonctionnent réellement, et qu'une meilleure compréhension pourrait aider les gens à trouver un terrain d'entente. Les participants à Saskatoon ont déclaré que l'éducation est également nécessaire autour de la prise de décision gouvernementale pour permettre aux gens de s'engager dans un plaidoyer efficace. 

Les participants considéraient les écoles comme une voie d'accès à l'éducation. Ils ont discuté de la possibilité d'intégrer des enseignements sur le changement climatique et les pratiques environnementales ainsi que des valeurs autour de la communauté et de la collectivité plutôt que sur l'individualisme, l'histoire et les visions du monde autochtones, la politique et la défense des intérêts dans les programmes d'études. Les participants à la conversation sur l'Î.-P.-É. pensaient que cela aiderait ces pratiques et valeurs à se « normaliser » dans l'ensemble de la société. Les jeunes participants à Montréal ont également souligné que « les adultes, les industries et les entreprises » sont ceux qui sont au pouvoir en ce moment, donc l'éducation et la sensibilisation doivent également se concentrer là-bas. 

Les agriculteurs lors de plusieurs conversations dirigées par la NFU ont souligné que les personnes de tous âges doivent être mieux informées sur la provenance de leur nourriture et sur l'importance des systèmes alimentaires locaux et durables. Cela pourrait également inciter davantage de jeunes à devenir agriculteurs. Un agriculteur de la région de l'Atlantique a déclaré : 

« Il y a vraiment un décalage, je pense, entre l'alimentation et l'agriculture et ce que beaucoup de jeunes apprennent à l'école. Je pense que nous avons besoin de plus d'opportunités pour nous reconnecter tous, mais surtout les jeunes, avec le monde naturel et avec la culture et la consommation d'aliments qu'ils ont cultivés et l'intégration dans le système éducatif, puis créer plus d'opportunités pour parler et mentorat. 

Coopération 

La coopération à toutes les échelles a été identifiée comme un autre principe important : le partage de plus de pratiques et de connaissances, et la création de partenariats entre les communautés, entre les régions, voire à travers le pays et à l'échelle internationale. « Les problèmes côtiers sont partagés partout dans le monde », a souligné un participant à Lockeport. 

À une échelle plus régionale, un résultat possible de la conversation de Churchill était la création d'un « répertoire » capturant les initiatives actuelles en matière de climat et de revenu dans les communautés du nord du Manitoba afin d'accroître l'apprentissage, la reproduction et les possibilités de collaboration. Aucune communauté ne possède toutes les connaissances ou les solutions. 

Les participants à la conversation One House Many Nations ont discuté de la structure de leur groupe comme un bon exemple de collaboration diversifiée et dirigée par la base qui permet une résolution créative des problèmes : 

"Une chose intéressante à propos de One House Many Nations est que nous sommes une équipe très diversifiée, nous réfléchissons donc à ces problèmes... de manière tridimensionnelle... Nous construisons continuellement pour trouver les causes profondes, identifier les problèmes existants et essayer les contourner pour créer quelque chose. Pour moi, il s'agit de centrer nos gens de base qui ont l'autonomie nécessaire pour avancer et résoudre ces problèmes ensemble de la manière qu'ils, la communauté, jugent appropriée. Nous ne prescrivons pas de solutions; nous travaillons pour aider à faciliter les solutions. "

L'établissement d'une compréhension plus large autour de questions telles que le colonialisme et le racisme systémique a été considéré comme crucial pour permettre la coopération tant au niveau individuel qu'institutionnel. "Comment ce groupe, qui soutient déjà ces problèmes, parle-t-il et s'engage-t-il avec des personnes qui ne sont peut-être pas familières [avec], ne se soucient pas [de], ne priorisent pas ou ne valorisent pas ces choses ?" a demandé un participant en Colombie-Britannique. 

Les participants de la Colombie-Britannique ont également parlé de la coopération en termes de recherche d'un terrain d'entente : « Comment pouvons-nous trouver un terrain d'entente et rallier plus de gens, même s'ils ne sont pas nécessairement d'accord sur chacune de ces questions ? [Nous devons] nous concentrer sur ce qui nous unit, comme le logement pour tous. 

