Volume C : Instantanés de la communauté étendue

Cliquez pour télécharger le PDF.

Vous trouverez ci-dessous des instantanés étendus avec des détails supplémentaires sur les participants à chacun des Green Resilience Project conversations, comment la sensibilisation a été menée et certains facteurs liés au changement climatique ou à la sécurité du revenu dans leur région qui peuvent avoir influencé les conversations. Ce contenu a été extrait des rapports de synthèse de la communauté de nos partenaires.

Pour lire les rapports de synthèse communautaires complets de chacun de nos partenaires communautaires, veuillez consulter tome B de ce rapport.

Emplacement: Whitehorse, Yukon
Nom du partenaire : BYTE - Autonomisation de la société des jeunes 
Remarques des participants : Bien que nous estimions qu'il a été en mesure de saisir une gamme d'expériences vécues parmi les jeunes du Yukon, nous reconnaissons qu'il est possible d'accroître cette diversité à l'avenir. Pour notre conversation, nous avons cherché à discuter des problèmes qui affectent les jeunes dans les communautés du Yukon. Cependant, il convient de noter que la grande majorité des participants étaient basés à Whitehorse. Plusieurs de nos participants se sont identifiés comme autochtones et plusieurs comme personnes de couleur ; nous pensons cependant qu'il y avait un plus grand potentiel de représentation que nous nous efforcerions de rencontrer dans les conversations futures. La plupart de nos jeunes participants ont décrit leur statut socio-économique comme un revenu moyen, certains participants s'identifiant comme des personnes à revenu faible ou élevé. Cinq participants identifiés comme appartenant ou ayant appartenu à un syndicat. Les jeunes présents représentaient un large éventail de secteurs de la population active, notamment : les arts et la culture; loisirs et sports; services communautaires et gouvernementaux; associations à but non lucratif; Gouvernance autochtone; éducation; droit et services sociaux; médias et édition; finances et administration; ressources agricoles et naturelles; sciences naturelles et appliquées; langues autochtones; énergie renouvelable; construction et métiers; et le travail d'organisation caritative ou communautaire.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Se réchauffant environ trois fois plus vite que la moyenne mondiale, les collectivités nordiques du Canada sont souvent aux premières lignes du changement climatique. Le changement climatique a augmenté la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, qui ont des répercussions sur les collectivités, les écosystèmes et la faune. En 2021, le Yukon a battu des records d'été, documenté des inondations record et enregistré des chutes de neige supérieures à la moyenne. Le réchauffement des températures entraîne également le dégel du pergélisol, qui à son tour endommage les infrastructures et a un impact sur les écosystèmes. Le Yukon et le Nord du Canada font également face à des défis accrus en matière de sécurité alimentaire et de souveraineté alimentaire, qui recoupent à la fois la sécurité du revenu et les changements climatiques. En 2017-18, le Yukon affichait le troisième taux le plus élevé de prévalence de l'insécurité alimentaire au Canada, à 16.9 %, derrière seulement les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. Pour de nombreux Yukonnais, la capacité de récolter de la nourriture sur la terre est grandement touchée par les changements environnementaux. Le Yukon connaît aussi actuellement une pénurie de logements et des taux de location plus élevés que la normale.
Notes de sensibilisation : Dans un effort pour impliquer le plus grand nombre possible de jeunes du Yukon dans notre discussion, BYTE a lancé un appel ouvert pour les inscriptions dans le mois précédant la conversation communautaire. La conversation a été annoncée via des affiches et sur les réseaux sociaux pendant plusieurs semaines.

Emplacement: Shirley, Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Alysha Jones (coprésidente du comité d'intersectionnalité et de vérité et réconciliation, Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l'environnement et membre du comité d'action climatique du district de Sooke)
Remarques des participants : Plusieurs personnes étaient des immigrants d'Europe et d'Amérique du Sud avec l'anglais comme langue seconde. Alors que le groupe reflétait une gamme d'expériences vécues, les travailleurs forestiers, les personnes de couleur, les peuples autochtones et les personnes de la classe ouvrière ou à faible revenu étaient absents de la conversation.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Shirley a été sélectionnée pour un Green Resilience Project conversation en raison de sa proximité avec Sooke, de sa vulnérabilité aux incendies de forêt et aux inondations induits par le changement climatique, ainsi que des impacts sur la communauté sociale et écologique de la récolte commerciale du bois. Les résidents de Shirley s'inquiètent des pratiques forestières néfastes, de la qualité de l'eau (l'eau potable provient de puits), des transports limités, de l'agriculture et du développement communautaire (CRD, 2016). La plupart des résidents de Shirley sont soit des travailleurs indépendants (dans l'industrie du tourisme ou de petites entreprises à domicile), soit des retraités, soit des déplacements quotidiens pour aller travailler à Sooke ou à Victoria (Sooke Region Tourism Association, 2022). Les plus grands employeurs de la communauté sont Western Forest Products, un centre de villégiature à proximité, des restaurants et des chambres d'hôtes (Sooke Region Tourism Association, 2022).
Notes de sensibilisation : Compte tenu de la pandémie, la conversation communautaire a été hébergée en ligne. Il est probable que davantage de membres de la communauté de Shirley auraient été intéressés à participer si un événement communautaire en personne à l'hôtel de ville de Shirley avait eu lieu.
Emplacement: Sooke, Colombie-Britannique

Nom du partenaire : Alysha Jones (coprésidente du comité d'intersectionnalité et de vérité et réconciliation, Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l'environnement et membre du comité d'action climatique du district de Sooke)
Remarques des participants : J'ai (Alysha) tendu la main aux jeunes, aux personnes âgées, aux membres de la nation T'Sou-ke, aux personnes vivant dans un logement précaire ou en situation d'itinérance, aux propriétaires de petites entreprises, aux jeunes familles, aux employés d'épicerie et de vente au détail et au personnel à long terme établissement de soins. Il a été difficile de recruter avec succès parmi plusieurs groupes d'informateurs clés, notamment la nation T'Sou-ke, les personnes en situation d'itinérance, les jeunes familles, les travailleurs du commerce de détail et le personnel des soins de longue durée. Compte tenu des besoins immédiats, de la vie quotidienne et de la hausse des coûts, il n'est pas surprenant que les personnes les plus vulnérables aux pressions socio-économiques n'aient pas eu le temps de s'engager dans ce projet. De plus, la nation T'Sou-ke est un leader vert dans la région de Sooke, offrant un mentorat à d'autres nations autochtones. Les membres de la communauté T'Sou-ke sont probablement très concentrés sur les besoins et les objectifs de leur communauté, et à juste titre. 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Sooke est une communauté en évolution rapide dans le territoire de la nation T'Sou-ke, un véritable chef de file dans le développement communautaire de l'énergie verte. L'écologie de Sooke est remarquable, avec un grand système fluvial, un bassin et des collines boisées protégées. Autrefois une ville forestière et de pêche, la population a augmenté d'environ 15 % au cours des dernières années, et la seule artère menant à la communauté est obstruée par la circulation. « Sooke est une communauté tentaculaire qui s'est développée le long de l'autoroute, était basée sur les ressources et assez petite jusqu'à récemment » (Participant à la conversation).  
La hausse du coût de la vie et des logements inabordables, la pression sur les écosystèmes et la perte de puits de carbone et d'espaces verts, ainsi que l'intensification du trafic et des émissions de carbone sont de plus en plus insoutenables et ont un impact sur la santé mentale et l'avenir de la communauté.
Notes de sensibilisation : Les participants ont été invités aux conversations par le bouche à oreille, Facebook, une invitation par courrier électronique, plusieurs dirigeants communautaires de Sooke et une organisation à but non lucratif.

Emplacement: Colombie-Britannique, principalement le Lower Mainland et l'île de Vancouver
Nom du partenaire : Institut de Colombie
Remarques des participants : Ils ont discuté des thèmes clés de la résilience communautaire, de l'action climatique et de la sécurité des revenus. De plus, nous avons ouvert l'invitation aux personnes qui prévoient de se présenter aux élections locales à l'automne 2022. Plus de 50 participants se sont inscrits à la conversation, les participants provenant principalement du Lower Mainland et de l'île de Vancouver.  
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La province a fait face à une année incroyablement difficile en 2021 avec de multiples défis sanitaires, climatiques et socio-économiques, notamment la pandémie de COVID-19, la crise des drogues toxiques, le dôme de chaleur et de graves inondations et glissements de terrain. De plus, la province fait face à des crises continues en matière de logement et de sécurité alimentaire, les catastrophes climatiques aggravant ces problèmes.
Notes de sensibilisation : Les participants ont été invités à partir du réseau d'élus locaux du Columbia Institute, en particulier les maires, les directeurs régionaux, les conseillers et les commissaires d'école. Columbia construit et soutient un réseau de dirigeants locaux qui s'emploient à faire progresser les valeurs et les idées progressistes, à construire des communautés durables, inclusives et équitables.