Activisme 

Certains groupes ont discuté de l'importance de s'engager dans l'activisme et le plaidoyer sur bon nombre de ces questions, et beaucoup ont convenu qu'il s'agit d'un rôle important que les gens peuvent jouer pour créer un changement au-delà des choix individuels basés sur le mode de vie. Un participant de St. James Town a déclaré qu'« en tant que communauté, nous devons renforcer nos capacités sur la manière de faire pression sur la classe politique ». D'autres idées liées à l'activisme comprenaient l'apprentissage des « leviers du changement », l'apprentissage des mouvements sociaux passés qui se sont produits localement, nationalement ou internationalement et la participation à des mouvements sociaux comme la grève climatique (qui a été citée comme une énorme cause d'espoir par les jeunes participants à Montréal). Les participants montréalais ont discuté de nombreux exemples d'activisme dans leur ville, notamment comment ces activités « favorisent l'émergence de réseaux de communautés tout en favorisant l'implication et l'espoir individuels ». Les participants aux conversations One House Many Nations et les communautés autochtones urbaines de la Colombie-Britannique ont souligné que la résistance des Autochtones aux projets d'extraction de combustibles fossiles a été essentielle pour maintenir les combustibles fossiles dans le sol. 

Les participants ont également reconnu qu'il est important d'éviter l'épuisement lorsqu'on essaie de s'engager dans l'activisme en plus de toutes les exigences de la vie quotidienne. Un participant de l'Î.-P.-É. a souligné que, comme pour d'autres solutions environnementales, « lorsque les gens ont du mal à répondre à leurs besoins fondamentaux, ils n'ont généralement pas le temps ou l'énergie - la liberté - de s'engager dans des campagnes ou des activités visant à influencer les politiques publiques ». 

« Comment pouvons-nous trouver un terrain d'entente et rallier plus de gens, même s'ils ne sont pas nécessairement d'accord sur chacune de ces questions ? [Nous devons] nous concentrer sur ce qui nous unit.

Croisements  

L'intersectionnalité et la priorité accordée au leadership d'un large éventail de voix ont été identifiées comme un autre principe important dans tout travail sur le changement climatique et l'insécurité du revenu.  

Les participants ont discuté de la façon dont ceux qui détiennent des identités systémiquement marginalisées peuvent être plus exposés à l'insécurité du revenu et aux impacts climatiques. Les solutions doivent viser à lutter à la fois contre les inégalités et le changement climatique, et les personnes confrontées à des obstacles économiques et/ou qui détiennent ces identités doivent être centrées sur la conception et la mise en œuvre des solutions. 

« Les jeunes autochtones sont la population la plus jeune et celle qui connaît la croissance la plus rapide au Canada, et le Canada doit écouter ce que nous avons à dire.

De nombreux participants ont également parlé de l'importance de la participation et du leadership des jeunes dans le travail sur le climat et la pauvreté. « Les jeunes autochtones sont la population la plus jeune et celle qui connaît la croissance la plus rapide au Canada et le Canada doit écouter ce que nous avons à dire », a déclaré un participant aux conversations avec les communautés autochtones urbaines de la Colombie-Britannique.

Cette diversification de l'engagement et du leadership doit se produire au niveau institutionnel, mais aussi au sein du travail communautaire et des mouvements sociaux. Les participants à la conversation sur l'Île-du-Prince-Édouard ont déclaré que s'aligner sur différentes questions (revenu de base, sécurité alimentaire, logement abordable, droits des travailleurs migrants, droits des capacités, justice raciale, etc.) et autour de valeurs et d'objectifs communs peut renforcer le travail de base. 

La décolonisation et l'autodétermination autochtone sont des éléments extrêmement importants de ce travail. Les mesures spécifiques suggérées par les participants autochtones comprenaient la mise en œuvre de la DNUDPA, l'amélioration des processus de consentement libre, préalable et éclairé pour tout développement sur le territoire traditionnel, la résolution des restrictions de chasse et la garantie que des représentants autochtones sont à la table pendant les processus de planification et de prise de décision en général. 

Dans la Nation crie Beardy's et Okemasis et la Nation crie Ahtahkakoop, les participants ont parlé de l'énorme importance de transmettre les connaissances traditionnelles et les modes de vie aux jeunes au sein de leurs communautés. D'autres conversations de colons majoritaires ont parlé de l'importance du leadership autochtone et ont reconnu que les visions du monde et les systèmes de connaissances autochtones ont beaucoup à offrir lorsqu'il s'agit de vivre dans les limites de la planète Terre. 