Emplacement: Colombie-Britannique, principalement des zones urbaines
Nom du partenaire : La vie autochtone à Vancouver Enhancement Society (ALIVE) et les Autochtones du Nord-Ouest (NWIC)
Remarques des participants : Nous avons connu un volume élevé de jeunes autochtones et nous manquions de représentation des membres de la communauté LGBTQ2S+. 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La communauté autochtone urbaine fait face à des problèmes uniques liés à la sécurité du revenu et aux changements climatiques. Ces questions sont directement liées aux cadres législatifs et politiques qui suivent le modèle actuel de l'approche fondée sur les distinctions. 
Les peuples autochtones de la Colombie-Britannique sont touchés par la marginalisation économique. Tels que le prix élevé de la vie et le manque de logements abordables. Dans le centre urbain de Vancouver, le salaire vital projeté actuel n'est pas suffisant pour subvenir aux besoins d'une famille monoparentale avec les tendances actuelles d'inflation des frais de subsistance.
Les participants à la discussion ont mis en évidence que de nombreux résidents des communautés situées dans des centres urbains de la Colombie-Britannique sont confrontés à des obstacles liés à l'insécurité du revenu. Certains des problèmes signalés comprenaient : le manque de soutien significatif dans les programmes d'aide sociale et une dépendance excessive à l'égard des aides gouvernementales, les conditions difficiles d'être sans abri, l'utilisation d'unités d'occupation en chambre individuelle en ce qui concerne les conditions de vie dangereuses, la co-dépendance avec d'autres résidents, les dépendances intergénérationnelles, le manque de revenu d'emploi stable et la discrimination des faibles attentes. Parmi les autres préoccupations soulevées, mentionnons les frais de scolarité élevés, le financement de l'approche fondée sur les distinctions à tous les niveaux de gouvernement, les services familiaux et de garde d'enfants, et les obstacles à l'accès aux ressources des centres communautaires.
L'Union internationale pour la conservation de la nature, le plus grand réseau de conservation au monde, a fait une déclaration forte et claire sur l'impact que le changement climatique aura sur les peuples autochtones :
“…. Les peuples autochtones et traditionnels vont être particulièrement accablés par les coûts des impacts du changement climatique et montreront que les dangers du changement climatique menacent déjà les cultures traditionnelles. Le degré de vulnérabilité varie d'un groupe à l'autre et peut être inégalement réparti entre et au sein des communautés. 
SOURCE : Document sur les peuples autochtones et traditionnels et les changements climatiques. Union internationale pour la conservation de la nature. Mirjam Macchi Auteurs contributeurs : Gonzalo Oviedo, Sarah Gotheil, Katharine Cross, Agni Boedhihartono, Caterina Wolfangel, Matthew Howell. (2008) page 57
Notes de sensibilisation : ALIVE et NWIC ont spécifiquement ciblé les jeunes autochtones urbains et les défenseurs/fournisseurs de services auxquels les jeunes autochtones urbains font appel. Nous avons choisi d'héberger nos dialogues dans des espaces où les jeunes autochtones urbains étaient présents, tels que des engagements et des ateliers communautaires en plein air. Nous avons également invité des représentants du secteur coopératif, de la représentation des femmes des Premières nations et du réseau de sécurité alimentaire de Vancouver. Tous les participants ont participé à une discussion en cercle où les principaux problèmes et solutions ont été présentés et discutés au cours du dialogue. Nous avons donné accès à une discussion Zoom et de nombreux jeunes qui ont assisté à notre réunion Zoom ont également eu des obstacles à l'accès à la technologie qui leur a été fournie au nom d'ALIVE et de NWIC.

Emplacement: Yukon et nord de la Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Union Nationale des Fermiers
Remarques des participants : Les participants n'étaient pas tous situés dans la même communauté locale. Ils étaient situés dans le nord de la Colombie-Britannique et un agriculteur du Yukon. Les expériences des agriculteurs variaient également en fonction de ce qu'ils produisaient, du type de commercialisation, de l'échelle de l'exploitation, entre autres différences. 75 % des participants ont identifié « Mes moyens de subsistance ont été ou risquent d'être gravement touchés par le changement climatique ». Il a été noté au cours de la conversation que les communautés du nord de la Colombie-Britannique seront fortement touchées par la transition des combustibles fossiles, certains participants ayant identifié un impact direct sur leurs moyens de subsistance.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Il existe de nombreux événements climatiques uniques en raison des différentes zones biogéoclimatiques en Colombie-Britannique et au Yukon. Inondation, vent extrême, sécheresse, tout a été vécu. De nombreux habitants des collectivités locales du nord de la Colombie-Britannique travaillent dans le secteur pétrolier et gazier – à la fois des consommateurs de produits agricoles et certains agriculteurs travaillant à l'extérieur de la ferme dans le secteur pétrolier et gazier. 4 agriculteurs sur 10 en Colombie-Britannique gagnent moins de 10,000 XNUMX $ / an (Statistique Canada).
Notes de sensibilisation : Le Syndicat national des agriculteurs a misé sur son réseau d'agriculteurs pour rejoindre les participants. Les participants n'avaient pas besoin d'être membres pour participer. Tous les agriculteurs et travailleurs agricoles, membres ou non membres de la région ont été invités à y participer.

Emplacement: West Kootenays, Colombie-Britannique
Nom du partenaire : Écosociété de West Kootenay
Remarques des participants : La plupart des réponses des participants provenaient du plus grand centre-ville des West Kootenays, Nelson, qui comprenait de nombreux participants en situation d'itinérance et de désintoxication en raison de notre capacité à entrer en contact avec un groupe de services sociaux à Nelson qui a proposé de soutenir l'organisation des entretiens et de fournir un espace. La majorité des gens étaient des colons caucasiens. Plusieurs ont un faible revenu parce qu'ils ne peuvent pas travailler en raison de la pandémie ou d'un handicap. Il y a un groupe de sans-abri et de toxicomanes et d'ex-détenus. Différentes ethnies et âges, y compris les parents, les grands-parents et les tuteurs, divers handicaps, certains sans abri, des toxicomanes en rétablissement, des ex-détenus.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Le changement climatique se manifeste par des étés plus chauds et plus secs, plus de précipitations lors des épisodes de précipitations et plus de pluie en hiver, au lieu de neige dans la région de West Kootenay. Le coût de la vie, du logement, du transport et de la nourriture pour subvenir aux besoins des familles est une préoccupation croissante. Tous les participants ont partagé le besoin de logements plus abordables et disponibles. Les participants de Trail, Nelson et Castlegar, les plus grandes communautés de West Kootenay, ont estimé que les transports en commun devaient être améliorés avec plus d'itinéraires, d'arrêts et d'heures. Cela est particulièrement vrai le week-end où le service de bus fait cruellement défaut dans la région.
Notes de sensibilisation : Nos efforts de sensibilisation se sont concentrés sur les personnes à faible revenu qui sont souvent exclues des conversations et les plus touchées par les impacts climatiques et les ressources des programmes sociaux. Cela comprenait : les personnes du BIPOC, les personnes sans abri, les toxicomanes en rétablissement et d'autres familles touchées à faible revenu. Nous travaillons avec plus de 85 ménages à faible revenu inscrits à notre programme Farms to Friends, où, grâce à notre réseau de bénévoles, nous livrons chaque semaine à leur porte des aliments cultivés et produits localement. Nous avons commencé par contacter ces ménages par e-mail et par téléphone. De plus, nous avons demandé aux organisations de services sociaux de nous mettre en contact avec leurs clients pour des entretiens. Nous avons demandé aux personnes interrogées si elles pouvaient nous mettre en contact avec une autre personne qu'elles connaissaient et qui était à faible revenu et qui, selon elles, accepterait d'être interviewée.

Emplacement: Hinton, Alberta
Nom du partenaire : Fer et terre
Remarques des participants : D'après les données recueillies, 50 % des accompagnateurs ont opté pour des remboursements sans autre demande d'accessibilité. Aucun des participants ne s'est identifié comme racialisé, mais 10 % se sont décrits comme autochtones. Notre session a atteint la parité entre les sexes, avec 50 % d'hommes auto-identifiés et 50 % de femmes auto-identifiées. En ce qui concerne l'âge, 60 % des participants étaient dans la tranche 20-40 ans, 30 % étaient dans la tranche 41-60 ans et 10 % avaient plus de 60 ans. Tous les participants parlaient anglais à la maison et aucun ne se décrivait comme récent. immigrants au Canada, avec un handicap, ou faisant partie de la communauté 2SLGBTQ+. En ce qui concerne le statut socio-économique, 70 % des participants se sont identifiés comme ayant un revenu moyen, tandis que 20 % étaient à revenu élevé et les 10 % restants à faible revenu. Leurs secteurs d'emploi indiquaient que 50 % des préposés faisaient partie de la catégorie agriculture/ressources naturelles, tandis que le reste appartenait à divers secteurs : 10 % dans les affaires, la finance et l'administration ; 10 % dans les arts, la culture, les loisirs et le sport ; 10 % dans l'enseignement ; 10 % en santé ; et 10% en gestion. Par rapport à notre objectif initial, ces statistiques montrent que nous avons réussi dans certains domaines alors que nous n'avons pas été aussi efficaces dans d'autres. Nous reconnaissons l'absence dans notre session communautaire des personnes racialisées, migrantes, handicapées et 2SLGBTQ+, ainsi que des jeunes. Néanmoins, il est important de souligner que les données démographiques de nos participants sont représentatives des données du recensement fédéral pour la ville de Hinton.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Le pétrole, le gaz et le charbon ont contribué à la prospérité de Hinton et ses habitants sont reconnaissants du travail acharné de ceux qui ont contribué au bien-être de la communauté. Cependant, le climat est devenu de plus en plus incertain et a pesé sur l'économie locale. Au cours des deux dernières années, la ville a connu : Des changements climatiques extrêmes ; Élimination du charbon thermique ; Des sources de revenus incohérentes ; Plusieurs projets verts avec divers degrés de succès
Notes de sensibilisation : I&E a identifié 3 animateurs locaux et leur a fourni des outils et des ressources pour mener des activités de sensibilisation. Ils ont demandé aux gens d'identifier les obstacles à l'accessibilité et ont proposé de les supprimer. 50% des participants ont demandé un remboursement.

Emplacement: Nord de l'Alberta et Territoires du Nord-Ouest
Nom du partenaire : Union Nationale des Fermiers
Remarques des participants : Les agriculteurs qui ont participé à cette conversation provenaient tous de communautés distinctes du nord de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest. Par conséquent, la description de la communauté ne représente pas un emplacement spécifique, mais plutôt un sentiment spécifique aux agriculteurs du Nord. Comme mentionné, les agriculteurs sont à l'avant-garde du changement climatique et de nombreux agriculteurs et producteurs alimentaires du Nord sont confrontés à des défis techniques supplémentaires en raison de l'éloignement, des courtes saisons de croissance et de la mauvaise qualité des sols. Il a été noté que la saison de croissance s'allonge en raison du réchauffement des températures, mais qu'il y a certainement eu également une augmentation des conditions météorologiques extrêmes. Les voix des membres les plus marginalisés de la communauté, qui sont touchés de manière disproportionnée par la crise climatique et notre système alimentaire actuel, n'étaient pas bien représentées au cours de cette conversation. Parmi les participants qui ont rempli le formulaire d'identification, tous ont déclaré être blancs et à revenu moyen. Tous les participants à cette conversation étaient directement liés au secteur agricole et représentaient à la fois des exploitations urbaines et rurales et des petites et moyennes exploitations.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Les communautés du Nord sont notoirement en situation d'insécurité alimentaire et plusieurs points ont été soulevés à ce sujet. L'une étant que Yellowknife en particulier n'est accessible que par une seule route, une route qui a récemment été touchée par des incendies de forêt. Les épiceries ne proposent qu'un approvisionnement alimentaire de trois à quatre jours et la quantité et l'accessibilité des aliments cultivés localement sont limitées. par conséquent, les fermetures de routes ou les phénomènes météorologiques extrêmes peuvent avoir de graves répercussions sur l'accès à la nourriture. Les obstacles financiers, y compris l'inégalité des revenus et l'itinérance, sont également répandus dans les communautés en question. Un autre commentaire a noté que le développement, et l'exploitation minière en particulier, a limité les modes de restauration traditionnels. Ce retrait forcé des modes de consommation traditionnels – y compris la chasse et la pêche – entrave la préservation des connaissances autochtones.
Notes de sensibilisation : Tous les membres de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest ont reçu des invitations par courriel. Les médias sociaux ont été utilisés pour étendre la portée de l'invitation et plusieurs groupes locaux ont partagé nos publications. Le Syndicat national des agriculteurs a misé sur son réseau d'agriculteurs pour rejoindre les participants. Les participants n'avaient pas besoin d'être membres pour participer. Tous les agriculteurs et travailleurs agricoles, membres ou non membres de la région ont été invités à y participer.

Emplacement: Alberta (principalement Edmonton)
Nom du partenaire : Citoyens pour la justice publique / Just Faith Alberta
Remarques des participants : Cette conversation concernait principalement ceux de la région d'Edmonton, mais s'est étendue à toute l'Alberta, en se concentrant particulièrement sur les chrétiens intéressés par la transition juste, le changement climatique et la sécurité du revenu. La conversation sur la résilience verte a réuni huit participants, dont le co-animateur local : cinq d'Edmonton, un de Calgary, un de Fort McMurray et un originaire d'Olds, mais résidant actuellement en Ontario. Quatre des participants avaient plus de 60 ans, quatre entre 40 et 60 ans et un entre 20 et 40 ans.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Le secteur pétrolier et gazier est le principal employeur et contribue de manière significative au succès économique de la région. Les contributions des sociétés pétrolières et gazières par le biais des impôts fonciers et d'autres accords ont largement contribué au niveau de vie de la communauté. Bien que même ceux qui travaillent dans l'industrie pétrolière et gazière aient reconnu les événements et les changements météorologiques extrêmes, la reconnaissance du changement climatique suscite des inquiétudes immédiates concernant les emplois et les moyens de subsistance qui rendent difficile la conversation sur les produits. L'industrie pétrolière et gazière a réduit ses effectifs à la fois en raison de la diminution de l'extraction, mais aussi parce que les technologies ont fait en sorte que moins de travailleurs sont nécessaires pour faire le même travail. Cela a accru l'instabilité et l'inquiétude des travailleurs de l'industrie.
Notes de sensibilisation : La conversation du 16 mars était co-organisée par Just Faith Alberta, une nouvelle initiative populaire de chrétiens de l'Alberta préoccupés par les questions de justice sociale. De nombreux participants s'étaient engagés avec le CPJ dans le passé et, puisque l'un de nos domaines d'intervention est la justice climatique, avaient une compréhension générale et un consensus autour de la nécessité d'un changement en termes de transition juste et d'action contre le changement climatique.
Emplacement: Northwest Territories
Nom du partenaire : Écologie Nord
Remarques des participants : Notre conversation a inclus un large éventail de participants et de groupes de partout sur le territoire, même s'il nous manquait une forte présence des régions du Sahtu et d'Inuvik.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La communauté scientifique a convenu que l'étendue à laquelle les changements climatiques et environnementaux se produisent est exacerbée et intensifiée dans le Nord. En tant que territoire, les Territoires du Nord-Ouest sont confrontés à une gamme incroyablement diversifiée d'impacts (y compris les inondations, les feux de forêt, le dégel du pergélisol, l'érosion côtière, l'élévation du niveau de la mer…), qui ont tous des liens et des implications importants sur divers facteurs sociaux, en particulier la sécurité financière et la sécurité du revenu. . Plus précisément, les coûts des aliments sains dans le Nord sont considérablement plus élevés que dans d'autres régions du Canada en raison des coûts accrus de production et d'expédition. De plus, les changements climatiques et environnementaux ont provoqué des conditions de croissance moins stables et une saison de croissance plus courte, menaçant ainsi les capacités individuelles et communautaires à surmonter les obstacles financiers à la production et à la consommation alimentaires. Surmonter ces défis (et l'adaptation au changement climatique et l'atténuation des impacts) nécessite des changements d'infrastructure coûteux (tels que l'expédition, l'installation et la maintenance de panneaux solaires et d'éoliennes) dans des espaces qui manquent souvent de l'infrastructure de soutien existante. Dans le Nord, beaucoup se sont tournés vers les économies autochtones traditionnelles et ont trouvé des moyens de les intégrer dans la structure et le système capitalistes dans lesquels une grande partie du Canada fonctionne. L'artisanat de la fourrure et le perlage ont aidé à compléter les revenus des ménages perdus en raison des changements environnementaux et climatiques, offrant plus d'opportunités et de sécurité aux individus. Cependant, à mesure que le climat change, les modèles de migration des espèces changent et la capacité des individus à lire leur environnement est réduite, de même, la capacité des artisans à s'appuyer sur les méthodes et l'artisanat traditionnels est réduite. Bien que les Territoires du Nord-Ouest aient été classés comme une seule communauté pour la conversation GRP, sa vaste portée et la gamme d'expériences de changement climatique dans les Territoires du Nord-Ouest ont rendu cette conversation plus difficile. Par exemple, alors qu'une communauté fait face à des inondations, d'autres sont confrontées à la pollution des bassins versants due à l'exploitation pétrolière, d'autres sont confrontées à l'érosion côtière et à l'élévation du niveau de la mer, etc. qu'ils n'ont de profondeur.
Notes de sensibilisation : Pour recruter des participants, Ecology North a appelé chacune des 33 communautés pour les inviter directement à la conversation. Pour accommoder ceux qui font face à des obstacles à la connexion Internet, nous avons invité les participants à se joindre à notre conversation par un appel téléphonique, ce qui la rend plus accessible et accueillante pour les habitants du territoire.

Emplacement: Nation crie Ahtahkakoop, Saskatchewan
Nom du partenaire : Centre de santé Ahtahkakoop
Remarques des participants : Il n'y avait aucun leadership au niveau du chef et du conseil. 15 personnes étaient présentes dont les conférenciers. Nous avons créé 2 groupes qui ont identifié le « groupe 1 » comme étant principalement des personnes âgées et le « groupe 2 » qui s'est identifié comme une combinaison de jeunes et de personnes âgées.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Les conditions météorologiques extrêmes ont affecté les baies, les animaux, la sécurité alimentaire, leur santé, l'emploi et l'environnement.
Notes de sensibilisation : Nous avons invité tous les membres de la communauté âgés de 20 à 60 ans et avons étendu notre invitation à d'autres départements, chefs et conseils. Les conditions extrêmes de blizzard ont été un facteur déterminant dans les faibles niveaux de fréquentation. 