I.Conclusion 

Alors que les conversations ont généré un large éventail d'idées, certains modèles se sont démarqués et sont apparus dans de nombreux contextes communautaires. Il était clair que la précarité financière expose les gens à des impacts plus intenses du changement climatique tout en diminuant leur capacité à participer aux solutions. Pour cette raison, les participants souhaitaient voir des solutions climatiques fondées sur des économies communautaires, des systèmes alimentaires et de transport à faible émission de carbone et des logements abordables éconergétiques. Beaucoup plus de leadership et de soutien sont nécessaires de la part des gouvernements à tous les niveaux pour adopter des politiques qui peuvent fournir la base d'un changement transformateur. En dehors du gouvernement, il y a un besoin d'activisme qui exerce une pression sur les gouvernements et les entreprises pour qu'ils agissent, ainsi qu'une plus grande éducation et sensibilisation. Dans toutes ces entreprises, le leadership des voix marginalisées est d'une importance cruciale.

6. Ce que nous avons entendu : selon les partenaires communautaires, que doit-il se passer ensuite ?

Cette section se concentre sur les opinions et les idées partagées par les partenaires communautaires plutôt que sur les participants à la conversation. Nos partenaires ont identifié un large éventail d'actions potentielles qui pourraient être prises dans leurs communautés pour résoudre les problèmes et les solutions identifiées par les participants à la conversation, qui peuvent être grossièrement regroupées dans les catégories suivantes.

Continuez la conversation en menant des discussions similaires avec des groupes de personnes de plus en plus larges, y compris avec des responsables locaux. 

Former des partenariats stratégiques avec les régions ou municipalités environnantes, d'autres groupes de base, à travers les mouvements sociaux, à travers les secteurs et avec les groupes communautaires qui ont l'expérience de s'engager avec des individus et des communautés vulnérables. 

Créer des opportunités éducatives pour les membres de la communauté, y compris par le biais d'un programme d'éducation publique pour renforcer la compréhension du changement climatique, de l'insécurité du revenu et de leurs liens.

Former des groupes communautaires axé sur les intersections du changement climatique et de l'insécurité du revenu ou de la pauvreté. 

Mener des campagnes d'engagement communautaire afin de partager les connaissances sur les opportunités ou initiatives existantes liées au changement climatique et à la précarité des revenus, ainsi que de former des réseaux d'entraide. 

Créer des postes embauchés ou bénévoles liés au renforcement de la résilience face au changement climatique et à l'insécurité des revenus.

Des soutiens financiers sécurisés visant à répondre aux besoins fondamentaux des membres de la communauté afin qu'ils aient une capacité accrue à agir sur le changement climatique. Ceux-ci incluent un salaire décent; nourriture, logement et transport abordables; des investissements plus importants dans les efforts de conservation de l'énergie et plus encore.  

Mener des activités dirigées par la communauté visant à renforcer la résilience locale, notamment en créant des jardins communautaires, en créant des plans régionaux d'intervention climatique et en construisant des centres publics de refroidissement/réchauffement/évacuation. Notre partenaire de la nation crie d'Ahtahkakoop a souligné l'importance de promouvoir des activités telles que la plantation d'accompagnement et de créer des opportunités pour les membres de la bande de travailler de leurs mains et de pratiquer la réciprocité avec la terre.

De mener des recherches concernant les initiatives climatiques actuelles dans la communauté et leur efficacité, les énergies renouvelables, les cartes des risques, etc. Établir des pôles de recherche sur les systèmes communautaires-universitaires dans la mesure du possible.

Intervenants pour les besoins de la communauté en s'engageant dans des conversations et des processus qui orientent les politiques, en faisant pression sur les élus et en participant à l'activisme de base.

Mettre en œuvre des solutions dirigées par des Autochtones en centrant le leadership et les visions du monde autochtones, en particulier dans le Nord. Plusieurs partenaires ont souligné que les solutions au changement climatique et à l'insécurité du revenu doivent s'accompagner d'une reconnaissance de leurs liens profondément enracinés avec le colonialisme et la violence contre les peuples autochtones et d'une action de réconciliation et de décolonisation. Notre partenaire de la nation crie d'Ahtahkakoop a souligné l'importance de se reconnecter à la terre et de revenir aux moyens de subsistance traditionnels perturbés par l'éducation coloniale occidentale.