Emplacement: Saskatoon, Saskatchewan
Nom du partenaire : Partenariat pour la réduction de la pauvreté de Saskatoon (SPRP)
Remarques des participants : Vingt-quatre participants se sont inscrits en utilisant le lien Eventbrite, dont les dix qui ont rempli le formulaire d'inscription. Parmi ces participants, trois personnes se sont identifiées comme des partenaires communautaires du SPRP vivant avec une expérience de la pauvreté. Tous les partenaires du SPRP ayant une expérience vécue ont été indemnisés financièrement pour leur participation aux événements. Deux de ces participants étaient autochtones.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Les animateurs se sont concentrés sur la connaissance de la situation pour les pressions actuelles sur les revenus, la sécurité alimentaire, le logement et le climat pour cette conversation. Des données supplémentaires sur les inégalités peuvent être trouvées dans les 12 idées audacieuses pour éliminer la pauvreté. Près de 50 % des utilisateurs mensuels du Saskatoon Food Bank & Learning Centre sont des enfants. Le décompte des sans-abrisme à un moment donné (2018) indique qu'il y a près de 500 personnes qui s'identifient comme sans-abri : 85 % sont autochtones ; 5 % sont des jeunes ; 65 % ont eu des liens avec le système de protection de l'enfance. Selon la modélisation actuelle, nous [Saskatoon] verrons probablement les conditions météorologiques suivantes : augmentation de 24 % des précipitations hivernales; Augmentation de plus de 30 % des précipitations printanières avec les taux d'émissions du statu quo ; Journées d'hiver plus chaudes = quantités croissantes de pluie verglaçante; Les vitesses saisonnières des vents augmentent en hiver et au printemps et diminuent en été et en automne.
Notes de sensibilisation : L'invitation à assister à l'événement a été partagée avec de nombreuses équipes collaboratives axées sur la communauté à Saskatoon. L'équipe de direction du SPRP est représentée par plus de 100 partenaires dans les secteurs intersectoriels et multijuridictionnels. En plus d'inviter cette équipe, nous avons invité des membres de la Saskatoon Interagency Response, le personnel de la ville de Saskatoon et des partenaires communautaires ayant une expérience vécue de la pauvreté.

Emplacement: Nation crie Beardy's et Okemasis, Saskatchewan
Nom du partenaire : Centre de santé de Willow Creek
Remarques des participants : Nous avons choisi d'avoir des conversations avec nos aînés parce qu'ils sont nos gardiens du savoir et savent à quoi ressemblait l'environnement dans la communauté. Ce sont les meilleures ressources pour documenter l'impact des changements environnementaux sur la communauté. Nous avons également choisi la classe de quatrième année qui a intégré l'éducation basée sur la terre dans son programme parce qu'elle a exprimé son intérêt à faire partie de ce projet.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : 40 % des membres du BOCN vivant dans la communauté dépendent de l'aide au revenu. BOCN est également entre deux villes : Prince Albert, SK est à 30 minutes et Saskatoon, SK est à 60 minutes. Voyager dans les grandes villes ajoute au moins 100 $ à chaque facture d'épicerie une fois que le carburant et la garde d'enfants sont pris en considération. Le BOCN a également été touché par plusieurs changements environnementaux, notamment des changements de température extrêmes tout au long des mois d'hiver et d'été et le manque d'humidité au cours des cinq dernières années, qui ont eu un impact sur les populations fauniques locales et la capacité des membres de la communauté à cultiver des aliments.
Notes de sensibilisation : En raison du covid-19, de nombreux groupes de participants étaient absents de nos conversations. Aucune programmation publique n'est en cours dans la communauté, à l'exception du rassemblement bimensuel des aînés en raison de la pandémie. Ces réponses ne reflètent pas les opinions des parents, des jeunes adultes, des membres bispirituels et des membres bénéficiant de l'aide au revenu.

Emplacement: Flin Flon, Manitoba
Nom du partenaire : Société de revitalisation du quartier de Flin Flon
Remarques des participants : Si la version en personne de notre événement était une indication, les personnes qui s'identifient comme Autochtones et Noirs étaient probablement surreprésentées parmi les participants à cet événement. Il n'y avait aucun signe de participation des couches sociales les plus défavorisées de Flin Flon, comme la population de la rue. La participation a été très forte de la part de la communauté culturelle et de ceux qui soutiennent traditionnellement les événements musicaux en direct et les projets verts à Flin Flon. Il y avait plusieurs conseillers municipaux et ceux connus pour leurs préoccupations concernant le changement climatique.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Un thème commun était que de nombreuses personnes avaient une expérience personnelle du changement climatique, presque toutes négatives. Parmi les préoccupations les plus fréquemment signalées figuraient l'augmentation des impacts des incendies de forêt, à la fois sous la forme de fumée soufflée par des incendies proches et lointains, et directement affectée par les incendies de forêt brûlant à proximité de notre communauté. D'autres préoccupations communes concernaient les faibles niveaux d'eau sur les lacs et les longues périodes de très mauvaise qualité de l'air pendant l'été en raison des incendies de forêt, et comment c'était si inconfortable lorsque ceux-ci coïncidaient avec des vagues de chaleur. De nombreuses personnes ont convenu que la conservation et la réduction de la consommation au niveau local étaient essentielles pour lutter contre le changement climatique. Les principaux points de consensus étaient que le changement climatique était très réel, avait un impact certain sur notre région et pouvait potentiellement compliquer les efforts de Flin Flon pour passer à une économie post-minière et que nous devions faire quelque chose pour le combattre. Il semblait également largement reconnu que Flin Flon faisait face à un double coup dur, en ce sens que la fermeture imminente de la mine (et la dévastation économique et la perte d'infrastructures qui en résultent) pourraient compliquer la recherche de Flin Flon pour un rôle dans l'économie post-carbone.
Notes de sensibilisation : Pour attirer les gens, nous avons éliminé tous les obstacles à la participation. C'était un événement gratuit ouvert à tous (nous avons invité tout le monde) et nous avons également inclus une option pour y assister virtuellement. Lors de la version en direct de l'événement, des efforts supplémentaires ont été déployés pour encourager les réponses des participants qui, autrement, auraient pu avoir des réserves quant à la participation en raison de facteurs culturels ou en raison de l'âge/des antécédents/du statut de nouveau venu.

Emplacement: Manitoba et Saskatchewan
Nom du partenaire : Une maison plusieurs nations 
Remarques des participants : Tous les membres de One House Many Nations. Les participants viennent de différentes communautés et nations du Manitoba et de la Saskatchewan.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : L'une des grandes choses est le niveau accru d'extraction des ressources dans la région boréale, comme les impacts de la coupe à blanc. Les fluctuations climatiques extrêmes, la fonte du pergélisol, les incendies de forêt et la sécheresse ont entraîné l'arrivée d'un certain type de coléoptères et d'autres insectes et les oiseaux qui les mangent, ce que nous n'avions pas eu dans le passé. Cela a eu un impact sur l'accès aux matériaux et même à la terre car il y a d'immenses zones qui ont été décimées par le feu. Il semble y avoir une augmentation de l'itinérance dans la communauté de la région de The Pas avec pas nécessairement des membres de la bande OCN, mais des personnes des communautés voisines qui viennent pour des soins médicaux ou qui viennent parce qu'elles ont été relocalisées à cause d'incendies ou d'inondations. Avec les changements climatiques, nous voyons de plus en plus de tiques des bois et de créatures du temps chaud envahir nos terres de chasse et nos terres en général. Dans la mémoire collective nehiyaw, aucune tique des bois n'a jamais vécu sur le Traité 6. Les terrains de médicaments générationnels disparaissent et ne produisent plus de médicaments, nous devons aller de plus en plus loin pour les trouver empiétant sur les terres d'autres nations. Dans cette région, nous avons récemment connu une grave sécheresse. Avec la sécheresse et la chaleur, nous constatons maintenant des records en été, qui ont tendance à être plus élevés dans les maisons surpeuplées sans refroidissement adéquat. Les communautés éloignées des Premières Nations du Nord ont été perturbées par les changements climatiques, y compris les problèmes de sécurité alimentaire en ce qui concerne la possibilité de chasser sur les terres traditionnelles et les habitudes de chasse. Les jeunes (18 à 35 ans) ont un emploi à 20 %, soit 80 % de chômage. Mais les jeunes veulent tous apprendre et travailler, mais ils ont besoin de cette opportunité.
Notes de sensibilisation : Invitation directe au réseau OHMN

Emplacement: Churchill/Wabowden/Thompson, Manitoba
Nom du partenaire : Développement des collectivités du centre-nord
Remarques des participants : Résidents de Churchill, Wabowden, Thompson, MB
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Étant donné que les collectivités avec lesquelles nous nous sommes engagés sont toutes situées dans le nord du Manitoba et sont touchées de diverses façons par les changements climatiques, elles présentent des défis particuliers, mais pas uniques. Dans les conversations que nous avons eues, les communautés ont partagé leurs propres obstacles, notamment : la perte d'emploi ; réduction du tourisme et des revenus connexes ; Augmentation des coûts alimentaires ; augmentation des besoins en services publics et des coûts connexes ; diverses pénuries de produits de première nécessité; l'épuisement des actifs naturels ; impacts environnementaux affectant négativement la faune. Les changements des vents, des températures et du climat local connexe contribuent tous aux défis ci-dessus, aux saisons de croissance et à l'habitat naturel de la faune.
Notes de sensibilisation : Bien que l'invitation à se joindre était ouverte à tous les membres de la communauté de notre région (17 communautés), nous nous sommes concentrés sur 3 communautés principales (Churchill, Wabowden et Thompson). Wabowden avait entendu parler du projet et avait approché le CFNCD pour l'héberger. Churchill a été particulièrement inclus en raison de leur emplacement et de leur dépendance à l'écotourisme. Thompson est la plaque tournante du nord pour les communautés environnantes et était donc également considérée comme une communauté clé à mettre en valeur.

Emplacement: Sault Ste Marie, Ontario
Nom du partenaire : Crane Institute pour la durabilité
Remarques des participants : La majorité des participants identifiés comme ayant un revenu moyen ; Certains ont vécu l'expérience de la pauvreté ; La majorité ne s'est pas identifiée comme POC ; Éventail des secteurs d'emploi représentés; Les participants au KII représentaient un échantillon représentatif d'acteurs universitaires et gouvernementaux
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Pour nous aider à réfléchir au changement climatique et à ses impacts, il peut être instructif de considérer ceci : dans le Sault, nous pouvons être mis au défi d'identifier les façons dont le changement climatique nous affecte actuellement, et à cause de cela, nous considérons que le Sault est assez sûr, et que le changement climatique nous affectera à un moment donné dans le futur. Après tout, nous n'avons pas eu d'incendies de forêt à notre porte, et des hivers chauds se sont déjà produits auparavant. Cependant, nous dépendons du transport. Il suffit de regarder nos approvisionnements alimentaires : une grande partie de nos approvisionnements en fruits et légumes proviennent de partout en Amérique du Nord. Les incendies de forêt causés par le changement climatique détruisent les terres cultivées en Californie, année après année, sont une conséquence directe du changement climatique. Nous voyons les impacts indirects du changement climatique sous la forme de pénuries alimentaires et d'augmentation des prix des aliments. De même, les étés torrides (changements climatiques) que le Sault a connus, particulièrement au cours de la dernière décennie, ont peut-être donné à certains d'entre nous plus de temps à la plage, mais les stocks de poissons locaux ont diminué et la menace des espèces envahissantes a augmenté (impacts directs ) et les impacts indirects se font sentir dans la perte de l'industrie agricole existante et dans l'augmentation des coûts/insécurités alimentaires.
Notes de sensibilisation: Le projet du partenaire communautaire à Sault Ste. Marie comportait deux parties : entretiens avec des informateurs clés ; et une conversation communautaire.

Emplacement: Hamilton, Ontario
Nom du partenaire : Table ronde de Hamilton pour la réduction de la pauvreté
Remarques des participants : Les participants ont été invités en fonction du rôle unique de Hamilton dans la résolution des problèmes de justice climatique et de sécurité du revenu. De 2017 à 2019, Hamilton était l'un des trois sites pilotes du projet pilote sur le revenu de base de l'Ontario. Plus de 1,000 XNUMX résidents locaux ont participé au programme et ont acquis une connaissance directe des avantages de la sécurité du revenu grâce à un revenu de base. D'anciens participants au projet pilote se sont joints aux défenseurs locaux du revenu de base lors de la session pour partager leurs expériences et leurs connaissances sur la manière dont la sécurité du revenu se recoupe avec le changement climatique. Hamilton compte également un fort contingent de groupes de défense de la justice climatique. Environment Hamilton, le Bay Area Climate Change Council et GASP (Grandmothers Advocating for a Safe Planet) font partie des nombreux groupes qui ont été invités et ont participé pour partager leur expérience. De plus, la ville de Hamilton a été à l'avant-garde de la lutte contre le changement climatique du point de vue de la politique municipale et le Mohawk College et l'Université McMaster (cette dernière par l'intermédiaire du Centre for Climate Change) ont été à l'avant-garde de la recherche sur les impacts locaux et nationaux du climat. monnaie.
De plus, des groupes en quête d'équité, y compris des représentants noirs, autochtones et queer d'organisations de défense des droits, ont été invités compte tenu de l'impact profond du changement climatique et de l'insécurité du revenu sur les populations marginalisées de Hamilton.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Les préoccupations climatiques, les inégalités économiques, l'extrême pauvreté et l'itinérance sont des problèmes clés affectant la communauté de Hamilton, qui ont été exacerbés par la pandémie de COVID-19. Le coût de la vie à Hamilton augmente à un rythme alarmant et insoutenable, ce qui contribue à une augmentation de l'itinérance, de l'insécurité alimentaire et de la pauvreté. Les Hamiltoniens subissent les effets de l'inflation, de la stagnation des salaires, de l'insuffisance des taux d'aide sociale, de l'insécurité du revenu et de la crise du logement abordable. Les abris d'urgence fonctionnent à pleine capacité dans toute la ville, et beaucoup connaissent des épidémies répétées de COVID-19. De plus en plus de personnes ont eu recours à l'abri dans la rue, dans des tentes ou dans des situations de vie précaires et dangereuses. Localement, le changement climatique entraîne des hivers extrêmement froids et des étés chauds et humides, qui exercent des pressions sur les infrastructures publiques et ont un impact sur la santé humaine, la faune et la végétation. Dans l'ensemble, ces facteurs ont un effet significatif sur la santé mentale, la santé physique et le bien-être général de la communauté, laissant beaucoup se demander à quoi ressemblera l'avenir de Hamilton. 
Notes de sensibilisation : Les participants de l'éventail d'organisations mentionnées ci-dessous ont été invités à y assister.

Emplacement: St.James Town à Toronto, Ontario
Nom du partenaire : Coopérative communautaire de St. James Town
Remarques des participants : Neuf participants se sont identifiés comme des personnes de couleur, deux ont répondu par non et un a préféré ne pas répondre. Cela montre que la communauté est une communauté mixte mais qu'elle est principalement composée de personnes de couleur.
Un seul des 12 participants s'est identifié comme autochtone, mais ne vivant pas dans une réserve. Ces conversations ont été menées par SJT Co-op dans la géographie de St. James Town. Tous les participants résidaient dans la communauté au moment des conversations. Il était important de noter que trois participants ont préféré ne pas dire s'ils s'identifiaient comme immigrants récents ou non. Cela pourrait être dû au fait qu'ils préfèrent ne pas être stigmatisés en tant qu'immigrants, ce qui est connu pour avoir des conséquences parfois négatives sur les emplois et d'autres services. Neuf (75 %) participants se sont identifiés comme à faible revenu et 3 (25 %) comme à revenu moyen. Il s'agit d'une composition générale de la communauté. Six participants ont dit avoir vécu une expérience de pauvreté. À SJT, la pauvreté était un problème grave dont il était également question dans les conversations. Alors qu'il y en avait sept qui ont dit qu'ils travaillaient ou défendaient dans le domaine du changement climatique, un seul a dit qu'ils travaillaient ou défendaient dans le domaine de la sécurité du revenu. Ceci malgré le fait que SJT soit un domaine où la sécurité du revenu est un problème majeur.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : St. James Town est l'une des poches urbaines les plus culturellement diversifiées au monde, avec environ 140 langues parlées dans le quartier de plus de 20,000 18 personnes. La densité de population de St. James Town est plus de 65 fois supérieure à celle de la ville de Toronto. Abritant majoritairement de nouveaux arrivants, ce quartier densément peuplé et à faible revenu est malheureusement resté négligé et mal desservi pendant plusieurs décennies. St. James Town est une piste d'atterrissage pour les nouveaux arrivants du monde entier. bon nombre d'entre eux arrivent avec des niveaux élevés d'études postsecondaires et des compétences pertinentes. Plus de 100% des résidents de St. James Town sont des immigrants récents de plus de 36 pays. Le pourcentage de la population classée dans la catégorie des personnes à faible revenu à St. James Town est de 20 %, comparativement à la moyenne de la ville de Toronto de 35,000 %. Le revenu médian des ménages est d'un peu plus de 112,000 2018 $ par famille, comparativement au revenu moyen de 2016 6 $ à Cabbagetown en bordure de St. James Town (Ville de Toronto, XNUMX; Institut urbain du Canada, XNUMX). Des personnes hautement qualifiées immigrent au Canada et atterrissent à St. James Town; mais luttez avec les exigences de l'État pour la recertification, qui nécessitent souvent de refaire plus de XNUMX ans d'études postsecondaires. À St. James Town, les urgences et les changements climatiques menacent d'exacerber l'insécurité alimentaire. St. James Town a déjà vu les effets du changement climatique et des conditions météorologiques extrêmes. De nombreux résidents ont migré au Canada en tant que réfugiés climatiques ou en raison de conflits humains aggravés par les changements climatiques. Le quartier devient lui-même plus vulnérable. En tant que quartier de grande hauteur, St. James Town fait face à une insécurité alimentaire unique et accrue en cas de conditions météorologiques extrêmes. L'accès à la nourriture et à l'eau est réduit, en particulier pour les personnes à mobilité réduite, lorsque les ascenseurs sont hors service. Le stockage des aliments est raccourci sans réfrigération électrique, et la préparation des aliments peut ne pas être sûre sans électricité pour produire de la chaleur ou pomper de l'eau aux étages supérieurs. Les personnes âgées et handicapées ayant des problèmes de mobilité sont les plus exposées, car elles se retrouvent coincées dans les étages supérieurs.
Notes de sensibilisation : La coopérative a envoyé une invitation à notre liste communautaire de membres et de voisins, la sélection de participants qui en a résulté représentait un large éventail de personnes qui ont participé à la conversation communautaire.

Emplacement: Haliburton / Ville de Kawartha Lakes / Brock, Ontario
Nom du partenaire : Joli Scheidler, BA, BEd, MA, candidate au doctorat, York University – Health Policy & Equity
Note aux participantss : Les participants provenaient de toutes les classes sociales et étaient impliqués à différents niveaux dans la communauté. Beaucoup étaient à faible revenu, mais des personnes à revenu moyen et élevé ont également participé. Certains étaient impliqués dans nos deux plus grandes industries, le tourisme et l'agriculture, qui avaient été considérablement touchées pendant la pandémie et par le changement climatique pendant plusieurs années. Certains avaient connu la pauvreté, la réalité de vivre hors réseau et ceux touchés par les défis du développement. La zone plus large est largement conservatrice, blanche et a une mentalité paternaliste. Un éventail de secteurs d'emploi était représenté ainsi qu'une diversité d'âges et de genres.  
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La chaleur extrême, les inondations et les tempêtes plus intenses présentent des risques à la fois financiers et pour la santé et le bien-être de la communauté. La hausse des températures impacte les personnes en situation de handicap qui n'en ont pas les moyens (AC). Pour ceux qui vivent à l'extérieur des zones urbaines, un véhicule est une nécessité car il n'y a pas de système de transport en commun sur lequel compter. Les ménages ruraux – comme le comté de Haliburton – sont beaucoup plus susceptibles de connaître la pauvreté énergétique que les ménages urbains (29.3 % contre 16.7 %, tiré de Energy Poverty in Canada: a CUSP Backgrounder). La hausse des coûts du mazout domestique a d'énormes répercussions sur nos ménages les plus pauvres. Des événements météorologiques extrêmes imprévisibles provoquent souvent des pannes de courant dans notre région forestière, peu de nos voisins les plus pauvres ayant une alimentation de secours, des fonds pour le carburant pour faire fonctionner les générateurs ni de l'argent pour remplacer la nourriture perdue. Les changements environnementaux entraînent des coûts supplémentaires pour les agriculteurs afin de maintenir le statu quo et entraînent des travaux supplémentaires. Le tourisme est une industrie courante et importante dans notre circonscription. 