Démanteler les systèmes oppressifs afin que les personnes les plus touchées par le changement climatique et l'insécurité des revenus aient un siège à la table de décision. Notre partenaire qui a organisé des conversations avec les communautés autochtones urbaines de la Colombie-Britannique a noté que les peuples autochtones sont touchés de manière disproportionnée par le changement climatique et les impacts de l'insécurité du revenu tels que l'insécurité du logement, les problèmes de dépendance intergénérationnelle et la dépendance aux aides gouvernementales. Ils ont souligné l'importance des changements systémiques qui créent les conditions de l'autonomie gouvernementale des Autochtones et de la reconnexion aux modes de vie traditionnels. Par exemple, ils ont signalé que « l'utilisation abusive de l'approche fondée sur les distinctions pour exclure la distinction de non-statut dans les droits issus de traités entraîne des taux plus élevés de décès, de surdoses, de maladies et d'appréhension d'enfants ». 

7. Ce que nous avons appris : comment ce que nous avons entendu a-t-il guidé nos conclusions et nos recommandations ?

Nous avons demandé à nos partenaires de partager dans leurs rapports de synthèse communautaires certaines de leurs réflexions sur les effets des conversations et ce qu'ils ont appris en parlant avec les membres de la communauté. Leurs réponses ont éclairé nos quatre thèmes principaux :

  • Les gens au Canada, en particulier ceux qui connaissent l'insécurité du revenu ou d'autres formes de précarité financière, sont de plus en plus exposés aux impacts climatiques, mais sont souvent incapables de participer à des solutions climatiques proportionnées en raison d'obstacles systémiques.

Bon nombre de nos partenaires ont partagé que même si les participants ont manifesté leur intérêt à agir sur le changement climatique, la sécurité du revenu et la résilience communautaire, leur capacité réelle à le faire est limitée par le temps, le financement, les ressources, la capacité du personnel et plus encore, comme décrit en détail dans la section cinq de ce rapport. L'Union nationale des agriculteurs a signalé que "les agriculteurs n'ont ni le temps ni l'argent pour intégrer les approches agroécologiques et régénératives positives qu'ils aimeraient". D'autres partenaires ont partagé des preuves d'épuisement mental et émotionnel parmi leurs participants, entravant la formation de nouvelles initiatives. 

Notre partenaire qui a mené des conversations avec des travailleurs des arts et de la culture à travers le Canada a noté que

"Ce qui était surprenant, c'est le niveau de sensibilisation et de connaissances dont la majorité [des participants] a fait preuve par rapport à leur capacité limitée à s'engager concrètement et durablement avec ces problèmes dans leur vie et leurs pratiques. Cela reste sans aucun doute l'un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés pour faire face à l'urgence climatique.

Cela fait écho à des déclarations similaires faites par de nombreux partenaires communautaires. La majorité des participants à travers les conversations connaissaient intimement les effets que le changement climatique et l'insécurité du revenu ont sur leur propre vie ainsi que sur la résilience de leurs communautés dans leur ensemble, mais estimaient que sans financement, soutien ou leadership du gouvernement, le pouvoir qu'ils avaient pour mettre en œuvre un changement positif était limité. 

  • Les gens veulent que leurs communautés soient résilientes face au changement climatique et à l'insécurité des revenus. Ils sont intéressés par des solutions qui apportent des améliorations tangibles à leur vie, y compris des aliments cultivés localement accessibles et abordables, des logements et des transports en commun écoénergétiques ainsi que des économies, des services et des infrastructures locales renforcées.

Dans toutes les communautés, les gouvernements souhaitent clairement mettre en œuvre des solutions globales dans des domaines tels que la sécurité alimentaire, le logement abordable, le revenu de base, les améliorations de l'efficacité énergétique, etc., éclairées par une consultation significative (et la participation) des membres de la communauté.

Lorsque les partenaires ont partagé certaines des solutions identifiées par les membres de la communauté, il s'agissait souvent de choses qui amélioreraient la vie des individus, des familles et des communautés dans leur ensemble. La localisation de la production alimentaire non seulement diminue l'impact climatique du secteur agricole, mais elle augmente également l'abordabilité des aliments, diminue la dépendance à l'égard des importations et des forces externes et permet aux membres de la communauté de profiter des avantages pour la santé mentale et physique de la culture des aliments. Un accès équitable à des transports en commun abordables donne aux gens le pouvoir d'agir, réduit les coûts de carburant et de véhicule et leur permet de choisir une solution plus respectueuse du climat. Ces changements ne sont pas des sacrifices, mais plutôt des opportunités.