Emplacement: Montreal, Quebec
Nom du partenaire : Y4Y Québec
Remarques des participants : Les participants étaient âgés de 13 à 20 ans. Cela reflétait une gamme d'expériences vécues, de quelqu'un qui possède un salon de coiffure, un qui travaille comme mécanicien automobile, à certains qui étaient encore au chômage et vivaient avec leurs parents. 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : En matière de changement climatique, cette communauté montréalaise fait face à des inondations, des canicules et du smog en été, et à des vagues de chaleur et de froid en hiver. En termes de sécurité du revenu, la communauté fait face à des problèmes comme le manque de logements abordables, l'augmentation du coût de la vie, des programmes sociaux sous-financés, etc. La force de Montréal en matière de changement climatique est géographique. L'île n'est pas près d'un océan, et ses forêts voisines ne deviennent pas aussi chaudes et sèches que celles de la Colombie-Britannique, ce qui provoque des incendies de forêt. La force de Montréal en matière de sécurité du revenu est que, globalement, elle demeure une ville relativement abordable.
Notes de sensibilisation : La conversation a eu lieu lors de la réunion hebdomadaire du groupe confessionnel.

Emplacement: Montreal, Quebec
Nom du partenaire : Y4Y Québec
Remarques des participants : Les participants avaient tous à peu près la fin de la vingtaine. Alors que tous faisaient partie dans une certaine mesure d'une élite montréalaise naissante, il y avait une gamme distincte d'expériences vécues exposées. Certains étaient actuellement des étudiants de premier cycle, certains avaient terminé leurs études, certains travaillaient dans un atelier de dramaturges, tandis que d'autres travaillaient dans des organisations à but non lucratif et communautaires. De plus, il y avait des Blancs et des BIPOC impliqués, des immigrants récents et des participants masculins et féminins. À ma connaissance, cependant, il n'y avait pas d'Autochtones présents. […] Bien qu'il n'y ait pas eu d'appel explicite à des « professionnels », je connais assez bien l'écosystème Y20Y pour avoir largement prédit qui répondrait.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : En matière de changement climatique, cette communauté montréalaise fait face à des inondations, des canicules et du smog en été, et à des vagues de chaleur et de froid en hiver. En termes de sécurité du revenu, la communauté fait face à des problèmes comme le manque de logements abordables, l'augmentation du coût de la vie, des programmes sociaux sous-financés, etc. La force de Montréal en matière de changement climatique est géographique. L'île n'est pas près d'un océan, et ses forêts voisines ne deviennent pas aussi chaudes et sèches que celles de la Colombie-Britannique, ce qui provoque des incendies de forêt. La force de Montréal en matière de sécurité du revenu est que, globalement, elle demeure une ville relativement abordable.
Notes de sensibilisation : Invitation directe au réseau de l'hôte de la conversation.

Emplacement: Montreal, Quebec
Nom du partenaire: Coalition Climat Montréal
Remarques des participants : La répartition par âge était assez variée, mais avec une plus grande représentation des jeunes. Quatre participants se sont identifiés comme faisant partie d'une minorité visible, tandis que trois ont préféré ne pas répondre à la question. Personne ne s'est identifié comme étant autochtone et une personne a préféré ne pas répondre à la question. Trois personnes ont déclaré être des immigrants récents au Canada. Il y avait une variété de langues parlées à la maison, mais tous les participants parlaient suffisamment couramment le français pour discuter de questions avec d'autres dans cette langue. La répartition par sexe était assez équilibrée. La répartition par âge était variée, mais avec une plus grande représentation des jeunes. Une personne s'est identifiée comme membre de la communauté 2SLGBTQ+, tandis que deux personnes ont préféré ne pas répondre à la question. Personne ne s'est identifié comme personne ayant un handicap (un a préféré ne pas répondre). La répartition des revenus semble refléter celle de la population de la communauté. Deux personnes ont dit avoir été sans abri et une a vécu dans la pauvreté.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Plusieurs problèmes reliés aux changements climatiques commencent à toucher notre communauté (c.-à-d. insécurité alimentaire, vagues de chaleur, inondations, smog, pandémie). En raison principalement de la spéculation immobilière, les prix des loyers ont fortement augmenté ces dernières années, ce qui entrave sérieusement l'accès au logement des bas salaires. Comme dans toutes les grandes villes, il existe de grandes disparités de revenu à Montréal. Des solutions sont mises en place, par exemple, l'accès à l'aide alimentaire, le verdissement des quartiers, l'agriculture urbaine, la mutualisation de biens ou de services… Parmi les forces de la communauté, on retrouve la présence de nombreux groupes environnementaux, communautaires et sociaux, et il existe une nombre d'initiatives citoyennes. Le gouvernement municipal est également relativement sensible à ces questions. Les autorités (https://www.ouranos.ca/fr/) prévoient que d'ici 2070 dans les quartiers centraux de Montréal, le nombre de jours par année où les températures dépassent 30 degrés Celsius passera de 12 à 43, et lorsque les températures dépasseront 32 degrés Celsius passera de 3.8 à 22.9. De tels changements auront des répercussions importantes sur la population et pour l'instant, nous ne sommes pas suffisamment préparés pour y faire face.
Notes de sensibilisation : Pour la conversation, nous visons à atteindre une plus grande diversité et cherchons à sortir le plus possible du cercle, en invitant des personnes que nous n'avons pas l'habitude de contacter. Pour ce faire, nous avons contacté 34 organismes dont plusieurs oeuvrent principalement au niveau social ou communautaire, par exemple : un organisme qui offre des services aux personnes immigrantes et réfugiées à Montréal-Nord, d'autres qui oeuvrent auprès des femmes, des jeunes ou des familles en situation précaire, la population itinérante du centre-ville et les personnes âgées. Ils ont été invités à partager l'invitation à participer à la conversation avec leurs réseaux.

Emplacement: Partout au Canada (principalement du Québec)
Nom du partenaire : Amanda Vincelli (animatrice culturelle basée à Tio'tia:ke/Montréal)
Remarques des participants : Dans l'ensemble, le groupe était assez diversifié en termes d'ethnicité, d'origines et d'expériences. Considérant le statut précaire des artistes au Canada, il était logique qu'il n'y ait pas plus de diversité en termes de statut socio-économique. Il faut mentionner que 35.5% des participants ont vécu une expérience de pauvreté et 9.7% (3 participants) ont vécu l'itinérance ; Les moyens de subsistance de près de la moitié des participants (41.9 %) ont été gravement touchés par la pandémie de COVID-19. Il était également logique que les conversations n'attirent pas un public plus jeune puisqu'elles s'adressaient à des professionnels et promues au sein de réseaux culturels professionnels. Il est important de souligner que seulement un tiers des participants se sont identifiés comme des personnes de couleur, seulement deux comme des Autochtones, un seul comme un immigrant récent et une majorité comme valides. Dans l'une des conversations, quelques participants ont souligné l'importance de la participation des peuples autochtones à ces conversations.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La pollution et la perte de biodiversité ont également un impact important sur notre santé et notre bien-être. La plupart des artistes et des travailleurs culturels sont aux prises, intentionnellement ou non, avec cette réalité dans leur vie et leurs pratiques. Les données montrent que la littératie climatique des Canadiens est plutôt faible, et de nombreux artistes et travailleurs culturels ne se sentent pas équipés pour s'attaquer aux problèmes liés à l'urgence climatique dans leur vie et leurs pratiques. En plus d'améliorer les conditions du travail culturel au Canada, le secteur des arts et de la culture a certainement un rôle à jouer dans la sensibilisation et la réduction de ses émissions. Cependant, le potentiel d'impact le plus important pour le secteur est sans aucun doute sa capacité à influencer la culture. En favorisant des valeurs et des pratiques socialement et écologiquement justes et en engageant les gens dans un travail de plaidoyer au-delà des arts, le secteur culturel peut soutenir la transition plus largement.
De plus, une grande majorité d'artistes et de travailleurs culturels vivent dans des conditions précaires et insoutenables, confrontés à de nombreuses difficultés et à du stress en essayant de maintenir une pratique tout en équilibrant un méli-mélo d'emplois. Même avec le soutien des conseils des arts canadiens, de nombreux travailleurs culturels n'ont pas accès à ce financement concurrentiel et passent entre les mailles du filet, notamment les immigrants récents et les sans-papiers, les personnes aux parcours et aux pratiques atypiques, etc. La pandémie n'a fait qu'exacerber ces conditions. D'une part, l'isolement auquel nous sommes confrontés nous rappelle la nécessité de l'art dans nos vies et le rôle important des artistes. D'autre part, la pandémie ainsi que l'urgence climatique ont de profondes conséquences sur les artistes et les travailleurs culturels : financièrement, psychologiquement et spirituellement. Beaucoup sont aux prises avec des problèmes de santé mentale et remettent en question la pertinence et l'urgence de leur travail, changeant radicalement et même abandonnant leur pratique. Les répercussions sociales et culturelles de cette perte sont et seront importantes. 
Notes de sensibilisation : Amanda a contacté un grand nombre de travailleurs, d'organismes et de réseaux culturels à travers le Québec et le Canada avec l'intention et l'objectif de rassembler des personnes d'horizons et d'expériences divers. Les messages mentionnaient qu'une allocation de 50 $ était offerte aux participants. 
L'événement a été mentionné dans un article de Hill Strategies et a été diffusé dans leur bulletin. Le Réseau Art Actuel a également publié des informations sur l'événement sur son site Web et son bulletin. Plusieurs organisations culturelles telles que The Shift Center for Social Transformation et des centres d'art tels qu'articule et La Centrale Powerhouse ont partagé les conversations dans leur newsletter et/ou sur les réseaux sociaux. En plus de la sensibilisation directe dans ses réseaux personnels, Amanda est entrée en contact avec plus de cinquante organisations culturelles, différents groupes de coordination, réseaux et leaders culturels en mettant l'accent sur les travailleurs de l'art autochtones, noirs et autres POC et les organisateurs communautaires, ainsi que les personnes et les initiatives travaillant spécifiquement à l'intersection de l'art, de la culture et de l'urgence climatique. L'organisateur a fait plus de sensibilisation au Québec puisque la majorité des autres conversations communautaires ont été organisées dans d'autres régions du Canada. Considérant les langues les plus parlées au Québec et au Canada, deux événements ont été organisés, un en anglais et un en français.