Notre partenaire à Yellowknife a souligné l'importance des connaissances traditionnelles comme élément central pour créer des changements dans le Nord, en signalant :

« Grâce à cette conversation, notre compréhension du rôle et de l'importance des connaissances, des sagesses et des approches traditionnelles s'est encore renforcée. Plus précisément, s'appuyer sur des approches traditionnelles peut nous aider à repenser les structures sociales, culturelles, politiques et économiques qui dominent actuellement les TNO. Cela impliquerait une transition des modes de fonctionnement sociaux, culturels, politiques et culturels injustes tout en travaillant pour assurer une économie et un climat qui fonctionnent pour tous dans les TNO […] Plus précisément, les participants ont partagé l'importance des solutions créées localement exprimées par les acteurs locaux pour aborder les relations entre le changement climatique et les insécurités économiques dans leurs communautés d'origine. 

  • Les gens sont sceptiques quant à leur capacité à prendre des mesures significatives contre le changement climatique et l'insécurité du revenu en raison de leur influence limitée sur les problèmes structurels et systémiques par rapport aux gouvernements et aux entreprises. Beaucoup estiment que les actions individuelles sont limitées dans leur efficacité et que les gouvernements ne prennent pas suffisamment de mesures pour résoudre ces problèmes.

Bon nombre de nos partenaires ont fait part d'un sentiment de scepticisme quant à la capacité des individus ou des communautés à mettre en œuvre le changement par eux-mêmes. Les participants de toutes les communautés ont exprimé le souhait d'une action et d'une responsabilité accrues du gouvernement (à tous les niveaux) et d'une dépriorisation des intérêts des entreprises dans des conditions économiques et environnementales de statu quo.

"Ce n'est pas comme si nous manquions de personnes désireuses d'apporter ces changements, nous ne sommes tout simplement pas les personnes qui ont le pouvoir de le faire."

Plusieurs partenaires ont mentionné un sentiment de désespoir, d'apathie ou de manque de confiance dans les structures institutionnelles. Notre partenaire du Labrador a partagé qu'« il y a un sentiment de désespoir, comme si rien des participants ne pouvait faire une différence significative et qu'ils ne faisaient pas confiance aux gouvernements pour prendre des décisions qui auraient un impact positif sur leurs communautés ».

Comme notre Sault Ste. Marie partenaire l'a dit, "ce n'est pas comme si nous manquions de personnes désireuses d'apporter ces changements, nous ne sommes tout simplement pas les personnes qui ont le pouvoir de le faire."

  • Les communautés sont prêtes à agir mais manquent d'agence politique et économique pour effectuer l'ampleur du changement nécessaire. Les gouvernements doivent répondre à ce défi avec des politiques transformatrices qui s'attaquent aux causes profondes du changement climatique et de l'insécurité des revenus tout en donnant aux communautés les moyens de prendre des mesures autonomes.

Plusieurs partenaires ont indiqué qu'ils avaient besoin de financement ou d'autres formes de soutien institutionnel pour pouvoir agir dans leurs communautés. Ils ont indiqué que même si les participants ont démontré une connaissance de ce qui doit être fait et un appétit clair pour le changement, il y avait un consensus général sur le fait que les gouvernements doivent fournir des ressources et un financement suffisants pour qu'un changement transformateur ait lieu. Vous trouverez ci-dessous un échantillon d'extraits de certains rapports de synthèse communautaires qui soutiennent cette idée :

Région de l'Atlantique (dirigée par l'UNF) : « Les agriculteurs sont résilients et ont tendance à s'adapter rapidement aux défis environnementaux, bien qu'ils absorbent personnellement les coûts supplémentaires. Il y a un besoin de soutien financier. »

Churchill : "Il existe un appétit unifié et significatif pour une certaine forme de leadership au sein des communautés pour trouver des solutions, et cela nécessite un financement car les membres de la communauté sont déjà à pleine capacité."

Shirley : « Les participants étaient passionnés et optimistes quant à la capacité de la communauté de Shirley à travailler ensemble pour répondre à ces préoccupations, mais ont également reconnu la nécessité d'un soutien gouvernemental pour créer des emplois locaux.

Colombie-Britannique (Columbia Institute) : "Il est clair que les élus locaux sont conscients de ce dont leurs communautés ont besoin pour résoudre ces problèmes, mais ils manquent de ressources et d'un leadership fort." 

Dans ces communautés, et sans aucun doute dans de nombreuses autres à travers le pays, les gens veulent être résilients, prendre soin les uns des autres, bâtir leurs communautés, faire la transition vers des modes de vie ensemble plus sains, plus heureux, plus sûrs et plus durables. Mais les histoires que nous avons entendues montrent qu'il y a une lutte entre les besoins et les ressources, l'ambition et la capacité, le désespoir et l'espoir, et la recherche d'un leadership gouvernemental qui écoute et agit rapidement dans une course urgente contre la montre.

8. Recommandations

Cet ensemble de recommandations – créé par le Green Resilience Project basée sur ce que nous avons entendu des partenaires et des participants communautaires - sont ceux que nous considérons comme ayant l'impact le plus important, le plus immédiat et le plus durable pour permettre des transformations positives et renforcer la résilience dans les communautés à travers le Canada. Ils permettent à de nombreuses autres recommandations sur des questions spécifiques soulevées par les participants au cours des conversations d'être plus efficaces. Plus important encore, ils créent les conditions de l'espoir, des soins et de la prospérité collective.

1. Intégrer le revenu de base dans le plan du Canada pour une transition juste. La transition juste du Canada doit soutenir et renforcer toutes les personnes et toutes les communautés. Plutôt qu'une approche cloisonnée qui traite des secteurs spécifiques ou des catastrophes climatiques comme des entités distinctes, nous avons besoin de politiques proactives qui permettent à chacun de prospérer et de contribuer à un avenir équitable à faible émission de carbone. En plus des aspects importants et souvent discutés d'une transition juste comme le perfectionnement et la reconversion des travailleurs dans les secteurs dont les emplois sont touchés par le changement climatique, un plan de transition juste complet doit également inclure une garantie de revenu de base. 

Le revenu de base crée la sécurité financière dont les gens ont besoin pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Cela leur donne le temps et l'énergie de se recycler, de se recycler ou de faire la transition vers de nouveaux emplois, de s'engager dans le travail de soins, de rechercher des solutions innovantes aux défis auxquels ils sont confrontés et de contribuer de manière significative à leurs communautés. Les résultats des conversations communautaires montrent que les gens veulent s'entraider pour agir face aux défis économiques et environnementaux urgents auxquels ils sont confrontés, mais n'ont pas la capacité personnelle et structurelle de le faire. Le revenu de base renforce la résilience de la communauté en définissant le bien-être comme une responsabilité collective plutôt qu'individuelle. Il donne aux gens la capacité de s'entraider et d'agir sur les questions qui les préoccupent. Elle peut jouer un rôle crucial en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte au cours d'une transition environnementale et économique rapide. 

2. Concevoir des solutions de sécurité du revenu et de politique climatique axées sur l'amélioration de la qualité de vie individuelle et collective. Dans toutes les communautés, nous avons entendu dire que les gens veulent faire partie d'un changement environnemental et économique transformateur, mais sont limités par le temps, l'argent et d'autres obstacles structurels. On ne peut pas s'attendre à ce que les personnes qui ont déjà du mal à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille réduisent leur consommation d'énergie domestique, rénovent leur logement, achètent un véhicule électrique ou prennent d'autres mesures nécessitant des dépenses ou des sacrifices. Toutes les solutions politiques visant à lutter contre le changement climatique ou l'insécurité des revenus doivent être formulées en termes d'opportunités et de gains, et non de pertes et de souffrances. 

3. Donner aux personnes et aux communautés les outils et les ressources dont elles ont besoin pour développer ou renforcer la résilience. Les communautés sont des experts de leurs propres expériences du changement climatique et de l'insécurité des revenus. Ils savent déjà quelles actions amélioreraient le bien-être individuel et collectif dans une période de changements environnementaux et économiques importants. En tant que tels, les actes transformateurs au niveau communautaire doivent être menés par les communautés elles-mêmes, allant au-delà des modèles d'engagement ou de consultation superficiels. Cela comprend la garantie que les communautés ont un contrôle significatif sur le développement qui a lieu sur leurs terres. L'agence communautaire doit être facilitée par une politique, un financement et d'autres formes de soutien gouvernemental appropriés et accessibles. 