Emplacement: Fredericton, Nouveau-Brunswick
Nom du partenaire : Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick
Remarques des participants : Les participants représentaient pour la plupart des groupes d'intérêt. Cependant, chaque participant a indiqué qu'il avait personnellement vécu de l'insécurité du revenu ou qu'il connaissait quelqu'un qui en souffrait. Malgré l'appel ouvert et nos efforts ciblés pour inviter différentes parties prenantes, il y avait une absence notable de personnes des communautés BIPOC.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Les effets du changement climatique s'aggravent, comme en témoigne une inondation unique dans une vie deux années de suite. Les étés deviennent plus chauds et l'hiver est imprévisible, souvent humide et glacial. Les inondations et la sécheresse combinées des vagues de chaleur perturbent la production alimentaire et la recherche de nourriture locales. En plus du changement climatique, il existe des inégalités de revenus – de plus en plus de personnes ont du mal à s'offrir les éléments de base pour survivre. Il y a un problème croissant d'accessibilité au logement dans la région, le coût des loyers entraînant une augmentation des revenus. En plus de la menace d'augmentation des loyers, les résidents font face à des factures d'électricité élevées en raison de bâtiments inefficaces sur le plan énergétique et de la hausse des prix des denrées alimentaires. Fredericton est une ville qui possède un parc de logements plus anciens, en particulier pour les personnes à faible revenu, qui dégagent de la chaleur, ce qui oblige les gens à dépenser plus pour leurs factures d'électricité.
Notes de sensibilisation : Nous avons fait la promotion de l'appel ouvert par le biais de publications fréquentes sur les réseaux sociaux et de bulletins d'information ainsi que par l'intermédiaire d'organisations alliées telles que le Réseau environnemental du Nouveau-Brunswick et la Coopérative des médias du Nouveau-Brunswick. Nous avions un bon mélange d'organisateurs communautaires, d'activistes et de résidents. Nous avons contacté des organisations locales telles que la Coalition pour les droits des locataires du N.-B., l'Association multiculturelle de Fredericton, le Conseil du développement humain, le Front commun pour la justice sociale du N.-B., la Première Nation Sitansisk Wolastoqiyik et le Réseau d'inclusion communautaire du Grand Fredericton.

Emplacement: Lockeport, Nouvelle-Écosse
Nom du partenaire : Centre pour la prospérité locale
Remarques des participants : Des jeunes de 10 à 100 ans ont eu une conversation. Il y avait des pêcheurs, des travailleurs autonomes, des propriétaires d'entreprises, des nouveaux arrivants, des jeunes, des aînés, des membres du conseil municipal. Il y avait une bonne représentation de la communauté à Lockeport.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Lockeport est une ville insulaire côtière atlantique unique qui est considérablement exposée aux impacts océaniques liés au changement climatique, car elle n'est reliée au continent que par une chaussée en bord de plage. Lockeport a une altitude maximale de 9 mètres. En plus de son exposition à haut risque aux changements océaniques, Lockeport a subi d'autres impacts importants du changement climatique. Il s'agit notamment des pannes de courant liées aux tempêtes, du manque de précipitations et des conditions de sécheresse, et des préoccupations connexes concernant la sécurité alimentaire. Par exemple, l'épuisement récent des puits domestiques creusés dans la ville a intensifié la sensibilisation au changement climatique. L'insécurité alimentaire est un résultat négatif important du changement climatique, car certaines zones de production alimentaire peuvent devenir non durables. Il y a une culture alimentaire négligeable à Lockeport. Si la chaussée de l'île est emportée par des événements liés à la tempête, il n'y a aucun moyen d'obtenir de la nourriture ou tout autre service. La diversification économique est également un problème en raison des changements à plus long terme de la santé des océans et de la force des stocks de poissons. Un employeur majeur : Clearwater Seafood. L'échec de la chaussée est également une menace économique.
Notes de sensibilisation : Parce que Lockeport est assez petit, la sensibilisation était très large pour tous ceux qui seraient intéressés et disponibles. Cependant, des efforts concertés ont été déployés pour attirer les familles de pêcheurs, les nouveaux arrivants ainsi que certains résidents des foyers de soins de longue durée afin d'entendre les aînés et les jeunes. L'accent mis sur les familles de pêcheurs offre une perspective et une voix rarement entendues. Leurs moyens de subsistance et leurs observations directes sur l'impact du changement climatique sont les plus pertinents. Un résident local a tendu la main à la communauté en passant des appels téléphoniques, des visites en personne et en envoyant des courriels ainsi qu'en utilisant les médias sociaux.

Emplacement: Lockeport, Nouvelle-Écosse
Nom du partenaire : Centre pour la prospérité locale
Remarques des participants : 10e, 11e, 12e année. 23 % de l'ensemble de la population scolaire.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Lockeport est une ville insulaire côtière atlantique unique qui est considérablement exposée aux impacts océaniques liés au changement climatique, car elle n'est reliée au continent que par une chaussée en bord de plage. Lockeport a une altitude maximale de 9 mètres. En plus de son exposition à haut risque aux changements océaniques, Lockeport a subi d'autres impacts importants du changement climatique. Il s'agit notamment des pannes de courant liées aux tempêtes, du manque de précipitations et des conditions de sécheresse, et des préoccupations connexes concernant la sécurité alimentaire. Par exemple, l'épuisement récent des puits domestiques creusés dans la ville a intensifié la sensibilisation au changement climatique. L'insécurité alimentaire est un résultat négatif important du changement climatique, car certaines zones de production alimentaire peuvent devenir non durables. Il y a une culture alimentaire négligeable à Lockeport. Si la chaussée de l'île est emportée par des événements liés à la tempête, il n'y a aucun moyen d'obtenir de la nourriture ou tout autre service. La diversification économique est également un problème en raison des changements à plus long terme de la santé des océans et de la force des stocks de poissons. Un employeur majeur : Clearwater Seafood. L'échec de la chaussée est également une menace économique.
Notes de sensibilisation : Soucieux d'inclure les opinions et les idées des jeunes locaux, un résident de Lockeport et membre du conseil d'administration du CLP a approché un enseignant de l'école secondaire régionale de Lockeport pour organiser une conversation avec des élèves de l'école.

Emplacement: Canada atlantique
Nom du partenaire : Union Nationale des Fermiers
Remarques des participants : Agriculteurs, travailleurs agricoles de la région de l'Atlantique provenant principalement de petites fermes diversifiées. Les participants n'étaient pas tous situés dans la même communauté locale. Les expériences des agriculteurs variaient également en fonction de ce qu'ils produisaient, du type de commercialisation et de l'échelle de l'exploitation, entre autres différences. Le Syndicat national des agriculteurs a misé sur son réseau d'agriculteurs pour rejoindre les participants. Les participants n'avaient pas besoin d'être membres pour participer. Tous les agriculteurs et travailleurs agricoles, membres ou non membres de la région ont été invités à y participer.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Le changement climatique a un impact direct sur les agriculteurs et leurs moyens de subsistance. Les participants ont mentionné des conditions météorologiques extrêmes causant des dommages à leur infrastructure et la crainte que les tempêtes ne deviennent plus fortes et plus persistantes. De plus, les fluctuations rapides de température et les hivers potentiellement plus chauds peuvent avoir des répercussions sur la production saine de plantes vivaces et entraîner une augmentation des populations de ravageurs. De tels changements qui échappent au contrôle des agriculteurs entraînent de réelles ramifications financières à la fois en perte de récoltes et en augmentation des coûts associés aux mesures préventives et supplémentaires (plus de serres, plus de couvertures de rangées et de filets anti-insectes). La communauté en question ne représente pas une région géographique spécifique, mais plutôt un sentiment partagé parmi les producteurs alimentaires.
Notes de sensibilisation : Le Syndicat national des agriculteurs a misé sur son réseau d'agriculteurs pour rejoindre les participants.