Un message constant de nos conversations était que les communautés ne bénéficient pas du statu quo des conditions économiques, sociales et politiques. Il est impératif que les dirigeants gouvernementaux à tous les niveaux reconnaissent qu'avec des ressources suffisantes, les communautés peuvent créer les conditions d'une action efficace et transformatrice sur le changement climatique et l'insécurité des revenus. Compte tenu de l'histoire de colonialisme et de génocide culturel du Canada contre les peuples autochtones, travailler à la décolonisation et à la réconciliation pour les torts infligés par de multiples acteurs institutionnels et individuels est au cœur de ce travail. La mise en œuvre des appels à la justice identifiés par l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et les appels à l'action identifiés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada, y compris l'adoption et la mise en œuvre intégrales de la DNUDPA, est une étape essentielle pour le gouvernement fédéral. .

Plusieurs partenaires qui ont animé des conversations avec des peuples et des communautés autochtones ont souligné l'importance de l'autodétermination et de la gouvernance dans toutes les questions concernant ou touchant les peuples autochtones. Cela comprend le consentement libre, préalable et éclairé sur toutes les activités affectant les droits et les terres des peuples autochtones, la fin de la criminalisation des défenseurs des terres autochtones et le centrage des valeurs traditionnelles dans la prise de décision multilatérale. Un participant à l'une de ces conversations a partagé que tout avenir possible qui offre un équilibre aux communautés autochtones doit être enraciné dans les visions du monde, les priorités, les ressources et les économies autochtones. Le travail continu et autoréflexif dans ces domaines est essentiel pour donner aux communautés les moyens d'agir sur le changement climatique, l'insécurité des revenus et bien plus encore. 

4. Veiller à ce que les entreprises et les riches paient leur juste part. Nos recommandations sont urgentes et réalisables, mais seulement si nous sommes prêts à y investir. Si nous voulons faire face à des crises systémiques de longue date comme le changement climatique, l'insécurité du revenu, les inégalités raciales et de genre et d'autres formes d'oppression systémique, nous devons entreprendre une réforme fiscale fédérale majeure. Nous ne pouvons pas justifier l'existence continue d'échappatoires fiscales, de paradis fiscaux à l'étranger et de la baisse des taux d'imposition des sociétés - chaque personne et chaque société doit payer sa juste part. La responsabilité de payer pour les changements dont nous avons besoin ne devrait pas reposer sur les épaules de ceux qui peuvent le moins se le permettre.

9. Conclusions

Où allons-nous partir d'ici? 

La pandémie de COVID-19 nous a appris que nous devons adopter une approche holistique pour résoudre les problèmes et les injustices à grande échelle - que nous ne pouvons pas affronter de manière significative le changement climatique, l'insécurité des revenus ou la marginalisation systémique sans les affronter tous ensemble. 

Nos conversations ont démontré que les communautés veulent renforcer leur résilience, mais manquent de capacité et de pouvoir politique pour mettre en œuvre des solutions à la hauteur des défis auxquels elles sont confrontées. Ceux qui ont participé à nos conversations sont intéressés par des solutions qui améliorent leur qualité de vie et renforcent leurs communautés, comme l'accès à des aliments abordables cultivés localement, des logements abordables éconergétiques, des systèmes de transport en commun robustes et des économies, des services et des infrastructures localisés plus solides.

Les gouvernements doivent résoudre ce problème en adoptant des politiques transformatrices qui s'attaquent aux causes profondes du changement climatique et de l'insécurité des revenus. Comme le démontrent les idées partagées par nos participants à la conversation, il est impossible de séparer les causes et les effets des deux problèmes. En tant que telles, les solutions doivent être axées sur l'amélioration de la qualité de vie en atténuant la précarité économique et en créant les conditions d'une action climatique localisée qui profite aux communautés. Il est essentiel que ce processus transfère l'agence politique et économique aux communautés qui sont affectées par ces problèmes grâce à un engagement continu et à la création d'opportunités de leadership. 

L'avenir du Green Resilience Project

Ce rapport sera partagé avec nos partenaires communautaires et mis à la disposition du public sur notre site Web. 