Emplacement: La région de Tantramar, Nouveau-Brunswick
Nom du partenaire : Groupe Aster / Margaret Tusz-King
Remarques des participants : 20-40 ans – 55 % ; 41-60 ans – 26 % ; plus de 60 – 19% ; Personnes de couleur – 1 ; immigrant récent – ​​1; anglophones – tous ; femmes – 58 % ; hommes – 32%; sexe – 10 % ; Faible revenu – 42 % ; revenu moyen – 53 % ; préféré ne pas dire – 5%; Vivant avec un handicap – 21 %. 
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La région de Tantramar, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, est située dans une partie côtière du Canada à haut risque d'impacts catastrophiques du changement climatique, principalement en relation avec l'élévation du niveau de la mer, les inondations intérieures et les conditions météorologiques extrêmes. Les digues protègent l'infrastructure ferroviaire et la route transcanadienne reliant le Nouveau-Brunswick à la Nouvelle-Écosse, de sorte qu'un corridor de transport principal est à risque (impact sur les activités économiques, l'accès aux soins de santé, la capacité de se rendre au travail, etc.). Les digues protègent également de nombreuses fermes et pâturages dont dépend la communauté agricole locale. Avec le réchauffement des océans, le risque d'ouragans violents atteignant plus au nord augmente. Cela signifiera plus d'incertitude et de risques pour les infrastructures et la sécurité publique. L'inondation concomitante des routes pourrait également signifier que certaines personnes seront inaccessibles par les premiers intervenants. Les moyens de subsistance et les infrastructures agricoles pourraient également être anéantis. Ce risque d'inondation affectera le logement : les personnes pourraient constater que leurs propriétés n'ont plus de valeur de revente ; les propriétaires peuvent cesser d'investir dans l'entretien de leurs immeubles en raison de leurs emplacements à risque. Le Nouveau-Brunswick a le pourcentage le plus élevé de citoyens dans le quartile le plus bas pour le revenu (17.1 % pour le N.-B.; 14.2 % pour le Canada). À Tantramar, il y a proportionnellement plus de personnes handicapées qu'au Nouveau-Brunswick (28 % contre 22 %); plus de personnes vivant seules (17% vs 13%) ; plus d'enfants et d'adultes dans les ménages à faible revenu; incidence plus élevée de cancers chez les femmes; proportion plus élevée d'adultes vivant avec 3 problèmes de santé chroniques; et plus de décès prématurés chez les jeunes (cancers, blessures, suicide). Tous ces facteurs peuvent être corrélés à l'insécurité du revenu, avec de meilleurs résultats chez les personnes ayant des niveaux de revenu plus élevés. En raison de la combinaison de l'affaissement des terres, de l'élévation du niveau de la mer et des tempêtes catastrophiques attendues, les nouvelles prévisions d'impacts entraînant des inondations semblent plus désastreuses que jamais. La reprise après les pertes actuelles et prévues dues à la pandémie concernant les moyens de subsistance et la résilience des revenus peut être lente en raison des ressources locales limitées.
Notes de sensibilisation : Priorité d'inviter une variété de personnes répondant à certains des critères suivants : expérience vécue d'un handicap et/ou d'une maladie mentale ; expérience vécue de faible revenu ou d'itinérance; équilibre entre les ruraux et les citadins ; les personnes qui vivent dans des plaines inondables ou d'autres endroits à risque ; ceux qui connaissent ou sont engagés dans les questions de changement climatique et/ou de sécurité du revenu ; ceux qui sont engagés dans le gouvernement local; ceux qui connaissent le changement climatique et/ou les problèmes de pauvreté ; une tranche d'âge; équilibre des sexes; participants des Premières nations; les personnes de couleur ; nouveaux arrivants ; et ceux qui ont une longue expérience dans la région.

Emplacement: Île-du-Prince-Édouard
Nom du partenaire : Groupe de travail de l'Î.-P.-É. sur le revenu de subsistance / Cooper Institute
Remarques des participants : Nous avions des représentants des secteurs suivants : agriculture, pêche, entreprises indépendantes, professionnels de la santé, groupes religieux, ONG de justice sociale, écologistes (changement climatique, terre, eau, bassin versant), jeunes, personnes âgées, personnes du BIPOC, universitaires, défenseurs de Basic Garantie de revenu.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : L'ampleur de la pauvreté à l'Île-du-Prince-Édouard est considérable. La province a généralement les salaires les plus bas au pays. Il a été noté que 40 % des personnes vivant dans la province seraient admissibles au revenu de base. Les effets de la pauvreté sont inégalement répartis et amplifiés parmi certains groupes, notamment les membres de la communauté BIPOC, les personnes handicapées, la communauté LGBTQ et les nouveaux arrivants au Canada. Environ 14 % de la population de l'Î.-P.-É., soit près de 20,000 XNUMX personnes, souffrent d'insécurité alimentaire. Une main-d'œuvre vulnérable : L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard dépend fortement de trois secteurs, tous vulnérables aux impacts de la crise climatique, soit la pêche, l'agriculture et le tourisme. Le golfe du Saint-Laurent, dont la santé est essentielle à nos pêcheries, se réchauffe à un rythme alarmant; les phénomènes météorologiques extrêmes peuvent causer la dévastation des cultures, l'érosion des sols et des dommages à l'eau et à la vie aquatique ; les variations des saisons dues au changement climatique peuvent affecter l'agriculture, la pêche et le tourisme.
Notes de sensibilisation : e-mail et téléphone à des personnes de la communauté choisies au hasard, invitant des participants qui représentent un large éventail de la population.

Emplacement: Terre-Neuve-et-Labrador
Nom du partenaire : Dan Meades (coordonnateur provincial, The Transition House Association of Newfoundland and Labrador)
Remarques des participants : J'ai été déçu du nombre de personnes qui ont participé à la conversation (la faible participation était peut-être liée à un fait divers tragique qui a éclaté la veille). J'aurais préféré une plus grande participation du gouvernement provincial, mais dans l'ensemble, j'étais satisfait de la représentation. Nous avons offert des allocations à tous ceux qui en auraient besoin pour participer et avons offert aux groupes communautaires la possibilité de faire participer leurs participants au programme à la conversation.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : Terre-Neuve joue un rôle unique dans les conversations sur le changement climatique et la sécurité du revenu, car il existe une importante industrie d'extraction pétrolière dans les eaux au large des côtes de Terre-Neuve et Terre-Neuve a actuellement, et historiquement, des taux de pauvreté supérieurs à la moyenne nationale. L'économie de Terre-Neuve est considérée comme liée aux industries à forte intensité de carbone et, à ce titre, il existe souvent une vision dichotomique entre la lutte contre les changements climatiques et la prospérité économique. Terre-Neuve a connu des phénomènes météorologiques extrêmes au cours des trois dernières années qui sont des valeurs aberrantes significatives par rapport aux conditions météorologiques précédentes. Les gens se rendent compte que cela fait partie de ce qu'on appelle le « changement climatique ». Terre-Neuve s'est toujours sentie isolée, géographiquement et politiquement, du reste du Canada. Cet isolement permet à l'île de ressentir un très fort sentiment de cohésion communautaire et sociale et une histoire de mobilisation pour aider les personnes dans le besoin. 
Notes de sensibilisation : Les participants ont été invités en fonction de leur diversité géographique, de leur expérience vécue, de leur expertise et de leur leadership communautaire. J'ai eu une série de séances de remue-méninges avec des dirigeants communautaires pour m'assurer que nous avions invité des personnes aux perspectives diverses afin d'assurer une conversation fructueuse et représentative.

Emplacement: Labrador
Nom du partenaire : Dan Meades (coordonnateur provincial, The Transition House Association of Newfoundland and Labrador)
Remarques des participants : J'ai été déçu du nombre de personnes qui ont participé à la conversation (la faible participation était peut-être liée à un fait divers tragique qui a éclaté la veille). J'aurais préféré une plus grande participation du gouvernement provincial, mais dans l'ensemble, j'étais satisfait de la représentation. Nous avons offert des allocations à tous ceux qui en auraient besoin pour participer et avons offert aux groupes communautaires la possibilité de faire participer leurs participants au programme à la conversation. La conversation a été un succès, et le seul défi était le moment du reportage de la veille. Je me suis également demandé rétrospectivement si la forte présence du secteur privé avait dissuadé une partie de la conversation. J'ai donc suivi individuellement tous les participants pour leur donner une chance d'exprimer tout ce qu'ils n'avaient pas dit lors de notre conversation initiale.
Contexte changement climatique/sécurité du revenu : La région de Labrador West dépend fortement de l'industrie minière et il existe une forte tension entre ce qui est considéré comme économiquement durable et écologiquement durable. Les impacts négatifs que ces communautés ont constatés lorsque la mine a été temporairement fermée ont été catastrophiques pour les familles et il y a une réelle crainte que cela se reproduise. Il a été noté que le Labrador a un taux de pauvreté beaucoup plus élevé que la moyenne nationale et que l'inflation et d'autres impacts financiers négatifs de la dépendance aux combustibles fossiles se produisent, la population a moins de capacité à gérer ces bosses sur la route.
Notes de sensibilisation : Les participants ont été invités en fonction de leur diversité géographique, de leur expérience vécue, de leur expertise et de leur leadership communautaire. Un effort particulier a été fait pour s'assurer que les protecteurs des terres du Labrador soient inclus dans la conversation. J'ai eu une série de séances de remue-méninges avec des dirigeants communautaires pour m'assurer que nous avions invité des personnes aux perspectives diverses afin d'assurer une conversation fructueuse et représentative.