À l'avenir, les membres du Green Resilience Project Le comité directeur intégrera ce rapport dans la recherche et le plaidoyer en cours sur l'importance de relier les solutions au climat et à l'insécurité des revenus. Cela comprendra des présentations sur les conclusions du rapport dans les milieux de l'éducation et au gouvernement.

Enfin, nous espérons que ces conversations pourront se poursuivre partout au Canada. Pour faciliter cela, nous avons mis à la disposition du public une copie de nos supports de conversation sous une licence Creative Commons. N'importe qui est invité à utiliser ces documents pour organiser une conversation communautaire dans sa propre région. Pour plus d'informations, voir l'annexe C.

Remerciements

Nous sommes extrêmement reconnaissants envers tous nos partenaires communautaires et participants aux conversations qui ont partagé leurs réflexions et leur expertise avec nous. Ce rapport est le reflet du travail acharné et de la participation de centaines de personnes à travers le pays.

Le financement de ces conversations a été généreusement fourni par le Fonds d'action et de sensibilisation pour le climat du gouvernement du Canada. Nous sommes reconnaissants de l'opportunité d'avoir entrepris ce projet.

10. Annexes

A. Contributeurs au projet

Comité d'organisation: 

Mitchell bière, Productions Mix énergétique – Chef de projet 
Sheila Regehr, Réseau Revenu de base Canada – Chef de projet 
Susan Abell, Revenu de base de Coalition Canada – Revenu de base 
Cas du Dr Robert, Études du développement social – Renison University College, affilié à l'Université de Waterloo
Kendal David, Basic Income Canada Youth Network, étudiant – École de travail social, Université Carleton
Kendra Downe, Basic Income Canada Youth Network, étudiant – Human Environment Program, Université Concordia 
Dr James Mulvale, Faculté de travail social – Université du Manitoba 
Pierre Stevens, Basic Income Canada Network, Basic Income Nova Scotia, Department of Mathematics and Statistics – Dalhousie University (retraité) 
Nolan Wilson, Basic Income Canada Youth Network, avocat 

Personnel: 

Jessie Golem, Coordonnatrice de la sensibilisation 
Hannah Muhajarine, Assistant de projet 
Janet Patterfung, Chef de projet
Blandine Sébileau-Meyniel, Coordonnatrice de la sensibilisation, Québec
Cecilia Stuart, Responsable des communications

B. Modèle logique du projet

Cliquez pour télécharger

C. Supports de conversation en libre accès

L'un des objectifs de la Green Resilience Project est de favoriser la conversation et la compréhension des liens entre le changement climatique, la sécurité du revenu et la résilience communautaire. À cette fin, nous avons mis notre matériel de planification et d'animation de conversation à la disposition de toute personne intéressée à animer une conversation dans sa communauté. Veuillez visiter notre website pour y accéder.

Ces matériaux sont sous licence Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/


Copyright 2022 Energy Mix Productions et Basic Income Canada Network
Publié en 2022 par Energy Mix Productions.

Ce rapport est sous licence Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International. Pour voir une copie de cette licence, visitez http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Le Green Resilience Project remercie chaleureusement le soutien financier du gouvernement du Canada par l'intermédiaire du Fonds d'action et de sensibilisation pour le climat d'Environnement et Changement climatique Canada. Les opinions et interprétations contenues dans ce rapport sont celles des auteurs et ne reflètent pas celles du gouvernement du Canada.

Le Green Resilience Project est géré et livré par Energy Mix Productions, Basic Income Canada Network, Coalition Canada Basic Income – Revenu de base, Basic Income Canada Youth Network, des experts nationaux et des partenaires locaux.

Le Green Resilience Project se déroule dans ce que l'on appelle colonialement le Canada. Nous respectons la souveraineté, les lois, les coutumes et les valeurs des nombreux peuples et communautés autochtones sur les terres desquels notre travail est effectué. La rédaction de ce rapport a eu lieu sur le Traité 1 et sur le territoire traditionnel des nations Anishnabeg, Mississauga, Haudenosaunee, Ojibway/Chippewa et Wendat.

Nous reconnaissons également que les avantages dont beaucoup d'entre nous bénéficient dans notre économie et notre société d'aujourd'hui proviennent du travail historique non rémunéré, de la servitude forcée et de l'esclavage.